Vitamine D pour améliorer la densité osseuse chez l’enfant

Ce résumé d’une revue systématique Cochrane présente les connaissances actuelles issues de la recherche sur l’effet des suppléments de vitamine D sur la densité osseuse chez les enfants.

La revue montre que chez les enfants en bonne santé, en général, la supplémentation en vitamine D n’améliore pas la densité osseuse au niveau de la hanche, de la partie lombaire de la colonne vertébrale, de l’avant-bras ou de tout le corps.

Certaines preuves suggèrent que les suppléments en vitamine D pourraient augmenter la densité osseuse chez les enfants ayant un niveau faible de vitamine D, mais cela est incertain.

Nous ne possédons pas d’informations précises sur des effets secondaires et des complications, mais les informations disponibles suggèrent que les suppléments de vitamine D sont bien tolérés.

Qu’est-ce que l’ostéoporose et qu’est-ce que la vitamine D ?

L’ostéoporose est une maladie dans laquelle les os sont faibles, friables et se cassent facilement. Le risque d’ostéoporose et de fractures (cassures) à l’âge adulte dépend de la quantité d’os construit pendant l’enfance et de la quantité d’os perdue à l’âge adulte. Un moyen de prévenir l’ostéoporose et les fractures à l’âge adulte est de construire des os forts pendant la jeunesse. La vitamine D joue un rôle important pour augmenter l’absorption par l’organisme du calcium issu de l’alimentation, en réduisant les pertes de calcium de l’organisme et en permettant au calcium de se déposer dans l’os pour augmenter la quantité d’os créé.On estime donc que si les niveaux de vitamine D dans l’organisme sont faibles pendant l’enfance, moins d’os sera créé et qu’une augmentation des niveaux de vitamine D par supplémentation, permettrait de créer plus d’os. La densité osseuse est une grande mesure de la force de l’os et de la quantité du minéral osseux présente à différents endroits du corps. Elle est donc utilisée pour mesurer les effets d’interventions, comme la supplémentation en vitamine D, visant à renforcer la santé de l’os.

Conclusions des auteurs: 

Ces résultats ne sont pas favorables à la supplémentation en vitamine D pour améliorer la densité osseuse chez les enfants ayant des niveaux de vitamine D normaux, mais suggèrent que la supplémentation des enfants en déficit peut être utile du point de vue clinique. D’autres ECR sur des enfants en déficit de vitamine D sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les résultats d’essais contrôlés randomisés (ECR) sur la supplémentation en vitamine D pour améliorer la densité osseuse chez l’enfant sont incohérents.

Objectifs: 

Déterminer l’efficacité de la supplémentation en vitamine D pour augmenter la densité minérale osseuse chez les enfants ; si l’effet est différent en fonction du sexe, de l’âge ou de l’étape pubertaire, du type ou de la dose de vitamine D administrée ou du niveau de vitamine D aux conditions à l’inclusion ; et si les effets perdurent après l’arrêt de la supplémentation.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL Numéro 3, 2009), MEDLINE (1966 à l’actualité), EMBASE (1980 à l’actualité), CINAHL (1982 à l’actualité), AMED (1985 à l’actualité) et ISI Web of Science (1945 à l’actualité) le 9 août 2009, et nous avons réalisé une recherche manuelle d'actes de conférence dans des journaux importants.

Critères de sélection: 

ECR contrôlés contre placebo sur la supplémentation en vitamine D, pendant au moins trois mois, chez des enfants et des adolescents en bonne santé (âgés de un mois a < 20 ans) présentant les résultats de densité osseuse.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont examiné les références à inclure, évalué le risque de biais et extrait les données. Nous avons réalisé des méta-analyses et calculé les différences moyennes standardisées (DMS) de la variation en pourcentage par rapport aux conditions à l’inclusion dans les groupes de traitement et témoin. Nous avons réalisé des analyses de sous-groupes par sexe, étape pubertaire, dose de vitamine D et vitamine D dans le sérum à l’inclusion et considéré ces critères ainsi que l’observance et l’assignation secrète comme de possibles sources d’hétérogénéité.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six ECR (343 participants sous placebo et 541 sous vitamine D) pour réaliser les méta-analyses. La supplémentation en vitamine D n’a pas eu d’effet significatif du point de vue statistique sur le contenu minéral osseux (CMO) de l’organisme, la densité minérale osseuse (DMO) de la hanche ou la DMO de l’avant-bras. Une tendance a été relevée en faveur d’un faible effet au niveau de la DMO de la partie lombaire de la colonne vertébrale (DMS 0,15, IC à 95% entre -0,01 et 0,31, P = 0,07). Il n’y a pas eu de différence d’effet entre les études des niveaux de vitamine D élevés ou faibles dans le sérum, à aucun endroit, bien qu’il y ait eu une tendance à un effet plus important avec un faible niveau de vitamine D pour la BMD de l’organisme (P = 0,09 pour la différence). Dans les études de faible niveau de vitamine D dans le sérum, des effets significatifs sur la BMD totale de l’organisme et la DMO de la région lombaire de la colonne vertébrale étaient équivalents approximativement à 2,6% et 1,7 % points de variation en pourcentage de plus, par rapport aux conditions à l’inclusion, dans le groupe ayant reçu la supplémentation.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.