Traitement des crampes dans le cas d'une sclérose latérale amyotrophique/maladie du motoneurone

Une crampe est une contraction involontaire douloureuse et soudaine d'un muscle. De nombreuses personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique (SLA), également désignée par maladie du motoneurone, souffrent de crampes au cours de la maladie. Celles-ci vont des crampes légères qui n'affectent pas les activités quotidiennes et le sommeil, jusqu'à des crampes douloureuses très graves. Certains médicaments qui sont utilisés pour traiter les crampes chez des personnes ne présentant aucun problème médical ou présentant des maladies autres que la SLA ont été testés dans des essais cliniques de la SLA. Ces médicaments incluent la vitamine E, la créatine, la quinidine et la gabapentine. D'autres médicaments tels que le sulfate de quinine, le magnésium, le baclofène (Lioresal), le dantrolène, le clonazépam, la diphénylhydantoïne, et la gabapentine, ont été utilisés pour traiter les crampes chez des personnes atteintes de SLA mais leur efficacité est indéterminée. En 2006 et 2010, l'US Food and Drugs Administration (FDA) a émis des mises en garde concernant l'utilisation du sulfate de quinine, qui était le traitement le plus généralement prescrit auparavant pour les crampes aux États-Unis. Cette revue a cherché à déterminer à quel point les médicaments et les traitements physiques sont efficaces pour les crampes chez les personnes atteintes de SLA. Les auteurs de la revue ont identifié 20 essais contrôlés randomisés portant sur des personnes atteintes de SLA comprenant un total de 4 789 participants. Seul un essai, du médicament tétrahydrocannabinol (THC), avait directement étudié l'efficacité d'une intervention pour les crampes. Treize essais contrôlés randomisés portant sur la SLA avaient étudié les crampes de façon secondaire parmi d'autres variables. Les médicaments comprenaient la vitamine E, le baclofène, le riluzole, la L-thréonine, le xaliprodène, l'indinavir et la mémantine. Six essais contrôlés randomisés portant sur la SLA avaient étudié les crampes en tant qu'événements indésirables. Les médicaments comprenaient la créatine, la gabapentine, la dextrométhorphane, la quinidine et le lithium. Aucune des 20 études n'avait pu démontrer un effet bénéfique, mais les études étaient de petite taille. Il manque des preuves actuelles sur le traitement des crampes dans le cas d'une SLA et des recherches supplémentaires doivent être effectuées.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune preuve pour soutenir l'utilisation de toute intervention pour le traitement des crampes musculaires dans le cas d'une SLA/MMN. Des essais contrôlés randomisés supplémentaires et plus importants évaluant les traitements pour les crampes musculaires dans le cas d'une SLA/MMN doivent être effectuées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les crampes sont des contractions musculaires involontaires et douloureuses. Elles touchent fréquemment des personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique/maladie du motoneurone (SLA) à tous les stades de la maladie. Jusqu'ici, le traitement des crampes musculaires dans le cas d'une SLA était en grande partie empirique sans aucune preuve provenant des essais contrôlés randomisés.

Objectifs: 

Évaluer systématiquement l'effet des interventions sur les crampes musculaires en tant que critère de jugement principal ou secondaire ou événement indésirable chez les personnes atteintes de SLA/MMN.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (14.02.2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 1, 2011 dans The Cochrane Library), MEDLINE (de janvier 1966 à janvier 2011) et EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2011) et les listes bibliographiques des articles consultés en utilisant les termes maladie du motoneurone, maladie des motoneurones, maladie des neurones moteurs ou sclérose latérale amyotrophique. Nous avons contacté les auteurs des essais pour obtenir des informations supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais randomisés et quasi-randomisés des médicaments oraux portant sur des personnes atteintes de SLA qui évaluaient les crampes en tant que mesure d'un critère de jugement principal ou secondaire ou en tant qu'événement indésirable. Nous avons aussi inclus les essais utilisant des médicaments sous-cutanés ou intraveineux ou une physiothérapie.

Recueil et analyse des données: 

Tous les auteurs ont appliqué les critères de sélection et ont évalué la qualité des études de façon indépendante, de même que tous les auteurs ont procédé à l'extraction des données de façon indépendante.

Résultats principaux: 

Vingt études portant sur 4 789 participants ont été identifiées. Seul un essai, celui du tétrahydrocannabinol (THC), avait évalué les crampes en tant que principal critère de jugement. Treize études avaient évalué les crampes en tant que critère de jugement secondaire. Les médicaments comprenaient la vitamine E, le baclofène, le riluzole, la L-thréonine, le xaliprodène, l'indinavir et la mémantine. Six études avaient évalué les crampes en tant qu'événement indésirable. Les médicaments comprenaient la créatine, la gabapentine, la dextrométhorphane, la quinidine et le lithium. Dans la totalité des 20 études, aucun effet favorable pour le traitement des crampes dans le cas d'une SLA/MMN n'a pu être démontré, mais de nombreuses études manquaient de puissance pour tirer des conclusions définitives. Une méta-analyse de deux petites études a montré un résultat statistiquement non significatif pour l'acide aminé L-thréonine pour le traitement des crampes dans le cas d'une SLA/MMN. Aucune étude utilisant la physiothérapie en tant qu'intervention thérapeutique pour les crampes n'a été identifiée.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.