Interventions contre la cellulite et l'érysipèle

Cette revue étudie les interventions contre les infections cutanées de « cellulite » et « érysipèle ». Ces deux termes sont aujourd'hui considérés comme des présentations différentes d'une même affection par de nombreux experts ; c'est pour cette raison que cette revue les étudie ensemble. Pour des raisons de simplicité, nous utilisons le terme « cellulite » pour désigner les deux affections.

La cellulite est une infection cutanée douloureuse courante, généralement d'origine bactérienne, qui peut nécessiter une hospitalisation dans des cas graves. Les traitements prescrits sont variés ; cette revue vise donc à recueillir des preuves sur les meilleurs traitements disponibles.

L'infection touche généralement la peau du bas des jambes, mais peut également concerner la peau d'autres sites du corps, souvent après une plaie. Les symptômes incluent douleur intense, tuméfaction et inflammation, souvent accompagnés de fièvres, rigidités, nausées et un sentiment de mal-être général. L'infection est généralement traitée par antibiotiques, cependant des corticostéroïdes et des traitements physiques sont utilisés pour réduire la douleur, la rougeur et la tuméfaction et améliorer la circulation au niveau de la peau.

Nous avons identifié 25 essais contrôlés randomisés. Parmi eux, nous n'avons pas identifié deux essais analysant les mêmes antibiotiques et aucun régime de traitement standard n'a été utilisé en tant que comparaison. Nous ne sommes pas en mesure de définir le meilleur traitement contre la cellulite et nos conclusions limitées se fondent principalement sur des essais uniques. Aucun traitement ne s'est avéré clairement supérieur. Étonnamment, les antibiotiques oraux semblent plus efficaces que les antibiotiques administrés par voie intraveineuse pour la cellulite modérée à grave. Ce point mérite d'être étudié plus en détail. Les antibiotiques administrés par injection dans un muscle étaient aussi efficaces qu'administrés dans une veine, avec une incidence plus faible d'événements indésirables. Dans une étude, l'ajout de corticostéroïdes à un antibiotique a semblé réduire la durée du séjour hospitalier ; toutefois, des essais complémentaires sont nécessaires. Un essai unique de petite taille indiquait que le traitement par vibration peut augmenter le taux de guérison, mais les résultats d'essais uniques doivent être pris avec précaution. Les données disponibles sont insuffisantes pour donner des résultats clairs en termes d'événements indésirables.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne sommes pas en mesure de déterminer le meilleur traitement contre la cellulite et la majorité des recommandations se fondent sur des essais uniques. Les essais devraient évaluer l'efficacité des antibiotiques oraux par rapport aux antibiotiques en intraveineuse dans le cadre de la communauté, puisque cela a des répercussions de service sur le coût et le confort.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La cellulite et l'érysipèle sont aujourd'hui considérées comme des manifestations de la même maladie, une infection cutanée associée à une douleur intense et à des symptômes systémiques. Une gamme de traitements antibiotiques sont proposées dans des directives.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la sécurité d'interventions contre la cellulite non acquise chirurgicalement.

La stratégie de recherche documentaire: 

En mai 2010, nous avons cherché des essais contrôlés randomisés dans le registre spécialisé du Cochrane skin group, le registre Cochrane central des essais contrôlés dans la librairie Cochrane, MEDLINE, EMBASE et les bases de données d'essais en cours.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné les essais contrôlés randomisés comparant deux ou plusieurs interventions différentes contre la cellulite.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué indépendamment la qualité des essais et ont extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 25 études avec un total de 2 488 participants. Notre critère de jugement principal, « symptômes qualifiés par le participant ou le médecin ou proportion sans symptôme » était généralement rapporté. Nous n'avons pas trouvé deux essais évaluant les mêmes médicaments. Nous avons donc regroupé des types de médicaments similaires ensemble.

Les macrolides/streptogramines se sont avérés plus efficaces que les antibiotiques à base de pénicilline (rapport de risque (RR) 0,84, IC à 95% entre 0,73 et 0,97). Parmi trois essais, portant sur 419 personnes, 2 de ces études utilisaient un macrolide orale versus de la pénicilline par voie intraveineuse (IV) et ont mis en évidence que les traitements oraux peuvent être plus efficaces que les traitements IV (RR 0,85, IC à 95% entre 0,73 et 0,98).

Trois études sur un total de 88 personnes comparant la pénicilline et la céphalosporine n'ont montré aucune différence en termes d'effet du traitement (RR 0,99, IC à 95% entre 0,68 et 1,43).

Six essais portant sur 538 participants comparant différentes générations de céphalosporine n'ont montré aucune différence en termes d'effet du traitement (RR 1,00, IC à 95% entre 0,94 et 1,06).

Nous n'avons trouvé que des études uniques de petite taille pour la durée du traitement antibiotique, la voie intramusculaire versus la voie intraveineuse, l'ajout de corticostéroïdes au traitement antibiotique par rapport à l'antibiotique seul et le traitement par vibration. Les preuves sont donc insuffisantes pour tirer des conclusions. Seules deux études ont étudié les traitements contre la cellulite grave et ont sélectionné des antibiotiques différents pour leurs comparaisons. Nous ne pouvons donc pas tirer de conclusions définitives.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.