Traitement antiépileptique immédiat, par rapport à un placebo, à un traitement différé ou à l'absence de traitement lors de la première crise non provoquée

Contexte

Le traitement par antiépileptiques après une première crise reste une question controversée. Dans cette revue, nous avons résumé les données probantes des effets d'un traitement immédiat avec des médicaments antiépileptiques par rapport au contrôle (placebo [un traitement factice inactif], traitement différé ou absence de traitement) sur la récidive des crises, la rémission des crises, les effets secondaires et la mortalité (décès).

Les données probantes sont à jour jusqu'en mai 2019.

Méthodes

Notre recherche documentaire a permis de trouver six études (onze rapports) portant sur des enfants, des adultes, ou les deux, présentant une première crise non provoquée, quel qu'en soit le type (focale, généralisée ou non classée). Ils ont comparé un traitement antiépileptique administré immédiatement après la première crise à un traitement différé, un placebo ou l'absence de traitement. Certaines études ne décrivaient pas clairement leurs méthodes, ni le nombre de personnes ayant abandonné l'étude. Dans cinq des six études, les participants, les cliniciens et les chercheurs impliqués dans les études savaient dans quels groupes se trouvaient les participants (traitement immédiat ou différé). Cependant, comme la plupart des récidives de crises étaient des crises tonico-cloniques généralisées, un type de crise convulsive facilement reconnaissable, nous ne pensons pas que le fait de savoir dans quel groupe se trouvaient les participants ait influencé les résultats.

Résultats

Par rapport aux témoins, les participants randomisés pour le traitement immédiat avaient une probabilité plus faible de récidive des crises à un an et à cinq ans (données probantes d’un niveau de confiance élevé), bien qu'il n'y ait pas eu de différence entre le traitement immédiat et le témoin en termes de rémission à cinq ans, quel que soit le moment.

Le traitement immédiat n'a pas contribué à la mortalité globale de l'épilepsie après la première crise (données probantes d’un niveau de confiance élevé), mais le traitement de la première crise était associé à un risque significativement plus élevé d'événements indésirables. Le niveau de confiance des données probantes concernant les effets secondaires était modéré à faible, les critères de jugement étant rapportés de manière variable dans les études incluses ; il y avait des données probantes d’un niveau de confiance modéré suggérant que le traitement immédiat pourrait entraîner plus d'effets secondaires que le traitement différé, mais il n'était pas clair si le traitement immédiat entraînait plus d'effets secondaires que le placebo ou l'absence de traitement.

Conclusions

En conclusion, le traitement de la première crise non provoquée semble réduire le risque de rechute mais n'affecte pas le pronostic à long terme de l'épilepsie. Cependant, le traitement semble comporter un risque plus élevé d'effets secondaires. La décision de traiter une première crise non provoquée doit être individualisée et fondée sur des facteurs cliniques, juridiques et socioculturels.

Conclusions des auteurs: 

Le traitement de la première crise non provoquée réduit le risque d'une crise ultérieure mais n'affecte pas la proportion de patients en rémission à long terme. Les antiépileptiques sont associés à des effets indésirables, et il n’y a pas de données probantes suggérant qu'ils réduisent la mortalité. À la lumière de cette revue, la décision de commencer un traitement antiépileptique après une première crise non provoquée doit être individualisée et fondée sur les préférences du patient et sur des facteurs cliniques, juridiques et socioculturels.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit d'une version actualisée de la revue Cochrane précédemment publiée en 2016.

Il existe un désaccord considérable sur le risque de récidive après une première crise épileptique non provoquée. La décision d'initier ou non un traitement antiépileptique après une première crise devrait être éclairée par des informations sur l'importance de toute réduction du risque de crises futures, l'impact sur la rémission des crises à long terme et le risque d'effets indésirables.

Objectifs: 

Examiner la probabilité de récidive des crises, la rémission des crises, la mortalité et les effets indésirables d'un traitement par médicament antiépileptique (MAE) administré immédiatement après la première crise par rapport aux témoins (placebo, traitement différé ou absence de traitement) chez les enfants et les adultes.

Stratégie de recherche documentaire: 

Pour la dernière mise à jour, nous avons effectué des recherches dans le registre des études Cochrane (CRS Web) et dans MEDLINE (Ovid, 1946 au 24 mai 2019) le 28 mai 2019. Aucune restriction de langue n’a été appliquée. Le registre des études Cochrane comprend le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'épilepsie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) et les essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés d'Embase, de ClinicalTrials.gov et du Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-ECR pouvant être réalisés en aveugle ou non. Personnes de tout âge présentant une première crise non provoquée, quel qu'en soit le type. Les études incluses comparaient les participants recevant un traitement antiépileptique immédiat à ceux recevant un traitement différé, ceux affectés à un placebo et ceux non traités.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante les études identifiées par la stratégie de recherche pour les inclure dans la revue et ont extrait les données. Le niveau de confiance des données probantes pour les critères de jugement a été classé en quatre catégories selon l'approche GRADE. Les critères de jugement dichotomiques ont été exprimés sous forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Les critères de jugement dans le temps ont été exprimés sous forme de rapport des risques instantanés (hazard ratio, HR) avec un IC à 95 %. Un seul essai a été réalisé en double aveugle, et les deux études les plus importantes n'étaient pas en aveugle. La plupart des récidives étaient des crises tonico-cloniques généralisées, un type de crise majeur et facilement reconnaissable, ce qui devrait réduire le risque de biais de notification des critères de jugement.

Résultats principaux: 

Après exclusion des articles non pertinents, six études (onze rapports) ont été sélectionnées pour être incluses. Les données individuelles des participants étaient disponibles dans les deux plus grandes études pour la méta-analyse.

Le biais de sélection et le biais d'attrition n'ont pas pu être exclus dans les quatre plus petites études, mais les deux plus grandes études ont rapporté des taux d'attrition et des méthodes adéquates de randomisation et d’assignation secrète. Seul un petit essai a été réalisé en double aveugle et les autres essais n'étaient pas en aveugle ; cependant, la plupart des récidives étaient des crises tonico-cloniques généralisées, un type de crise facilement reconnaissable.

Par rapport aux témoins, les participants randomisés pour un traitement immédiat avaient une probabilité plus faible de rechute à un an (RR 0,49, IC à 95 % 0,42 à 0,58 ; 6 études, 1634 participants ; données probantes d’un niveau de confiance élevé), à cinq ans (RR 0,78 ; IC à 95 % 0,68 à 0,89 ; 2 études, 1212 participants ; données probantes d’un niveau de confiance élevé) et une probabilité plus élevée de rémission immédiate à cinq ans (RR 1,25 ; IC à 95 % 1,02 à 1,54 ; 2 études, 1212 participants ; données probantes d’un niveau de confiance élevé). Cependant, il n'y avait pas de différence entre le traitement immédiat et le contrôle en termes de rémission à cinq ans à n'importe quel moment (RR 1,02, IC à 95 % 0,87 à 1,21 ; 2 études, 1 212 participants ; données probantes d’un niveau de confiance élevé). Les antiépileptiques n'ont pas eu d'effet sur la mortalité globale après une première crise (RR 1,16 ; IC à 95 % 0,69 à 1,95 ; 2 études, 1212 participants ; données probantes d’un niveau de confiance élevé). Par rapport au traitement différé, le traitement de la première crise était associé à un risque significativement plus élevé d'événements indésirables (RR 1,49, IC à 95 % 1,23 à 1,79 ; 2 études, 1212 participants ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes comme étant modéré à faible pour l'association d'un risque plus élevé d'événements indésirables lorsque le traitement de la première crise était comparé à l'absence de traitement ou au placebo, (RR 14,50, IC à 95 % 1,93 à 108,76 ; 1 étude ; 118 participants) et (RR 4,91, IC à 95 % 1,10 à 21,93 ; 1 étude, 228 participants) respectivement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Imene Moulla et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.