Benpéridol dans la schizophrénie

Le benpéridol est un médicament relativement ancien utilisé dans le traitement de la schizophrénie dans plusieurs pays européens. Nous n'avons identifié qu'un seul petit essai randomisé non publié et mal documenté qui comparait du benpéridol à un autre antipsychotique. Malheureusement, la qualité de notification est trop médiocre pour produire des résultats fiables. Bien que le benpéridol ait été commercialisé pour la première fois en 1966, de nouveaux essais sont justifiés concernant ce médicament. En effet, avec l'introduction de nouveaux composés, les médicaments bon marché tels que le benpéridol risquent d'être négligés dans la recherche et la pratique clinique.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, les données issues d'essais randomisés sont insuffisantes pour évaluer les effets cliniques du benpéridol. Ce composé mérite des recherches supplémentaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le benpéridol est un médicament antipsychotique relativement ancien commercialisé depuis 1966. Il est utilisé en Allemagne depuis 30 ans, mais est également disponible en Belgique, en Grèce, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni. Le benpéridol est un butyrophénone antipsychotique présentant la puissance neuroleptique la plus élevée en termes de blocage des récepteurs D2. Les patients prenant ce médicament sont donc considérés à haut risque d'effets secondaires extrapyramidaux, mais le profil atypique du benpéridol pourrait en faire un traitement utile chez certains sous-groupes de patients schizophrènes.

Objectifs: 

Examiner les effets cliniques et l'innocuité du benpéridol chez les patients atteints de schizophrénie et de psychoses schizophréniformes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons consulté le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie (mars 2009).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés comparant du benpéridol à d'autres traitements chez des patients atteints de schizophrénie ou de psychoses schizophréniformes.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons sélectionné les études, évalué la qualité et extrait les données de manière fiable. Nous avons extrait les données de manière indépendante et avons exclu les données lorsque la perte de suivi était supérieure à 50 %. Pour les données dichotomiques, nous avons estimé les risques relatifs (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Dans la mesure du possible, nous avons calculé le nombre de sujets à traiter/nombre nécessaire pour nuire (NST/NNN) et utilisé l'analyse en intention de traiter.

Résultats principaux: 

La mise à jour ne nous a pas permis d'identifier d'autres études à inclure dans la revue. Nous n'avons identifié qu'un seul essai contrôlé mal randomisé et non publié (N = 40, durée de 30 jours, comparaison avec de la perphénazine). Le benpéridol était inférieur à la perphénazine (1 ECR, N = 40, RR d'absence d'amélioration ou d'aggravation de l'état global de 8,0, IC entre 2,1 et 30, NNN de 1,4, IC entre 1 et 2), mais la qualité médiocre de la notification suggère probablement une surestimation de l'effet. Aucun autre critère de jugement n'a pu être rapporté.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.