Antihistaminiques avec ou sans décongestionnants pour l'otite moyenne avec effusion (OME) (otite séreuse) chez l'enfant

L'otite moyenne avec effusion (OME), également connue sous le nom d'otite séreuse ou otite moyenne séreuse, est une inflammation qui se caractérise par l'accumulation de liquide dans l'oreille moyenne. De nombreux traitements sont indiqués. Cette revue fait un résumé des études utilisant des antihistaminiques, des décongestionnants ou l'association antihistaminiques-décongestionnants. Elle ne révèle aucun avantage concernant l'ensemble des résultats à court ou long terme, notamment la résolution du liquide, les problèmes d'audition ou le besoin de diriger le malade vers d'autres spécialistes. En outre, l'utilisation de ces médicaments provoque des effets secondaires importants, comme des troubles gastro-intestinaux, une irritabilité, une somnolence ou des étourdissements, chez près de 10 % des patients. Pour cette raison, les antihistaminiques, les décongestionnants ou les associations antihistaminiques-décongestionnants ne sont pas recommandés pour le traitement de l'OME. L'attente vigilante constitue la meilleure approche, tout en envisageant d'envoyer le patient en consultation chez un spécialiste ORL si les symptômes persistent au-delà de 12 semaines.

Conclusions des auteurs: 

Les données combinées ne démontrent aucun bénéfice mais elles indiquent certains effets indésirables de l'utilisation d'antihistaminiques, de décongestionnants ou de l'association de ces deux médicaments dans la prise en charge de l'OME. Nous nous prononçons donc contre leur utilisation.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Ceci est la mise à jour d'une revue systématique Cochrane publiée pour la première fois dans The Cochrane Library Numéro 4, 2006.

L'otite moyenne avec effusion (OME) est une inflammation fréquente pouvant être à l'origine d'une perte auditive associée à un retard du développement. Le traitement reste controversé. L'efficacité des antihistaminiques, des décongestionnants ou des associations antihistaminiques-décongestionnants pour favoriser la résolution des effusions a été évaluée dans le cadre d'essais contrôlés randomisés.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue était de déterminer si les antihistaminiques, les décongestionnants ou l'association de ces deux médicaments se révèlent efficaces pour traiter les enfants présentant une OME.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; BIOSIS Previews ; Cambridge Scientific Abstracts ; ainsi que dans ISRCTN et autres sources afin de recenser des essais publiés ou non. La recherche la plus récente a été effectuée le 1er février 2011, après une recherche réalisée en 2006.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des antihistaminiques, des décongestionnants ou des associations antihistaminiques-décongestionnants pour traiter des enfants atteints d'une OME. Les essais dont la randomisation était effectuée sur la base de l'otite moyenne aiguë (OMA) ont été exclus, même si l'OME était également étudiée lors du suivi.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, extrait les données des rapports publiés à l'aide de formulaires et de méthodes d'extraction de données standardisés. Ces deux auteurs ont évalué de façon indépendante la qualité méthodologique des études incluses. Les résultats dichotomiques ont été exprimés en tant que risque relatif avec des intervalles de confiance à 95 %, à l'aide d'un modèle à effets fixes en cas d'hétérogénéité et d'un modèle à effets aléatoires en cas d'homogénéité. Les résultats analysés étaient presque tous homogènes. La qualité des données continues a été examinée. Une analyse statistique a été réalisée au moyen du logiciel RevMan 5.1.

Résultats principaux: 

Six études (1 880 participants) ont été incluses dans la revue. Aucun bénéfice statistique ou clinique n'a été observé pour l'ensemble des interventions ou des critères d'évaluation étudiés. Toutefois, les sujets traités dans les études ressentaient 11 % d'effets secondaires de plus que les sujets non traités (nombre de patients à traiter pour observer un effet nuisible du traitement = 9).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.