Les interventions musicales peuvent-elles bénéficier à des patients atteints de cancer ?

La problématique⏎⏎
Le cancer peut entraîner une grande souffrance émotionnelle, physique et sociale. Le traitement actuel du cancer intègre de plus en plus fréquemment des interventions psychosociales visant à améliorer la qualité de vie. La musicothérapie et des interventions médicales basées sur la musique sont utilisées pour soulager les symptômes et les effets secondaires du traitement et pour répondre aux besoins psychosociaux des patients atteints de cancer. Dans les interventions médicales basées sur la musique, le patient écoute simplement une musique préenregistrée proposée par un professionnel de santé. La musicothérapie nécessite la mise en œuvre d'une intervention par un musicothérapeute formé, la présence d'un processus thérapeutique et l'utilisation d'expériences musicales personnalisées pour le patient.

L'objectif de la revue⏎⏎
Cette revue est une mise à jour d'une précédente revue Cochrane de 2011, qui incluait 30 études et supportait un effet positif des interventions musicales sur plusieurs aspects physiques et psychologiques. Pour cette mise à jour de la revue, nous avons recherché des essais supplémentaires étudiant l'effet d'interventions musicales sur des aspects psychologiques et physiques chez les personnes atteintes de cancer. Nous avons recherché des études publiées et en cours jusqu'en janvier 2016. Nous avons pris en considération toutes les études dans lesquelles la musicothérapie ou la médecine basée sur la musique étaient comparées à un traitement standard seul ou à des soins standard combinés à d'autres traitements ou à un placebo.

Quels sont les principaux résultats ?
Nous avons identifié 22 nouvelles études, de sorte que les preuves de cette revue mise à jour reposent désormais sur 52 études et 3731 participants. Les résultats suggèrent que la musicothérapie et des interventions médicales basées sur la musique pourraient avoir un effet bénéfique sur l'anxiété, la douleur, la fatigue, le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et la pression artérielle chez les patients atteints de cancer. En raison de la très faible qualité des preuves pour le traitement de la dépression, il est difficile de déterminer l'impact que des interventions basées sur la musique pourraient avoir. La musicothérapie, mais non des interventions médicales basées sur la musique, pourrait améliorer la qualité de vie des patients. Nous n'avons pas trouvé de preuves que les interventions musicales permettent d'améliorer l'humeur, la détresse ou le fonctionnement physique, mais seuls quelques essais étudiaient ces critères de jugement. Nous n'avons pas pu tirer de conclusions sur l'effet d'interventions musicales sur les critères du fonctionnement immunologique, l'adaptation, la résilience ou la communication, car il n'y avait pas suffisamment d'essais étudiant ces aspects. Par conséquent, d'autres recherches sont nécessaires.

Aucun effet indésirable des interventions musicales n'a été rapporté.

La qualité des preuves
La plupart des essais étaient à risque élevé de biais, de sorte que ces résultats doivent être interprétés avec prudence. Nous n'avons identifié aucun conflit d'intérêts dans les études incluses.

Quelles sont les conclusions ?
Nous en concluons que les interventions musicales peuvent avoir des effets bénéfiques sur l'anxiété, la douleur, la fatigue et la qualité de vie (QdV) chez les patients atteints de cancer. En outre, la musique pourrait avoir un petit effet positif sur le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et la pression artérielle. La réduction de l'anxiété, de la fatigue et la douleur sont les critères de jugement importants pour les patients atteints de cancer, car ils ont un impact sur la santé et la QdV globale. par conséquent, nous recommandons de considérer la possibilité de l'inclusion de la musicothérapie et des interventions médicales basées sur la musique dans la prise en charge psychosociale du cancer .

Conclusions des auteurs: 

Cette revue systématique indique que les interventions musicales peuvent avoir des effets bénéfiques sur l'anxiété, la douleur, la fatigue et la qualité de vie chez les patients atteints de cancer. En outre, la musique pourrait avoir un faible effet sur le rythme cardiaque, la fréquence respiratoire et la pression artérielle. La plupart des essais étaient à risque élevé de biais et, par conséquent, ces résultats doivent être interprétés avec prudence.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Avoir le cancer peut entraîner une grande souffrance émotionnelle, physique et sociale. Les interventions musicales ont été utilisées pour soulager les symptômes et les effets secondaires du traitement chez les patients atteints de cancer.

Objectifs: 

Évaluer et comparer les effets de la musicothérapie et des interventions médicales basées sur la musique pour les résultats psychologiques et physiques chez les personnes atteintes de cancer.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2016, numéro 1), MEDLINE, Embase, CINAHL, PsycINFO, LILACS, Science Citation Index, CancerLit, CAIRSS, Proquest Digital Dissertations, ClinicalTrials.gov, Current Controlled Trials, les résumés de la musique RILM http://www.wfmt.info/Musictherapyworld/, et le National Research Register. Nous avons effectué les recherches dans toutes les bases de données depuis leur origine jusqu'à janvier 2016, à l'exception des deux dernières ; celles-ci n’étant plus en activité, nous les avons explorées jusqu’à leurs dates de fermeture respectives. Nous avons effectué une recherche manuelle dans les revues de musicothérapie, examiné les références bibliographiques et contacté des experts. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés évaluant des interventions musicales pour améliorer les résultats psychologiques et physiques chez les adultes et les enfants atteints de cancer. Nous avons exclu les patients soumis à une biopsie et une aspiration à des fins diagnostiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué le risque de biais. Lorsque cela était possible, nous avons présenté les résultats dans des méta-analyses à l'aide des différences moyennes et des différences moyennes standardisées. Nous avons utilisé les scores post-test. En cas de différence initiale significative, les scores de changement ont été utilisés.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 22 nouveaux essais à inclure dans cette mise à jour. Au total, les preuves de cette revue sont basées sur 52 essais portant sur un total de 3731 participants. Nous avons inclus les interventions de musicothérapie proposées par des thérapeutes en musique formés, ainsi que les interventions médicales basées sur la musique, qui sont définies comme la musique préenregistrée, offerte par du personnel médical. Nous avons considéré que 23 des essais étaient basés sur de la musicothérapie et 29 sur de la médecine musicale.

Les résultats suggèrent que les interventions musicales pourraient avoir un effet bénéfique sur l'anxiété chez les patients atteints de cancer, avec une réduction de l'anxiété rapportée de 8,54 unités en moyenne (intervalle de confiance à 95 % (IC) de −12,04 à −5,05, P < 0,0001) sur l'échelle de l'anxiété de Spielberger (State Anxiety Inventory - State Anxiety/STAI-S) (plage de 20 à 80) et de −0,71 unités standardisées − (13 études, 1028 participants ; IC à 95 % −0,98 à −0,43, P < 0,00001 ; preuves de faible qualité) sur d'autres échelles d'anxiété, c'est à dire un effet modéré à fort. Les résultats suggéraient également un impact positif modéré sur la dépression (7 études, 723 participants ; différence moyenne standardisée (DMS) : −0,40, IC à 95 % de −0,74 à −0,06, P = 0,02 ; preuves de très faible qualité), mais en raison de la très faible qualité des preuves pour ce critère de jugement, ce résultat doit être interprété avec prudence. Nous n'avons pas trouvé de soutien en faveur d'un effet des interventions musicales sur l'humeur ou la détresse.

Les interventions musicales peuvent conduire à de petites réductions du rythme cardiaque, de la fréquence respiratoire et de la pression artérielle, mais ne semblent pas avoir un impact sur les taux de saturation en oxygène. Nous avons découvert un grand effet sur la réduction de la douleur (7 études, 528 participants ; DMS : −0,91, IC à 95 % de −1,46 à −0,36, P = 0,001, preuves de faible qualité). En outre, les interventions musicales ont eu un effet léger à modéré sur la fatigue (6 études, 253 participants ; DMS : −0,38, IC à 95 % de −0,72 à −0,04, P = 0,03 ; preuves de faible qualité), mais nous n'avons pas trouvé de preuves solides pour l'amélioration du fonctionnement physique.

Les résultats suggèrent un effet important des interventions musicales sur la qualité de vie des patients (QdV), mais les résultats étaient très incohérents d'une étude à l'autre, et l'ampleur de l'effet combiné de la médecine basée sur la musique et de la musicothérapie dans ces études était accompagnée d'un intervalle de confiance large (DMS : 0,98, IC à 95 % de −0,36 à 2,33, P = 0,15, preuves de faible qualité). Une comparaison entre la musicothérapie et des interventions médicales basées sur la musique suggèrent un effet modéré des interventions de musicothérapie sur la qualité de vie (QdV) des patients (3 études, 132 participants ; DMS : 0,42, IC à 95 % 0,06 à 0,78, P = 0,02 ; preuves de très faible qualité), mais nous n'avons trouvé aucune preuve d'un effet pour les interventions médicales basées sur la musique. Une comparaison entre la musicothérapie et les médecines musicales était également possible pour l'anxiété, la dépression et l'humeur, mais nous n'avons trouvé aucune différence entre les deux types d'interventions pour ces critères de jugement.

Les résultats des études individuelles suggèrent que le fait d'écouter de la musique peut réduire le besoin d'anesthésiques et d'analgésiques ainsi que diminuer le temps de récupération et la durée d'hospitalisation, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour ces critères de jugement.

Nous n'avons pas pu tirer de conclusions concernant l'effet d'interventions basées sur la musique sur les critères du fonctionnement immunologique, l'adaptation, la résilience ou de communication, soit parce que nous n'avons pas pu combiner les résultats des études qui incluaient ces critères de jugement ou nous n'avons pu identifier qu'une étude. Pour le bien-être spirituel, nous n'avons trouvé aucune preuve d'un effet chez les adolescents ou jeunes adultes, et nous n'avons pas pu tirer de conclusions chez l'adulte.

La majorité des études incluses dans la mise à jour de cette revue présentaient un risque de biais élevé, et par conséquent la qualité des preuves était faible.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Sylvaine Barbier et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.