Programmes d'exercices aérobiques pour les adultes atteints du syndrome de Down

De nombreux patients atteints du syndrome de Down ont peu de forces, peu de masse musculaire et un taux élevé de masse grasse, et présentent donc un risque élevé de problèmes cardio-vasculaires. Bien que l'on considère que les exercices physiques améliorent la santé physique et psychosociale de différentes populations de patients en bonne santé, les informations sont insuffisantes concernant la sécurité et l'efficacité des exercices aérobiques chez les adultes atteints du syndrome de Down. Cette revue n'a identifié que trois petits essais randomisés. Les résultats indiquaient que seuls les aspects du rendement (ex. : durée maximum de l'épreuve d'effort, distance maximum à la fin de l'épreuve d'effort) s'amélioraient après les programmes d'exercices aérobiques. D'autres recherches bien planifiées et portant sur des effectifs plus importants sont nécessaires afin d'évaluer les bénéfices psychosociaux potentiels chez les adultes atteints du syndrome de Down.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour établir que les exercices aérobiques améliorent les résultats physiques ou psychosociaux des adultes atteints du syndrome de Down. Bien que certaines preuves suggèrent que les programmes utilisant différentes activités physiques améliorent certains aspects physiologiques et psychologiques, des recherches bien réalisées et examinant les résultats physiques à long terme, les effets indésirables, les résultats psychosociaux et les coûts sont nécessaires afin de permettre aux cliniciens de prendre des décisions éclairées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Bien que l'on considère que les exercices physiques améliorent la santé physique et psychosociale chez différentes populations, les informations sont insuffisantes concernant la sécurité et l'efficacité des exercices aérobiques chez les adultes atteints du syndrome de Down.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la sécurité des programmes d'exercices aérobiques en termes de résultats physiologiques et psychosociaux chez les adultes atteints du syndrome de Down.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les bases de données électroniques suivantes ont fait l'objet de recherches: Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2009, numéro 1) ; MEDLINE (de 1966 à août 2009) ; EMBASE (de 1980 à août 2009) ; CINAHL (de 1982 à août 2009) ; LILACS (de 1982 à août 2009) ; PsycINFO (de 1887 à août 2009) ; ERIC (de 1966 à août 2009) ; Current Controlled Trials (août 2009) ; et Campbell Collaboration's Social, Psychological, Educational and Criminological Register (C2-SPECTR) (jusqu'en août 2009). Nous avons recherché des informations concernant les essais cliniques en cours dans ClinicalTrials.gov (http://clinicaltrials.gov) (accès en août 2009) et le National Research Register (NRR) (2009, numéro 1).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés utilisant des programmes d'exercices aérobiques sous supervision, avec des composants comportementaux acceptés en tant que co-interventions.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont sélectionné les essais pertinents, évalué leur qualité méthodologique et extrait les données. Lorsque cela était possible, les données ont été combinées en une méta-analyse à l'aide d'un modèle à effets aléatoires. Les valeurs positives sont favorables au groupe expérimental, tandis que les valeurs négatives sont favorables au groupe témoin.

Résultats principaux: 

Trois études incluses dans cette revue systématique utilisaient différentes activités aérobiques : de la marche/du jogging et de l'aviron chez des participants âgés de 17 à 65 ans (États-Unis, Portugal et Israël). Dans les méta-analyses, seul l'inclinaison maximum du tapis roulant s'améliorait après les programmes d'exercices aérobiques (4,26 paliers (%) [IC à 95 %, entre 2,06 et 6,45]). D'autres variables relatives au rendement ne pouvant pas être combinées en une méta-analyse présentaient également une amélioration dans le groupe expérimental : la durée maximum de l'épreuve d'effort (P = 0,0003), le nombre total de tours de roue d'inertie (P = 0,02), la résistance à l'ergomètre (p = 0,003), la puissance d'extension et de flexion du genou (p < 0,00001) et le test du lever de chaise de Mathias chronométré (Timed Up and Go test) (p = 0,008). Trente autres critères de jugement, parmi lesquels le stress oxydatif et la composition corporelle, n'ont pas pu être combinés dans la méta-analyse. En dehors du rendement, les essais ne rapportaient aucune amélioration statistiquement significative.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.