Médicaments anti-inflammatoires dans le traitement du Syndrome d’Apnées Obstructives au cours du Sommeil chez l’enfant

Contexte

Le syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS) est l’obstruction partielle ou totale des voies respiratoires supérieures pendant le sommeil. Il touche environ 1 à 4 % des enfants. La raison sous-jacente la plus courante du SAOS dans l'enfance est l'hypertrophie des adénoïdes ou des amygdales. Le traitement actuellement recommandé est l'ablation chirurgicale des adénoïdes et des amygdales. Le traitement avec des médicaments anti-inflammatoires est une alternative non chirurgicale dans les cas plus légers de SAOS.

Problématique de la revue

L'objectif de cette étude était d'évaluer les données des effets bénéfiques et de l’innocuité des médicaments anti-inflammatoires pour le traitement du SAOS chez les enfants âgés de 1 à 16 ans. Les principaux critères de jugement de la revue étaient le nombre de pauses respiratoires et d'épisodes de respiration superficielle par heure de sommeil (indice d'apnée/hypopnée, IAH) et les effets graves non intentionnels du médicament.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus cinq études dans la revue. Ces études ont porté chacune sur 25 à 62 enfants âgés de 1 à 11 ans souffrant d'un SAOS léger à modéré, traités dans des cliniques spécialisées de sommeil en ambulatoire. Les études incluses ont utilisé deux types différents de médicaments anti-inflammatoires. Soixante-quinze enfants ont été répartis au hasard pour recevoir soit un corticostéroïde nasal en spray, soit un placebo. Cent trois enfants ont été répartis au hasard pour recevoir soit un comprimé de montélukast, soit un placebo.

Sources de financement des études

Trois études ont été soutenues par des fabricants de médicaments.

Résultats principaux

Nous ne sommes pas certains de la différence du nombre de pauses respiratoires, d'épisodes de respiration superficielle, d'épisodes de manque d'oxygène dans le sang ou de perturbation du sommeil entre les enfants recevant un corticostéroïde en spray nasal et ceux recevant un placebo (2 études portant sur 75 enfants).

Les enfants recevant des comprimés de montélukast ont eu moins de pauses respiratoires, moins d'épisodes de respiration superficielle et moins de perturbations du sommeil que ceux traités avec un placebo (2 études portant sur 103 enfants). Cependant, nous ne sommes pas sûrs de la différence du nombre d'épisodes avec un manque d'oxygène dans le sang entre le groupe montélukast et le groupe placebo.

Les effets non intentionnels ont été évalués dans tous les essais, mais ils étaient rares et de nature mineure (par exemple, des saignements de nez). Les effets graves non intentionnels n'ont pas été signalés.

Qualité des données

La qualité des données probantes en faveur d'un corticostéroïde en spray nasal dans le traitement de l'AOS était faible pour le critère de jugement principal en raison de la grande variabilité de l'effet bénéfique, avec de la discordance concernant l'effet entre les deux études incluses. Nous avons exclu une étude de l'analyse en raison de sérieuses préoccupations quant à la qualité des résultats de l'étude.

Les données pour l'utilisation des comprimés de montélukast dans le traitement de l'AOS étaient d'une qualité modérée pour le critère de jugement principal. Des préoccupations ont été soulevées au sujet de la conception et la réalisation d'une étude. Il y a une petite discordance concernant l'effet entre les deux études incluses.

Les preuves sont à jour jusqu'en octobre 2019.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes de l'efficacité des corticostéroïdes intranasaux pour le traitement de l'AOS chez l’enfant sont insuffisantes ; ils pourraient avoir des effets bénéfiques à court terme sur l'indice de désaturation et la saturation en oxygène chez les enfants atteints d'AOS légère à modérée, mais la certitude de leur bénéfice sur le critère de jugement principal IAH, ainsi que sur l'indice d'éveil respiratoire, était faible en raison de l'imprécision des estimations et de l'hétérogénéité entre les études.

Le montélukast a des effets bénéfiques à court terme pour le traitement de l'AOS chez des enfants par ailleurs en bonne santé, non obèses et non traités chirurgicalement (qualité modérée pour le critère de jugement principal et qualité modérée et élevée, respectivement, pour deux critères de jugement secondaires) en réduisant de manière significative le nombre d'apnées, d'hypopnées et d'éveils respiratoires pendant le sommeil. De plus, le montélukast était bien toléré chez les enfants étudiés. La pertinence clinique des effets observés du traitement reste toutefois incertaine, car les différences cliniquement importantes minimales ne sont pas encore établies pour les critères de jugement obtenus par polysomnographie chez les enfants.

On ne dispose toujours pas de données probantes sur l'efficacité et l’innocuité à long terme des médicaments anti-inflammatoires pour le traitement du SAOS chez l'enfant. En outre, les critères de jugement centrés sur le patient, comme la capacité de concentration, la vigilance ou les performances scolaires, n'ont pas encore été étudiés.

Il n'existe actuellement aucun ECR sur l'utilisation d'autres types de médicaments anti-inflammatoires pour le traitement du SAOS chez l’enfant.

Les futurs ECR devraient étudier la durabilité des effets du traitement, l'évitement du traitement chirurgical de l'AOS et l’innocuité à long terme des médicaments anti-inflammatoires pour le traitement de l'AOS chez l’enfant et inclure des critères de jugement centrés sur le patient.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le syndrome d'apnée obstructive du sommeil est caractérisé par l'obstruction partielle ou totale des voies respiratoires supérieures pendant le sommeil. Approximativement 1 à 4% des enfants sont atteints de SAOS avec une hypertrophie adéno-tonsillaire comme facteur de risque sous-jacent le plus courant. L'ablation chirurgicale des adénoïdes ou des amygdales hypertrophiées est le traitement de première intention actuellement recommandé pour le SAOS dû à une hypertrophie adénotonsillaire. Compte tenu du risque périopératoire et d'un taux de récurrence estimé à 20 % après l'opération, l’intérêt pour des alternatives moins invasives à l'adénotonsillectomie s’est récemment accru. Comme les adénoïdes et les amygdales élargies sont constituées de tissu lymphoïde hypertrophié, des médicaments anti-inflammatoires ont été proposés comme option potentielle de traitement non chirurgical chez les enfants atteints de SAOS.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l’innocuité des anti-inflammatoires dans le traitement de l'AOS chez l’enfant.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais à partir de recherches dans le Registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, CENTRAL et MEDLINE (de 1950 à 2019). Pour identifier les essais cliniques en cours, nous avons fait des recherches sur ClinicalTrials.gov et sur le Système d’enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant les médicaments anti-inflammatoires à un placebo chez des enfants de 1 à 16 ans souffrant de SAOS objectivement avéré (indice d'apnée/hypopnée (IAH) ≥ 1 par heure).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont effectué indépendamment la sélection des essais, l'extraction des données et l'évaluation de la qualité. Nous avons regroupé séparément les résultats des comparaisons des "stéroïdes intranasaux" et du "montélukast", avec le placebo en utilisant des modèles à effets aléatoires. Les principaux critères de jugement de cette revue étaient l'IAH et les effets indésirables graves. Les critères de jugement secondaires comprenaient l'indice de perturbation respiratoire, l'indice de désaturation, l'indice d'éveil respiratoire, la saturation artérielle en oxygène au nadir, la saturation artérielle moyenne en oxygène, l'évitement d'un traitement chirurgical pour le SAOS, le score des symptômes cliniques, la taille des amygdales et les effets indésirables.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais avec un total de 240 enfants âgés de 1 à 18 ans souffrant d'un SAOS léger à modéré (AHI 1 à 30 par heure). Tous les essais ont été réalisés dans des cliniques spécialisées en médecine du sommeil dans des centres de soins tertiaires. La durée du suivi variait de six semaines à quatre mois.

Trois ECR (n = 137) ont comparé les stéroïdes intranasaux à un placebo ; deux ECR ont comparé le montélukast oral à un placebo (n = 103). Nous avons exclu un essai de la méta-analyse car les patients n'ont pas été analysés selon leur répartition aléatoire. Nous avons également eu des inquiétudes concernant la communication sélective des résultats dans un autre essai.

Nous sommes incertains quant à la différence d'IAH (DM -3,18, IC à 95 % -8,70 à 2,35) entre les enfants recevant des corticostéroïdes par voie intranasale et ceux recevant un placebo (2 études, 75 participants ; données probantes de faible qualité). En revanche, les enfants recevant du montélukast par voie orale présentaient un IAH inférieur (DM -3,41, IC 95 % -5,36 à -1,45) à ceux du groupe placebo (2 études, 103 participants ; données probantes de qualité modérée).

Nous ne savons pas si les critères de jugement secondaires sont différents entre les enfants recevant des corticostéroïdes par voie intranasale et ceux recevant un placebo : indice de désaturation (DM -2,12, IC 95% -4,27 à 0,04 ; 2 études, 75 participants ; données probantes de qualité modérée), indice d'éveil respiratoire (DM -0.71, IC 95% -6,25 à 4,83 ; 2 études, 75 participants ; données probantes de faible qualité), et la saturation en oxygène au nadir (DM 0,59%, IC 95% -1,09 à 2,27 ; 2 études, 75 participants ; données probantes de qualité modérée).

Les enfants recevant du montélukast par voie orale présentaient un indice d'éveil respiratoire plus faible (DM -2,89, IC 95 % -4,68 à -1,10 ; 2 études, 103 participants ; données probantes de qualité modérée) et un nadir de saturation en oxygène plus faible (DM 4,07, IC 95 % 2,27 à 5,88 ; 2 études, 103 participants ; données probantes de qualité élevée) par rapport à ceux du groupe placebo. Nous sommes toutefois incertains quant à la différence d'indice de désaturation (DM -2,50, IC 95 % -5,53 à 0,54 ; 2 études, 103 participants ; données probantes de faible qualité) entre le groupe montélukast et le groupe placebo.

Les effets indésirables ont été évalués et signalés dans tous les essais et étaient rares, de nature mineure (par exemple, saignement nasal) et répartis de manière égale entre les groupes d'étude.

Aucune étude n'a examiné l'évitement du traitement chirurgical de l'AOS comme critère de jugement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Constance Dubois et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.