Il n'existe pas assez de preuves pour démontrer l'effet des membranes synthétiques par rapport aux membranes de cellulose pour l'hémodialyse

Lorsqu'un rein est défaillant, le sang ne peut être filtré correctement. La dégradation des protéines et l'eau doivent être éliminées par hémodialyse, un processus mécanique qui filtre le sang à travers une membrane spéciale. Des membranes naturelles telles que celles en cellulose sont utilisées. Les membranes de type synthétique, plus coûteuses, sont considérées comme plus compatibles car elles provoquent moins de réponse immunitaire mais la façon dont les résultats cliniques réels sont influencés n'est toutefois pas déterminée. La revue a comparé les membranes synthétiques avec les membranes de cellulose/cellulose modifiée. Les preuves n'ont pas été suffisantes pour démontrer un effet bénéfique pour les membranes synthétiques bien que quelques améliorations aient été observées. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve de bénéfice n'a été observée lorsque les membranes synthétiques ont été comparées aux membranes de cellulose/cellulose modifiée en termes de diminution de la mortalité et des effets indésirables liés à la dialyse. Malgré le nombre relativement important d'ECR réalisés dans ce domaine, aucune des études incluses n'a rapporté de mesures de la qualité de vie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Si le rein est défaillant, les métabolites hématogènes de la dégradation des protéines et l'eau ne peuvent être excrétés. Le principe de l'hémodialyse est que ces substances peuvent être éliminées lorsque le sang est passé dans une membrane semi-perméable. Les matériaux utilisés pour les membranes naturelles comprennent la cellulose ou la cellulose modifiée, plus récemment ont été développées diverses membranes synthétiques. Les membranes synthétiques sont considérées comme étant davantage biocompatibles en ce sens qu'elles induisent moins de réponse immunitaire que les membranes à base de cellulose.

Objectifs: 

Évaluer les effets de différents matériaux de la membrane d'hémodialyse chez les patients souffrant d'insuffisance rénale chronique terminale (IRCT).

La stratégie de recherche documentaire: 

MEDLINE, EMBASE, PreMEDLINE, HealthStar CINAHL, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), Biosis, SIGLE, CRIB, le UK National Research Register et les références bibliographiques des articles concernés ont été consultés. Des sociétés biomédicales et des chercheurs connus ont été contactés, une recherche manuelle dans les revues sélectionnées et les actes de conférence a été effectuée.
Date de la recherche la plus récente : Juin 2004.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR comparant les différents matériaux de la membrane d'hémodialyse chez des patients souffrant d'IRCT.

Recueil et analyse des données: 

Deux relecteurs ont évalué indépendamment la qualité méthodologique des études. Les données ont été résumées sur un formulaire standard par un relecteur et vérifiées par un autre. Risque relatif (RR) et différence moyenne (DM) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %

Résultats principaux: 

Trente-deux études ont été identifiées. Les concentrations de ß2 microglobuline en prédialyse n'étaient pas significativement plus faibles chez les patients traités au moyen de membranes synthétiques (DM -14,67, IC à 95 % entre -33,10 et 4,05). Lors de l'analyse d'un changement dans la ß2 microglobuline, une baisse a été observée seulement pour les membranes à haut flux. L'incidence de l'amyloïde était moindre chez les patients dialysés pendant six ans avec des membranes synthétiques à haut flux (une étude, RR 0,03, IC à 95 % entre 0,00 et 0,54). Il y avait une différence significative en faveur de la membrane synthétique (à haut flux) par rapport aux membranes de cellulose pour les triglycérides (DM -0,66 ; IC à 95 % entre -1,18 et -0,14) ce qui n'était pas le cas pour les membranes de cellulose modifiée. L'adéquation de la dialyse mesurée par Kt/V était légèrement plus élevée lorsque les membranes de cellulose étaient utilisées (DM -0,10 ; IC à 95 % entre -0,16 et 0,04), tandis que les membranes synthétiques ont obtenues des valeurs Kt/V significativement plus élevées par rapport aux membranes de cellulose modifiée (DM 0,20, IC à 95 % entre 0,11 et 0,29). Aucune donnée relative aux mesures de la qualité de vie n'a été rapportée.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.