Interventions en faveur du sevrage tabagique dans le cadre d’un cabinet dentaire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

En plus des effets nuisibles bien connus du tabagisme sur les systèmes respiratoire et cardiovasculaire, le tabagisme est associé à un risque accru de maladie buccale, y compris un cancer et une maladie gingivale. Les professionnels de la santé bucco-dentaire sont dans une position unique pour aider les fumeurs qui se présentent pour un soin dentaire en leur fournissant une assistance pour les aider à arrêter de fumer ou à utiliser d'autres produits du tabac. Les découvertes combinées de 14 études totalisant plus de 10 500 participants ont montré que les interventions contre le tabagisme menées par les professionnels de la santé bucco-dentaire aidaient les fumeurs à arrêter. Ces découvertes sont similaires pour les utilisateurs de tabac sans fumée et les fumeurs, et les données révèlent une augmentation significative des bénéfices démontrés par rapport aux découvertes préalables de cette revue.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats disponibles suggèrent que les interventions comportementales anti-tabac menées par des professionnels de la santé bucco-dentaire et incluant un examen effectué dans le contexte du cabinet dentaire ou de la collectivité peuvent accroitre les taux d'abstinence tabagique chez les consommateurs de tabac sans fumée. Les différences entre les études limitent la possibilité de faire des recommandations concluantes concernant les composantes d'intervention qui devraient être incorporées dans la pratique clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le tabagisme a des effets significativement négatifs sur la santé bucco-dentaire. Les professionnels de la santé bucco-dentaire, dans le cadre du cabinet dentaire ou de la collectivité, ont une possibilité particulière d'accroitre les taux d'abstinence tabagique chez les consommateurs de tabac.

Objectifs: 

Cette étude évalue l'efficacité des interventions de sevrage tabagique proposées aux fumeurs de cigarettes et aux consommateurs de snus (tabac sans fumée), dans le cadre du cabinet dentaire ou en milieu communautaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme (CENTRAL), dans MEDLINE (1966-2004), dans EMBASE (1988-2004), dans CINAHL (1982-2004), dans Healthstar (1975-2004), dans ERIC (1967-2004), dans PsycINFO (1984-2004), dans la base de données du National Technical Information Service (NTIS, 1964-2004), dans « Dissertation Abstracts Online » (1861-2004), dans « Database of Abstract of Reviews of Effectiveness » (DARE, 1995-2004) et dans « Web of Science » (1993-2004).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques randomisés et pseudo-randomisés évaluant des interventions de sevrage tabagique, conduites par des professionnels de la santé bucco-dentaire, dans le cadre du cabinet dentaire ou en milieu communautaire, avec, au moins, un suivi de six mois.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs, indépendamment, ont passé en revue les abstracts pour leur éventuelle inclusion et extrait les données des essais inclus. Les désaccords ont été résolus par consensus.

Résultats principaux: 

Six essais cliniques répondaient aux critères d'inclusion dans cette revue. Les études retenues évaluaient l'efficacité des interventions dans le contexte du cabinet dentaire ou du milieu communautaire scolaire. Toutes les études évaluaient l'efficacité d'interventions en direction des consommateurs de snus (tabac sans fumée), une d'entre elles incluait les fumeurs de cigarettes. Toutes les études avaient employé des interventions comportementales et une seule avait offert la pharmacothérapie comme élément d'intervention. Toutes les études comprenaient un volet d'examen bucco-dentaire. Le regroupement des études montrait que les interventions menées par les professionnels de la santé bucco-dentaire accroissent les taux d'abstinence tabagique (rapport des cotes [RC] 1,44 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 1,16 à 1,78) à 12 mois ou plus. L'hétérogénéité était évidente (I2 = 75 %) et n'a pu être expliquée de manière satisfaisante par les sous-groupes ou les analyses de sensibilité.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.