Obturations en résine de la couleur des dents par rapport aux obturations en amalgame pour les dents permanentes à l'arrière de la bouche

Question de la revue

Cette revue, réalisée par le groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, a traité la question de l'efficacité des obturations de la couleur des dents (résines composites) comparée aux obturations conventionnelles en amalgame, lorsqu'elles sont placées directement dans les cavités des dents permanentes à l'arrière de la bouche.

Contexte

Les meilleurs matériaux d'obturation à utiliser lors de la restauration ou de l'obturation de trous causés par les caries dentaires dans les dents permanentes à l'arrière de la bouche sont sujets à controverse. Les obturations en amalgame ont été utilisées avec succès pendant plus de 150 ans et sont économiques. Toutefois, leur utilisation a décliné ces dernières années en partie en raison de leur apparence et du risque perçu de mercure utilisé. Les obturations de la couleur des dents (résines composites) sont fréquemment utilisées pour les dents de devant et également sur les dents permanentes à l'arrière de la bouche.

Les caractéristiques de l'étude

Les preuves sur lesquelles cette revue est basée étaient à jour le 22 octobre 2013. Nous avons effectué des recherches dans des bases de données scientifiques et nous avons trouvé sept études à inclure dans cette revue comparant les obturations en résine composite avec les obturations en amalgame et nous avons inclus deux de ces études dans l'analyse principale. Il y avait 3 265 obturations en composite et 1 935 obturations en amalgame, mais le nombre d'enfants était incertain. Dans plusieurs études, l'âge exact des participants était également incertain; toutefois, les enfants et les adultes, avec des dents permanentes à l'arrière de la bouche qui nécessitaient des obturations, ont été inclus. Les centres d'études se situaient au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Portugal, en Suède, aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.

Résultats principaux

Le principal résultat, incluant seulement deux études chez 921 enfants, suggère que les obturations en amalgame avaient de plus faibles taux d'échec que les obturations de la couleur des dents (résines composites) utilisées pour combler les trous causés par des caries sur les dents permanentes à l'arrière de la bouche. D'autres formations de caries (caries secondaires) étaient également moins fréquentes à proximité ou sous les obturations en amalgame par rapport aux obturations en résine composite. Il n'y avait aucune preuve d'une différence au niveau de la rupture dans les deux types d'obturations.

Les cinq autres études n'ont rapporté que le taux d'échec des obturations et la quantité de récurrence d'une carie dentaire survenant à proximité ou sous les obturations (caries secondaires) et les résultats soutenaient ceux des deux études ci-dessus.

Les résultats suggèrent que les obturations de la couleur des dents (résines composites) sont presque deux fois plus susceptibles d'échouer par rapport aux obturations en amalgame lorsqu'ils sont utilisés pour combler les dents permanentes à l'arrière de la bouche.

Qualité des preuves

La qualité des preuves était de faible à modérée. Du fait d'une différence évidente dans la couleur des obturations, il n'était pas possible de réaliser des comparaisons « en aveugle », il y avait donc un risque de biais élevé.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves de qualité médiocre suggèrent que les composites en résine conduisent à un plus fort taux d'échec et de risque de caries secondaires comparés aux restaurations en amalgame. Cette revue renforce le bénéfice des restaurations en amalgame et les résultats sont particulièrement utiles dans les régions du monde où l'amalgame est encore le matériau de choix pour restaurer les dents postérieures atteintes d'une carie proximale. La revue n'a pas trouvé suffisamment de preuves pour soutenir ou réfuter tout effet indésirable associé aux restaurations en amalgame ou en composite. Cependant, les recherches émergentes mettent en lumière des problèmes liés à la sensibilité génétique au mercure. La décision pour la baisse progressive de l'utilisation de l'amalgame à l'échelle mondiale (Convention de Minamata sur le Mercure) en limitera l'utilisation future.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'amalgame a été le matériau traditionnel d'obturation des cavités sur les dents postérieures durant ces 150 dernières années et, en raison de son efficacité et de son coût, l'amalgame est toujours le matériau de restauration de choix dans certaines parties du monde. Cependant, des inquiétudes ont dernièrement été formulées sur l'utilisation des restaurations (obturations) à base d'amalgame, relatives à la libération de mercure dans le corps et à l'impact de l'environnement suite à son élimination. Les composites en résine sont devenus une alternative esthétique aux restaurations en amalgame et une nette amélioration de ses propriétés mécaniques pour restaurer les dents postérieures a été constatée.

Il est nécessaire d'examiner les nouvelles preuves comparant l'efficacité des deux restaurations.

Objectifs: 

Examiner les effets des obturations en résine composite directe par rapport aux obturations en amalgame pour les dents permanentes postérieures, principalement sur l'échec de la restauration.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu'au 22 octobre 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 9), MEDLINE via OVID (de 1946 au 22 octobre 2013), EMBASE via OVID (de 1980 au 22 octobre 2013) et LILACs via BIREME Virtual Health Library (de 1980 au 22 octobre 2013). Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue ou la date de publication lors des recherches dans les bases de données électroniques. Nous avons contacté les fabricants des matériaux dentaires pour obtenir toute étude non publiée.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant des composites dentaires en résine aux amalgames dentaires sur les dents permanentes postérieures. Nous avons exclu les études ayant une période de suivi de moins de trois ans.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé des procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration Cochrane.

Résultats principaux: 

Sur les 2 205 références extraites, nous avons inclus sept essais (10 articles) dans la revue systématique. Deux essais étaient des études en groupes parallèles portant sur 1 645 restaurations en composite et 1 365 restaurations en amalgame (921 enfants) dans l'analyse. Les cinq autres essais étaient des études en bouche fractionnée portant sur 1 620 restaurations en composite et 570 restaurations en amalgame avec un nombre incertain d'enfants. En raison de graves problèmes de la notification des données pour les cinq essais en bouche fractionnée, l'analyse primaire est basée sur les deux essais en groupes parallèles. Nous avons jugé que tous les sept essais étaient à risque de biais élevé et nous avons analysé 3 265 restaurations en composite et 1 935 restaurations en amalgame.

Les essais en groupes parallèles indiquaient que les restaurations en résine présentaient un risque d'échec significativement plus élevé que les restaurations en amalgame (risque relatif (RR) 1,89, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,52 à 2,35, valeur P < 0,001 (modèle à effets fixes) (preuves de faible qualité)) et un risque accru de caries secondaires (RR 2,14, IC à 95 % 1,67 à 2,74, valeur P < 0,001 (preuves de faible qualité)), mais ne présentaient aucune preuve d'un risque accru de fracture de la restauration (RR 0,87, IC à 95 % 0,46 à 1,64, valeur P = 0,66 (preuves de qualité modérée)). Les résultats des essais en bouche fractionnée étaient compatibles avec ceux des essais en groupes parallèles.

Les effets indésirables des restaurations dentaires ont été rapportés dans deux essais. Les critères de jugement considérés étaient la fonction neurocomportementale, la fonction rénale, la fonction psychosociale et le développement physique. Les investigateurs n'ont trouvé aucune différence concernant les effets indésirables entre les restaurations en composite et en amalgame. Cependant, les résultats doivent être interprétés avec prudence car seulement un essai rapportait les critères de jugement.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.