Est-ce qu’une antibioprophylaxie devrait être utilisée chez les patients victimes d’un traumatisme abdominal pénétrant ?

Depuis plus d'un demi-siècle, des antibiotiques sont administrés aux patients victimes d'une lésion pénétrante de la cavité péritonéale de l’abdomen dans le but de réduire l'incidence des infections postopératoires des plaies, des infections intra-abdominales et des décès. Cette revue avait pour but d'évaluer si cette pratique est étayée ou non par des données probantes médicales.

Aucun essai contrôlé randomisé remplissant les critères d'inclusion n'a pu être trouvé pour cette revue. Par conséquent, il n'existe pas de données probantes permettant d'appuyer ou de réfuter sans équivoque cette pratique. Les recommandations actuelles sont fondées sur des avis d'experts plutôt que sur des faits.

Nous recommandons la conception d’un essai contrôlé randomisé pour évaluer quels patients bénéficieraient d'une antibioprophylaxie et lesquels n’en bénéficieraient pas. Nous espérons que cela pourrait permettre de réduire l'utilisation injustifiée d'antibiotiques et, par conséquent, de diminuer la résistance aux antibiotiques.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement pas d’information provenant d'essais contrôlés randomisés pour soutenir ou réfuter l'utilisation d'antibiotiques chez les patients atteints d'un traumatisme abdominal pénétrant.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un traumatisme abdominal pénétrant se produit lorsque la cavité péritonéale est lésée. Dès les années 1800, une laparotomie de routine était effectuée pour les lésions abdominales pénétrantes et les antibiotiques étaient utilisés pour la première fois pendant la Seconde Guerre mondiale pour lutter contre les complications septiques associées à ces lésions. Cette pratique a été marquée par une réduction de la mortalité et de la morbidité liées au sepsis. La question de savoir si une antibioprophylaxie est nécessaire pour prévenir les complications infectieuses à la suite d'un traumatisme abdominal pénétrant est toutefois controversée, car aucun essai contrôlé randomisé avec placebo n'a été publié à ce jour. Il existe également un débat sur le délai d’administration de l'antibioprophylaxie. En 1972, Fullen a noté un taux d'infection postopératoire de 7 à 11 % avec des antibiotiques données en pré-opératoire, un taux d'infection de 33 à 57 % avec des antibiotiques administrées en per-opératoire et un taux d'infection de 30 à 70 % avec des antibiotiques administrées uniquement en post-opératoire. Les recommandations actuelles indiquent qu'il existe suffisamment de preuves de classe I pour justifier l'utilisation d'une dose unique pré-opératoire d'antibiotique à large spectre, contre les bactéries aérobies et anaérobies, et la poursuite (jusqu'à 24 heures) uniquement dans le cas d'une perforation des organes creux lors de la laparotomie exploratrice.

Objectifs: 

Évaluer les effets bénéfiques et les effets néfastes de l’antibioprophylaxie administrée en cas de traumatisme abdominal pénétrant pour réduire l’incidence des complications septiques, telles qu’une septicémie, un abcès intra-abdominal et une infection des plaies.

Stratégie de recherche documentaire: 

Les recherches n'ont pas fait l'objet de restriction de date, langue ou statut de publication. Nous avons fait des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les blessures (Cochrane Injuries Group), CENTRAL (The Cochrane Library 2019, numéro 7 sur 12), MEDLINE (OvidSP), Embase (OvidSP), ISI Web of Science : Science Citation Index Expanded (SCI-EXPANDED), ISI Web of Science : Conference Proceedings Citation Index- Science (CPCI-S) et PubMed. Les dernières recherches ont eu lieu le 23 juillet 2019.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés sur l’antibioprophylaxie chez les patients atteints d'un traumatisme abdominal pénétrant comparés à l’absence d’antibiotique ou à un placebo.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné les résultats de la recherche bibliographique de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Nous n’avons pas identifié d’essai remplissant les critères d'inclusion.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Vibol Chhor et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.