Interventions pour prévenir la dépression après un accident vasculaire cérébral

Problématique de la revue

La stimulation cérébrale pharmacologique, psychologique, non invasive ou une combinaison de ces interventions préviennent-elles la dépression et améliorent-elles les résultats après un accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Contexte

Le rôle des interventions visant à prévenir la dépression après un accident vasculaire cérébral n'est pas clair. La dépression est une complication courante et importante des accidents vasculaires cérébraux qui est souvent oubliée ou mal prise en charge. Peu de choses sont connues sur si les stratégies de prévention mises en œuvre tôt après un accident vasculaire cérébral réduisent le risque de dépression et améliorent la récupération des personnes non déprimées au moment de l'évaluation ou non.

Date des recherches

Nous avons identifié les essais lors de recherches effectuées le 13 août 2018.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus des essais ayant fait état de l'utilisation d'interventions pharmacologiques et psychologiques pour prévenir la dépression après un AVC. L'âge moyen des participants variait entre 55 et 73 ans. Les essais ont été réalisés en Asie (3), en Europe (8), en Amérique du Nord (5) et en Australie (3).

Principaux résultats

Nous avons inclus 19 essais (12 pharmacologiques et 7 psychologiques) impliquant 1771 participants. L’information concernant les critères de jugement de neuf essais pharmacologiques et de deux essais psychologiques été disponible, et suggérait que ces traitements pourraient réduire le risque de développer une dépression. Un nombre plus restreint d'études (huit études pharmacologiques et cinq études psychologiques) n'ont constaté aucune augmentation des décès ou des événements indésirables.

Niveau de confiance des données probantes

Nous avons évalué Niveau de confiance des données probantes comme étant très faible en raison des limites de conception des études.

Conclusion

Notre capacité à généraliser ces résultats à l'ensemble des survivants d'accidents vasculaires cérébraux est limitée en raison de la faible proportion de survivants ayant été éligibles à l’inclusion dans ces essais cliniques. Davantage d'essais cliniques bien conçus testant les interventions pratiques pour la prévention de la dépression chez tous les survivants d'accident vasculaire cérébral sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes disponibles suggèrent que les interventions pharmacologiques et la thérapie psychologique pourraient prévenir la dépression et améliorer l'humeur après un accident vasculaire cérébral. Toutefois, le niveau de confiance de ces conclusions est très faible en raison du très faible niveau de confiance des données probantes. D'autres essais sont nécessaires avant de pouvoir formuler des recommandations fiables sur l'utilisation courante de ces traitements après un accident vasculaire cérébral.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dépression est une conséquence majeure de l'accident vasculaire cérébral (AVC) influençant la récupération, mais n'est souvent pas détectée ou elle prise en charge de manière inadéquate. Il s'agit d'une mise à jour et d'une extension d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2004 et précédemment mise à jour en 2008.

Objectifs: 

L'objectif principal est de tester l'hypothèse selon laquelle la stimulation cérébrale pharmacologique, psychologique, non invasive ou des combinaisons de ces interventions réduisent l'incidence de la dépression diagnostiquable après un AVC. Les objectifs secondaires sont de tester l'hypothèse selon laquelle la stimulation cérébrale pharmacologique, psychologique, non invasive ou des combinaisons de ces interventions réduisent les niveaux de symptômes dépressifs et de dépendance, et améliorent le fonctionnement physique après un AVC. Nous cherchons également à déterminer la tolérance des interventions et l’adhérence des patients à celles-ci.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé du groupe thématique Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (dernière recherche en août 2018). En outre, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : le registre Cochrane des essais contrôlés, CENTRAL (la bibliothèque Cochrane, 2018, Issue 8), MEDLINE (1966 à août 2018), Embase (1980 à août 2018), PsycINFO (1967 à août 2018), CINAHL (1982 à août 2018) et trois index du Web of Science (2002 à août 2018). Nous avons également consulté des références bibliographiques, des registres d'essais cliniques (le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'OMS) ; jusqu'en août 2018 et ClinicalTrials.gov ; jusqu'en août 2018), des actes de conférences ; nous avons contacté les auteurs des études.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) comparant : 1) des interventions pharmacologiques à un placebo ; 2) une des diverses formes de thérapie psychologique aux soins habituels et/ou au contrôle de l'attention ; 3) une des diverses formes de stimulation cérébrale non invasive à une stimulation fictive ou aux soins habituels ; 4) une intervention pharmacologique et une des diverses formes de thérapie psychologique à une intervention pharmacologique et soins habituels et/ou au contrôle de l'attention ; 5) une stimulation cérébrale non invasive et une intervention pharmacologique à une intervention pharmacologique et stimulation fictive ou aux soins habituels ; 6) une intervention pharmacologique et une des diverses formes de thérapie psychologique à un placebo et thérapie psychologique ; 7) une intervention pharmacologique et une stimulation cérébrale non invasive à un placebo plus stimulation cérébrale non invasive ; 8) une stimulation cérébrale non invasive et une des diverses formes de thérapie psychologique à une stimulation cérébrale non invasive plus soins habituels et/ou contrôle de l'attention ; et 9) une stimulation cérébrale non invasive et une des diverses formes de thérapie psychologique à une stimulation cérébrale fictive ou des soins habituels plus thérapie psychologique, dans le but de prévenir la dépression après un AVC.

Recueil et analyse des données: 

Les auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné des études, évalué le risque de biais et extrait les données de toutes les études incluses. Nous avons calculé la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS) pour les données continues et le risque relatif (RR) pour les données dichotomiques avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons évalué l'hétérogénéité en utilisant la statistique I2 et évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 19 ECR (21 interventions), avec 1771 participants à la revue. Des données étaient disponibles pour 12 essais pharmacologiques (14 interventions) et sept essais psychologiques. Il n'y avait aucun essai de stimulation cérébrale non invasive comparée à une stimulation fictive ou aux soins habituels, de combinaison d'une intervention pharmacologique et d'une des diverses formes de thérapie psychologique comparée à un placebo et une thérapie psychologique, ou de combinaison de stimulation cérébrale non invasive et d'une intervention pharmacologique comparée à une intervention pharmacologique et une stimulation fictive ou des soins habituels pour la prévention de la dépression après un AVC. Les effets du traitement étaient observés sur le critère de jugement principal de la satisfaction des critères de dépression de l'étude à la fin du traitement : il existe des données probantes de très faible niveau de confiance provenant de huit essais (neuf interventions) indiquant que les interventions pharmacologiques diminuent le nombre de personnes répondant aux critères de dépression de l'étude (RR 0,50, IC à 95% 0,37 à 0,68 ; 734 participants) par rapport au placebo. Des données de très faible niveau de confiance provenant de deux essais suggéraient une réduction de la proportion de personnes répondant aux critères de dépression de l'étude grâce aux interventions psychologiques (RR 0,68, IC à 95 % 0,49 à 0,94, 607 participants) par rapport aux soins habituels et/ou au contrôle de l'attention.

Huit essais (neuf interventions) n'ont constaté aucune différence en termes de décès et autres événements indésirables entre les groupes d'intervention pharmacologique et les groupes placebo (RR 1,25, IC à 95 % 0,32 à 4,91 ; 496 participants), sur la base de données de très faible niveau de confiance. Cinq essais n'ont constaté aucune différence entre l'intervention psychologique et les soins habituels et/ou les groupes de contrôle de l'attention concernant les décès et autres événements indésirables (RR 1,18, IC à 95 % 0,73 à 1,91 ; 975 participants), sur la base de données de très faible niveau de confiance.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.