Le furosémide contre la tachypnée transitoire du nouveau-né (TTN)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Il est fréquent pour les nourrissons nés à terme par césarienne d'avoir une respiration laborieuse et rapide (tachypnée) et d'avoir besoin d'oxygène pendant environ 48 heures. Cette tachypnée transitoire du nouveau-né (TTN) est responsable d'environ la moitié des cas de détresse respiratoire néonatale. Bien qu'elle soit transitoire et généralement pas très grave, cette affection requiert l'admission dans une unité néonatale de soins intensifs, implique la séparation de la mère et du bébé et utilise des ressources onéreuses. Le furosémide est un diurétique qui, dans d'autres circonstances, peut diminuer la quantité de liquide dans les poumons.
Dans la mise à jour de notre revue, nous avons inclus deux essais contrôlés randomisés impliquant 100 bébés, qui comparait l'effet du furosémide administré par voie orale ou en intraveineuse à un placebo ou aucun traitement chez des bébés de moins de 7 jours, nés à 37 semaines ou plus avec une TTN. Nous n'avons découvert aucun bénéfice quant à l'utilisation du furosémide chez les bébés avec une TTN.

Conclusions des auteurs: 

Le furosémide par voie orale ou en intraveineuse ne peut pas être recommandé comme traitement pour la tachypnée transitoire du nouveau-né, et ne devrait pas être utilisé à moins que des données complémentaires ne soient disponibles. Cette découverte suggère que le furosémide n'est pas efficace pour promouvoir la résorption du liquide dans les poumons ou que des facteurs autres qu'une résorption retardée de ce liquide contribuent à la pathogenèse de la tachypnée transitoire du nouveau-né. La question demeure quant à savoir si le furosémide donné au nourrisson (ou même la mère avant la césarienne) est susceptible de diminuer la durée de la maladie. Etant donné que les césariennes de complaisance continuent d'augmenter, ces deux interventions peuvent valoir la peine d'être étudiées dans des essais.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La tachypnée transitoire du nouveau-né (TTN) provient de l'élimination retardée du liquide dans les poumons, c'est une cause fréquente d'admission de nourrissons nés à terme dans les unités néonatales de soins intensifs. L'affection est particulièrement fréquente après une césarienne de complaisance. Le traitement conventionnel implique l'administration appropriée d'oxygène et une pression aérienne positive continue dans certains cas. La plupart des bébés reçoivent un traitement antibiotique. Le fait d'accélérer l'élimination du liquide dans les poumons peut réduire la durée des symptômes et diminuer les complications.

Objectifs: 

Déterminer si l'administration de furosémide réduit la durée du traitement à base d'oxygène et les symptômes respiratoires et raccourcit l'hospitalisation des nourrissons nés à terme avec une TTN.

La stratégie de recherche documentaire: 

Une recherche mise à jour a été effectuée en janvier 2013 dans les bases de données suivantes : The Cochrane Library numéro 1, 2013 (CENTRAL, The Cochrane Central Register of Controlled Trials), PubMed, MEDLINE via Ovid, CINAHL via OVID et EMBASE.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés qui comparaient l'effet de l'administration du furosémide à un placebo ou aucun traitement chez des nourrissons de moins de 7 jours, nés à 37 semaines ou plus, avec un tableau clinique de tachypnée transitoire du nouveau né.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait et analysé les données en fonction des méthodes mentionnées dans le dernier manuel Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Deux auteurs on évalué la qualité des essais dans chaque manuscrit potentiellement éligible et deux auteurs ont extrait les données.

Résultats principaux: 

La mise à jour de notre revue inclut deux essais complétés. Wiswell 1985 et Karabayir 2006 ont étudié 100 nourrissons avec une tachypnée transitoire du nouveau né. Wiswell 1985 a randomisé 50 nourrissons pour recevoir soit du furosémide par voie orale (2 mg/kg au moment du diagnostic, suivi de 1 mg/kg 12 heures après si la tachypnée persistait), soit un placebo. Karabayir 2006 a randomisé 50 nourrissons pour recevoir soit du furosémide en intraveineuse (2 mg/kg) ou un volume identique de placebo composé d'une solution saline normale. Aucun essai n'a mentionné le besoin d'assistance respiratoire. Aucune essai n'a démontré un impact statistiquement significatif du furosémide sur la tachypnée transitoire du nouveau-né en ce qui concerne la durée des symptômes ou la durée d'hospitalisation.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.