Les statines chez les enfants souffrant d'hypercholestérolémie héréditaire

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur l'efficacité et l'innocuité des statines chez les enfants atteints d’hypercholestérolémie héréditaire.

Contexte

L'hypercholestérolémie familiale est une maladie héréditaire dans laquelle le taux de cholestérol sanguin est élevé. Les maladies vasculaires, c'est-à-dire l’obstruction des vaisseaux sanguins, surviennent souvent à un âge plus précoce que d'habitude, surtout chez les hommes. Ainsi, des thérapies à vie, commencées dès l'enfance, pour réduire le cholestérol sanguin sont nécessaires. Chez les enfants atteints d'hypercholestérolémie familiale, l’alimentation a constitué la principale option de traitement. Des médicaments, comme la cholestyramine et le colestipol, ont été utilisés efficacement, mais en raison de leur goût désagréable, ils sont mal tolérés et les schémas thérapeutiques ne sont pas suivis. L'avènement de la thérapie par statines pour les enfants a amélioré le traitement et cette revue met à jour la version précédemment publiée.

Date de la recherche

Les données probantes sont à jour au : 04 novembre 2019.

Caractéristiques de l'étude

La revue a inclus 9 études totalisant 1177 personnes souffrant d'hypercholestérolémie familiale hétérozygote, âgées de 4 à 18 ans. Les études ont comparé différents traitements par statine à une substance sans effet pharmacologique (un placebo) et les personnes étaient allouées à l’un ou l’autre des traitements de manière aléatoire. Les études duraient entre 12 à 104 semaines.

Principaux résultats

En général, la durée de l'intervention et du suivi a été courte (médiane de 24 semaines ; variant de six semaines à deux ans). Les statines ont probablement réduit la concentration moyenne en cholestérol à lipoprotéines de basse densité pour tous les points de mesure dans le temps (données probantes de qualité modérée). Les taux d’enzymes hépatiques, aspartate et alanine aminotransférases sériques, et d’enzyme musculaire, la créatinine kinase, n'ont pas varié entre le groupe traité et le groupe placebo, quelque soit le moment de la mesure (données probantes de faible qualité). Les risques de myopathie (maladie du tissu musculaire) et les effets secondaires étaient très faibles et similaires dans les deux groupes (données probantes de faible qualité). Deux des statines, la simvastatine et la pravastatine, pourraient avoir un effet positif sur deux des principaux vaisseaux sanguins habituellement touchés par l'élévation du taux de cholestérol (données probantes de faible qualité).

Qualité des données probantes

Les informations concernant la mise en insu (biais de performance et biais de détection) étaient disponibles pour les neuf études ; chacune a été décrite comme étant en double aveugle, indiquant que les participants et ceux qui participaient aux procédures de soins n’étaient pas informés du type de traitement administré. Dans deux études, les informations sur la façon dont les participants ont été répartis dans les groupes de traitement (biais de sélection) étaient clairement présentées, mais ces informations n'étaient pas clairement énoncées dans les sept autres études. Nous ne savons pas si les chercheurs savaient dans quel groupe de traitement les participants seraient placés (biais de sélection) et/ou si une déclaration sélective (biais de déclaration) a été effectuée, mais c'est très peu probable. En conclusion, nous pouvons dire que toutes les études semblaient bien menées et nous ne pensons pas que l'un ou l'autre des facteurs mentionnés ci-dessus ait influencé négativement les résultats. La qualité des données probantes variait de modérée (variation du taux de cholestérol sérique à lipoprotéines de basse densité (LDL) et effets indésirables) à faible (modification de l'épaisseur de la paroi des vaisseaux sanguins (intima-média carotidien), changement des mesures de croissance et de maturation, dysfonction hépatique, myopathie et modification des fonctions (endothéliales) des parois des vaisseaux sanguins).

Conclusions des auteurs: 

Le traitement par statines est un traitement efficace pour abaisser le taux de lipides chez les enfants atteints d'hypercholestérolémie familiale. Peu ou pas de problèmes de sécurité ont été identifiés. Le traitement par statines semble être sûr à court terme, mais son innocuité à long terme demeure inconnue. Les enfants traités par statines devraient faire l'objet d'une surveillance et d'un suivi attentifs de la part de leurs pédiatres et leurs soins devraient être transférés à un lipidologue pour adultes lorsqu'ils atteignent l'âge de 18 ans. Des essais contrôlés randomisés à grande échelle et à long terme sont nécessaires pour répondre aux questions sur l'innocuité à long terme des statines.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypercholestérolémie familiale est l'une des maladies métaboliques héréditaires les plus courantes et est une maladie autosomique dominante, ce qui signifie que les hétérozygotes, ou porteurs, sont affectés. Les porteurs homozygotes ont une maladie grave. La prévalence mondiale de l'hypercholestérolémie familiale hétérozygote est d'au moins 1 sur 500, bien que des données génétiques épidémiologiques récentes du Danemark et les données de séquençage de nouvelle génération suggèrent que sa fréquence pourrait être plus proche de 1 sur 250. Le diagnostic d'hypercholestérolémie familiale chez les enfants est basé sur des taux élevés de cholestérol total et de cholestérol à lipoprotéines de basse densité ou sur une analyse de l'ADN, ou les deux. Une athérosclérose coronarienne a été observée chez des hommes atteints d'hypercholestérolémie familiale hétérozygote dès l'âge de 17 ans et chez des femmes atteintes d'hypercholestérolémie familiale hétérozygote à 25 ans. Comme les complications cliniques de l'athérosclérose surviennent de façon prématurée, surtout chez les hommes, un traitement à vie, commencé dès l'enfance, est nécessaire pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire. Chez les enfants atteints de la maladie, l’alimentation était la pierre angulaire du traitement, mais l'ajout de médicaments hypolipémiants a entraîné une amélioration significative du traitement. Les résines échangeuses d'anions, comme la cholestyramine et le colestipol, se sont révélées efficaces, mais elles sont mal tolérées. Depuis les années 1990, des études menées sur des enfants âgés de 6 à 17 ans atteints d'hypercholestérolémie familiale hétérozygote ont démontré des réductions significatives de leur taux sérique de cholestérol total et de leur taux sérique de cholestérol à lipoprotéines de basse densité. Bien que les statines semblent sûres et bien tolérées par les enfants, leur innocuité à long terme dans ce groupe d'âge n'est pas fermement établie. Il s'agit d'une mise à jour d'une version déjà publiée de cette revue Cochane.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des statines chez les enfants souffrant d'hypercholestérolémie familiale hétérozygote.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais pertinents à partir du registre d’essais du groupe Cochrane sur les erreurs innées du métabolisme et Medline.

Date de la recherche la plus récente : 04 novembre 2019.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés et des études cliniques contrôlées comprenant des participants ayant jusqu’à 18 ans, comparant une statine à un placebo ou à un régime alimentaire seul.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de manière indépendante, les études à inclure et extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons trouvé 26 études potentiellement éligibles, parmi lesquelles neuf essais randomisés et contrôlés par placebo ont été inclus (1 177 participants). En général, la durée de l'intervention et du suivi a été courte (médiane de 24 semaines ; variant de six semaines à deux ans). Les statines ont réduit la concentration moyenne de cholestérol à lipoprotéines de basse densité pour tous les points de mesure dans le temps (données probantes de bonne qualité). Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence au niveau de la fonction hépatique (aspartate et alanine aminotransférases sériques, ainsi que les concentrations de créatinine kinase) entre les groupes traités et les groupes placebo, quelque soit le moment de la mesure (données probantes de faible qualité). Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence entre les statines et le placebo en ce qui concerne la myopathie (mesurée par la variation des taux de créatinine) (données probantes de faible qualité) ou les effets indésirables cliniques (données probantes de qualité modérée). Une étude sur la simvastatine a montré qu’elle pourrait améliorer légèrement la vasodilatation médiée par le flux de l'artère brachiale (données probantes de faible qualité), et une sur la pravastatine pendant deux ans pourrait avoir induit une régression de l'épaisseur intima-media carotidienne (données probantes de faible qualité).

Aucune étude n'a rapporté de données sur la rhabdomyolyse (dégénérescence du tissu musculaire squelettique) ou sur les décès dus à la rhabdomyolyse, sur la qualité de vie ou sur l'observance du traitement étudié.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.