Acupuncture pour les nouveau-nés présentant une encéphalopathie hypoxique ischémique (EHI)

L’encéphalopathie hypoxique ischémique (EHI) survient chez les nouveau-nés quand ils manquent d'oxygène dans la période périnatale. L’EHI est une cause importante de morbidité et de mortalité. Les options thérapeutiques efficaces sont limitées. L'acupuncture a été essayée. Nous avons tenté d'évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'acupuncture dans le traitement de l’EHI par une revue systématique des essais contrôlés randomisés (ECR). Toutefois, aucun ECR n’a été identifié dans le cadre d’une recherche systématique et exhaustive effectuée dans la littérature médicale. Il n’existe actuellement pas de preuves concluantes concernant l'utilisation de l'acupuncture chez les nouveau-nés atteints d’EHI. L’innocuité de l'acupuncture pour le traitement de l’EHI chez le nouveau-né n’a pas été établie. Des ECR de qualité élevée devront être réalisés.

Conclusions des auteurs: 

La justification de l'acupuncture chez les nouveau-nés atteints d'EHI n'est pas clairement établie et les preuves issues d'essai contrôlé randomisé font défaut. Par conséquent, nous ne recommandons pas l'acupuncture pour le traitement de l'EHI chez le nouveau-né. Des essais contrôlés randomisés de qualité élevée sur l'acupuncture pour le traitement de l'EHI chez le nouveau-né sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L’encéphalopathie hypoxique ischémique (EHI) chez le nouveau-né est associée à une mortalité et une morbidité élevées. Les options thérapeutiques efficaces sont limitées, d'où l'utilisation croissante de traitements alternatifs comme l'acupuncture.

Objectifs: 

Nous avons cherché à déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'acupuncture sur la mortalité et la morbidité chez les nouveau-nés atteints d’EHI.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la néonatologie, MEDLINE, AMED, EMBASE, PubMed, CINAHL, PsycINFO, le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS et diverses bases de données médicales chinoises en novembre 2012.

Critères de sélection: 

Nous avions prévu d'inclure des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant l'acupuncture avec aiguilles à un groupe témoin n’utilisant ni traitement, ni placebo ni traitement simulé chez des nouveau-nés (âgés de moins de 28 jours) atteints d’EHI. Les co-interventions étaient autorisées à condition que le groupe avec intervention et le groupe témoin aient reçu les mêmes co-interventions. Nous avons exclu les essais évaluant un traitement sans pénétration de la peau par une aiguille ou les essais qui comparaient uniquement différentes formes d'acupuncture.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné de manière indépendante les essais à inclure dans la revue. Si des essais étaient identifiés, les auteurs de la revue devaient en évaluer la qualité et en extraire les données de manière indépendante. Nous avions prévu d'utiliser le risque relatif (RR), la différence de risques (DR) et le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice du traitement (NSTb) ou le nombre de sujets à traiter pour observer un effet indésirable (NNTH) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les résultats dichotomiques, et la différence moyenne (DM) avec un IC à 95 % pour les résultats continus.

Résultats principaux: 

Aucun essai n’a satisfait aux critères d'inclusion que nous avions prédéfinis. Les essais existants évaluaient uniquement l'acupuncture chez les nourrissons plus âgés ayant survécu à l’EHI. Il n'existe actuellement aucun essai contrôlé randomisé évaluant l'efficacité de l'acupuncture pour le traitement de l’EHI chez le nouveau-né. L’innocuité de l'acupuncture pour le traitement de l’EHI chez le nouveau-né n’a pas été établie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.