Prébiotiques chez les nourrissons pour la prévention des maladies allergiques et des allergies alimentaires

Certaines données indiquent que les prébiotiques ajoutés au lait maternisé peuvent prévenir l'eczéma et l'asthme chez les nourrissons. Cependant, il existe des doutes quant à la fiabilité des données puisque tous les essais ne présentent pas de résultats sur l'allergie et que certains essais n'indiquent pas les résultats pour tous les nourrissons. Les réactions aux aliments et les allergies (notamment l'asthme, l'eczéma et le rhume des foins) sont fréquentes et il se pourrait qu'elles soient en progression. De nombreux nourrissons deviennent sensibles à certains aliments, notamment au lait maternisé, via leur tractus gastro-intestinal, un processus qui peut être affecté par la composition des bactéries intestinales. Les tentatives pour favoriser la croissance des bactéries gastro-intestinales normales et prévenir la sensibilisation aux aliments ont porté sur l'addition de prébiotiques dans le lait maternisé. Les prébiotiques sont des composants alimentaires non digestibles qui sont utiles en ce qu'ils stimulent sélectivement la croissance ou l'activité des bactéries « saines » du côlon. Cette revue a trouvé certaines données indiquant qu'un complément prébiotique ajouté à l'alimentation des nourrissons pourrait prévenir l'eczéma chez les nourrissons jusqu'à l'âge de deux ans. Il est difficile de savoir si l'utilisation des prébiotiques devrait se restreindre aux nourrissons à haut risque d'allergie ou si elle pourrait avoir un effet chez les populations à faible risque, ou bien si elle pourrait avoir un effet sur les autres maladies allergiques, notamment sur l'asthme. Cependant, des recherches supplémentaires doivent être effectuées pour confirmer les résultats avant que l'utilisation systématique des prébiotiques puisse être recommandée pour la prévention des allergies.

Conclusions des auteurs: 

Des recherches supplémentaires seront nécessaires avant que l'utilisation systématique des prébiotiques puisse être recommandée pour la prévention des allergies chez les enfants nourris au lait maternisé. Certaines données indiquent qu'un complément prébiotique ajouté à l'alimentation des nourrissons pourrait prévenir l'eczéma. Il est difficile de savoir si l'utilisation des prébiotiques devrait se restreindre aux nourrissons à haut risque d'allergie ou si elle pourrait avoir un effet chez les populations à faible risque, ou bien si elle pourrait avoir un effet sur les autres maladies allergiques, notamment sur l'asthme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les prébiotiques (généralement des oligosaccharides) ajoutés à l'alimentation des nourrissons ont la capacité de prévenir la sensibilisation des nourrissons aux allergènes alimentaires.

Objectifs: 

Déterminer l'effet des prébiotiques administrés aux nourrissons pour la prévention des allergies.

La stratégie de recherche documentaire: 

En août 2012, nous avons effectué une mise à jour des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, numéro 8), MEDLINE, EMBASE, des actes de conférence, des références bibliographiques, auprès d'informateurs experts et dans des registres d'essais cliniques.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés qui comparaient l'utilisation d'un prébiotique à l'absence de prébiotique, ou d'un prébiotique spécifique à un prébiotique différent chez les nourrissons pour la prévention des allergies.

Recueil et analyse des données: 

L'évaluation de la qualité des essais, l'extraction des données et la synthèse des données ont été réalisées en utilisant les méthodes standard de la Cochrane Collaboration.

Résultats principaux: 

La mise à jour de 2012 a permis d'identifier 13 études classées comme en cours ou en attente de classification (résultats sur les allergies restant à indiquer). Quarante-trois études ont été exclues, principalement parce qu'elles ne présentaient pas de données sur les allergies, bien qu'aucun des nourrissons recrutés dans ces études n'ait présenté un risque d'allergie élevé. Quatre études portant sur 1 428 nourrissons étaient éligibles à l'inclusion. Toutes les études présentaient un risque élevé de biais d'attrition. Les résultats d'allergie présentés concernaient des nourrissons de quatre mois à deux ans.

La méta-analyse de deux études (226 nourrissons) n'a permis d'identifier aucune différence significative en ce qui concerne l'asthme infantile, bien qu'une hétérogénéité significative ait été observée entre les études. La méta-analyse de quatre études a révélé une réduction significative de l'eczéma (1 218 nourrissons, risque relatif type 0,68, IC à 95 % 0,48 à 0,97 ; différence de risque type -0,04, IC à 95 % -0,07 à -0,00 ; nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NSTb) 25, IC à 95 % 14 à > 100 ; P = 0,03). Aucune hétérogénéité statistiquement significative n'a été observée entre les études. Une étude n'a trouvé aucune différence significative pour ce qui est de l'urticaire.

Aucune différence statistiquement significative entre les sous-groupes n'a été observée en fonction du risque d'allergie des nourrissons ou du type d'alimentation des nourrissons. Cependant, des études individuelles indiquaient une réduction significative de l'asthme et de l'eczéma avec une supplémentation composée d'un mélange de galacto- et de fructo-oligosaccharide (GOS/FOS rapport 9/1) (8 g/l) chez des nourrissons à haut risque d'allergie ; et de l'eczéma avec une supplémentation en GOS/FOS (9/1) (6,8 g/l) et en oligosacccharide acide (1,2 g/l) chez des nourrissons non sélectionnés en fonction de leur risque d'allergie.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.