Gonadotrophine chorionique humaine dans la prise en charge du risque de fausse couche

Il existe un risque de fausse couche lorsqu'une femme enceinte de moins de 24 semaines, d'un fœtus vivant, présente des saignements. La mère présente des saignements vaginaux, avec ou sans douleurs et crampes abdominales, mais le col de l'utérus est fermé. La fausse couche provoque des souffrances physiques et psychologiques importantes et est très fréquente. Les causes sont notamment les anomalies chromosomiques du fœtus, lorsque la mère est d'âge mûr, présente des anomalies utérines ou endocriniennes, ou est atteinte du syndrome des ovaires polykystiques. La gonadotrophine chorionique humaine (également appelée hCG) est une hormone produite par le placenta et l'on sait qu'elle permet le maintien de la grossesse. C'est pourquoi, l'utilisation de l'hCG dans la prise en charge du risque de fausse couche, dans le but de maintenir la grossesse, a suscité un grand intérêt. Cette revue de trois essais (sur 312 participantes), dont l'un est de mauvaise qualité, n'a permis d'identifier aucune preuve indiquant que l'hCG peut être utilisée comme traitement efficace du risque de fausse couche. Aucun événement indésirable de l'hCG n'a été signalé pour la mère ou l'enfant. Davantage de recherches de bonne qualité sont nécessaires pour étudier l'impact de l'hCG sur la fausse couche.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves actuellement disponibles ne corroborent pas l'utilisation de routine de l'hCG dans la prise en charge du risque de fausse couche.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La fausse couche est fréquente à un stade précoce de la grossesse. La gonadotrophine chorionique humaine (hCG) est sécrétée par le syncytiotrophoblaste. Elle favorise la sécrétion de progestérone par le corps jaune et permet de maintenir la grossesse. C'est pourquoi l'utilisation de l'hCG dans la prise en charge du risque de fausse couche a suscité un grand intérêt.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité des gonadotrophines chorioniques humaines dans la prise en charge du risque de fausse couche.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (févier 2010), le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library 2010, numéro 1), MEDLINE (de 1966 au 12 février 2010), EMBASE (de 1980 au 12 février 2010) et CINAHL (de 1989 au 12 février 2010). Nous avons également étudié les bibliographies de tous les articles identifiés afin d'obtenir une liste exhaustive des articles et avons essayé de contacter les auteurs, au besoin.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'efficacité de l'hCG dans le traitement du risque de fausse couche par rapport à un placebo, à aucun traitement ou aucune autre intervention, à condition que la viabilité du fœtus ait été confirmée par échographie avant le début du traitement.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs ont évalué les essais à inclure dans la revue et en ont extrait les données.

Résultats principaux: 

Trois études (312 participantes) ont été incluses dans la revue, dont l'une était de mauvaise qualité du point de vue méthodologique. La méta-analyse a montré qu'il n'y avait pas de différence statistiquement significative en termes d'incidence de fausse couche entre les groupes hCG et « sans hCG » (placebo ou aucun traitement) (risque relatif (RR) 0,66 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,42 à 1,05). En comparant l'administration d'hCG au repos alité seul, une réduction significative du risque de fausse couche (RR 0,47 ; IC à 95 % 0,27 à 0,82) a été observée. Ce résultat doit être interprété avec prudence car l'un des deux essais dont est tiré ce résultat était de mauvaise qualité du point de vue méthodologique. Aucun événement indésirable de l'hCG n'a été signalé pour la mère ou l'enfant. Davantage d'ECR de qualité sont nécessaires, et ce de façon urgente, pour évaluer les effets de l'hCG dans la prise en charge du risque de fausse couche.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.