Efficacité des alpha- et bêta-bloquants à diminuer la pression artérielle dans l'hypertension primaire

Conclusions des auteurs: 

Cette revue fournit des preuves de faible qualité indiquant que, chez les patients souffrant d'hypertension légère à modérée, les bloqueurs de récepteurs à double action ont diminué la PA minimale d'une moyenne de -6/-4 mmHg et réduit la fréquence cardiaque de cinq battements par minute. En raison de la taille d'échantillon plus importante dans les deux études non publiées, le carvédilol a fourni une meilleure estimation de l'effet de diminution de la PA que le labétalol. L'estimation de la diminution de la PA en combinant le carvédilol une fois et deux fois les doses initiales est de -4/-3 mmHg. Des doses plus élevées que la dose initiale recommandée n'ont pas fourni de diminution supplémentaire de la PA. Des doses plus élevées de bloqueurs de récepteurs doubles ont provoqué plus de bradycardie que des doses plus faibles. Sur la base d'une comparaison indirecte avec d'autres classes de médicaments, l'effet de diminution de la pression artérielle des bloqueurs doubles de récepteurs alpha et bêta est inférieur aux bêta-bloquants non sélectifs, bêta1 sélectifs et agonistes partiels, ainsi qu'aux thiazidiques et médicaments inhibant le système rénine-angiotensine. Les bloqueurs à double action avaient aussi peu ou pas d'effet sur la réduction de la pression pulsée, ce qui est similaire aux autres classes de bêta-bloquants, mais moins d'effet que la réduction moyenne de la pression pulsée observée avec les thiazidiques et les médicaments inhibant le système rénine-angiotensine. Les patients prenant des bloqueurs de récepteurs doubles n'étaient pas plus susceptibles de quitter l'étude que les patients placés sous placebo.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les médicaments combinant les activités des alpha- et bêta-bloquants sont couramment prescrits pour traiter l'hypertension. Toutefois, l'efficacité de la diminution de la pression artérielle (PA) de cette classe de bêta-bloquants n'a pas fait l'objet d'une revue systématique ni n'a été quantifiée.

Objectifs: 

Quantification des effets liés à la dose de divers types de bloqueurs des récepteurs alpha et bêta adrénergiques (bloqueurs de récepteurs à double action) sur la pression artérielle systolique et diastolique, par rapport à un placebo, chez des patients souffrant d'hypertension primaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons recherché dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et ClinicalTrials.gov des essais contrôlés randomisés réalisés jusqu'en octobre 2014. Une recherche a été effectuée dans le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP) pour inclusion dans le registre spécialisé du groupe.

Critères de sélection: 

Essais randomisés en double aveugle et contrôlés contre placebo, en parallèle ou croisés. Les études comportaient une monothérapie avec bêta-bloquant à dose fixe. Les patients enrôlés dans ces études avaient au départ une hypertension primaire. La durée des études était de trois à 12 semaines. Les médicaments de cette classe de bêta-bloquants sont le carvédilol, le dilévalol et le labétalol.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue (GW et AL) ont confirmé l'inclusion des études et ont extrait les données de manière indépendante. RevMan 5.3 a été utilisé pour la synthèse des données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus huit études examinant l'efficacité à diminuer la pression artérielle du carvédilol et du labétalol chez 1 493 patients hypertendus. Cinq des études incluses étaient de conception parallèle ; trois étaient des études croisées. Les deux plus grandes études incluses étaient des études sur le carvélidol non publiées. Les estimations de l'effet de diminution de la pression artérielle (PA systolique/diastolique en millimètres de mercure ; PAS/PAD mmHg) étaient de -4 mmHg (intervalle de confiance (IC) à 95 % de -6 à -2) / -3 mmHg (IC à 95 % de -4 à -2) pour le carvédilol (> 1 000 sujets) et de -10 mmHg (IC à 95 % de -14 à -7) / -7 mmHg (IC à 95 % de -9 à -5) pour le labétalol (110 sujets). Il est probable que l'effet du labétalol ait été exagéré en raison d'un risque élevé de biais. Le carvédilol, dans l'intervalle des doses recommandées, n'a pas montré d'effet dose-réponse significatif pour la PAS ou la PAD. Le carvédilol n'avait que peu ou pas d'effet sur la pression différentielle (-1 mmHg) et n'a pas modifié la variabilité de la PA. Dans l'ensemble, une et deux fois la dose initiale du carvédilol et du labétalol a diminué la PA de -6 mmHg (IC à 95 % de -7 à -4) / -4 mmHg (IC à 95 % de -4 à-3) (preuves de faible qualité) ainsi que la fréquence cardiaque de cinq battements par minute (IC à 95 % de -6 à -4) (preuves de faible qualité). Cinq études (N = 1 412) ont rendu compte des arrêts prématurés dus à des effets indésirables ; le risque relatif était de 0,88 (IC à 95 % de 0,54 à 1,42) (preuves de qualité modérée).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Kader Irchad Barry et révisée par Cochrane France.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.