Traitement de l'amblyopie (œil paresseux) avec patch ou gouttes / traitement médicamenteux

Objectif de la revue
Dans cette revue systématique, nous voulions résumer les meilleures données probantes disponibles sur l'efficacité et l'innocuité de l'occlusion conventionnelle (patch) et de la pénalisation de l'atropine (gouttes) dans le traitement de l'amblyopie (œil paresseux).

Messages principaux
Nous avons trouvé des données probantes suggérant que le patch conventionnel et les gouttes d'atropine ont conduit à une amélioration similaire de la vision.

Quel est le sujet de la revue ?
L'amblyopie (œil paresseux) est une affection courante chez les enfants et se définit comme une mauvaise vision dans un œil ou dans les deux yeux. L'œil paresseux est présent sans problème clair de la voie visuelle et n'est pas immédiatement fixé par le port de lunettes. Le traitement de l'œil paresseux commence habituellement par la prescription de lunettes nécessaires pour corriger tout défaut optique, suivie par la promotion de l'utilisation de l'œil paresseux (plus faible). Cette revue systématique a comparé deux traitements utilisés pour promouvoir l'utilisation de l'œil le plus faible : couvrir l'œil le plus fort pendant un certain nombre d'heures par jour, et des gouttes d'atropine (sulfate d'atropine) pour brouiller la vue de l'œil qui voit mieux.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?
Notre mise à jour de la version précédente de cette revue comprend sept essais avec un total de 1177 yeux amblyopes. Les données probantes de six essais (dont deux de bonne qualité méthodologique) suggèrent que le patch et les gouttes d'atropine améliorent l'acuité visuelle à court terme (de un à six mois) et à long terme (24 mois) chez l'œil le plus faible après le début du traitement. Nous n'avons pas constaté de différences entre les deux traitements en ce qui concerne le redressement des yeux, la perception de la profondeur ou la vision dans le meilleur œil. Les deux traitements ont été bien tolérés. Les gouttes d'atropine ont été prises plus régulièrement que le patch et étaient associées à une meilleure qualité de vie, mais la vision floue et la sensibilité à la lumière étaient plus courantes dans les yeux traités par l'atropine. L'irritation de la peau, de la paupière ou de la conjonctive étaient plus fréquente chez les participants recevant des patchs que chez ceux recevant de l'atropine.

À quel point cette revue est-elle à jour ?
Cette revue est à jour au 7 septembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

L'occlusion classique et la pénalisation par atropine génèrent toutes deux une amélioration de l'acuité visuelle de l'œil amblyope. La pénalisation de l'atropine semble être aussi efficace que l'occlusion conventionnelle, bien que l'ampleur de l'amélioration diffère selon les essais que nous avons analysés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'amblyopie est définie comme une altération de l'acuité visuelle d'un œil ou des deux yeux sans anomalie démontrable de la voie visuelle et n'est pas immédiatement résolue en portant des lunettes.

Objectifs: 

Dans le cadre de cette revue systématique, nous avons eu pour but de synthétiser les meilleures données probantes disponibles sur l'efficacité et l'innocuité du traitement d'occlusion conventionnel par rapport à la pénalisation de l'atropine dans le traitement de l'amblyopie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL) (qui contient le Registre des essais contrôlés sur la vue et les yeux Cochrane) (2018, numéro 8) ; Ovid MEDLINE ; Ovid Embase ; LILACS BIREME ; ClinicalTrials.gov ; ISRCTN ; et le ICTRP de l'OMS le 7 septembre 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés ayant comparé l'occlusion conventionnelle à la pénalisation par atropine pour l'amblyopie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné de façon indépendante les résumés et les articles en texte intégral, les données résumées et évalué le risque de biais.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus sept essais (cinq essais cliniques contrôlés randomisés et deux essais cliniques contrôlés quasi randomisés) menés dans six pays (Chine, Inde, Iran, Irlande, Espagne et États-Unis) avec un total de 1 177 yeux amblyopes. Trois de ces sept essais étaient tirés de la version originale 2009 de la revue. Nous avons évalué deux essais comme présentant un faible risque de biais dans tous les domaines, et les cinq autres comme présentant un risque de biais peu clair ou élevé pour certains domaines.

Comme différentes modalités d'occlusion, différents régimes de pénalisation de l'atropine et différentes populations ont été utilisés dans les essais inclus, nous n'avons effectué aucune méta-analyse en raison de l'hétérogénéité clinique et statistique. Les données probantes de six essais (dont deux à faible risque de biais) suggèrent que la pénalisation de l'atropine est aussi efficace que l'occlusion conventionnelle pour améliorer l'acuité visuelle. Une amélioration similaire de l'acuité visuelle a été signalée à tous les moments de l'évaluation, allant de cinq semaines (amélioration d'une ligne) à dix ans (amélioration de plus de trois lignes). A six mois, bien que la plupart des participants (363/522) proviennent d'un essai évalué comme étant à faible risque de biais avec une estimation précise (différence moyenne (DM) 0,03, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,00 à 0,06), deux autres essais évalués comme étant à risque élevé de biais ont produit des estimations non uniformes et de larges intervalles de confiance (DM -0,02, IC 95 % -0,11 à 0,07 et DM -0,14, IC 95 % -0,23 à 0,05 ; données probantes de certitude moyenne). A 24 mois, une amélioration supplémentaire a été constatée dans les deux groupes, mais il n'y avait toujours pas de différence significative entre ceux recevant une occlusion et ceux recevant un traitement à l'atropine (données probantes de qualité modérée).

Nous n'avons trouvé aucune différence dans l'alignement oculaire, l'acuité stéréoscopique ou l'acuité visuelle de l'œil sain entre les groupes d'occlusion et de la pénalisation de l'atropine (données probantes de qualité modérée). Les deux traitements ont été bien tolérés. L'atropine était associée à une meilleure observance (données probantes de certitude modérée) et à une meilleure qualité de vie (données probantes de certitude modérée), mais aussi à un risque plus élevé d'effets indésirables signalés sous forme d'une légère réduction de l'acuité visuelle de l'œil sain, ne nécessitant pas de traitement et de sensibilité à la lumière (données probantes de certitude élevée). L'irritation de la peau, de la paupière ou de la conjonctive était plus fréquente chez les participants recevant des patchs que chez ceux recevant de l'atropine (données probantes de haute certitude). La pénalisation par atropine coûte moins cher que l'occlusion conventionnelle.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Lina Ghosn et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.