Le lait maternisé versus le don de lait maternel pour l'alimentation des nouveau-nés prématurés ou de faible poids de naissance

Problématique de la revue

Lorsque le lait maternel de la mère n'est pas disponible, est-ce que le fait de donner du lait maternisé à des prématurés ou à des nourrissons de faible poids à la naissance plutôt que du lait maternel de donneuse affecte la digestion, la croissance et le risque de graves problèmes intestinaux ?

Contexte

Les prématurés trouvent souvent les préparations artificielles plus difficiles à digérer que le lait maternisé humain, et on craint que les préparations pour nourrissons puissent augmenter le risque de problèmes intestinaux graves. Si les prématurés sont nourris avec du lait de donneuse (lorsque le lait maternel de la mère est insuffisant ou non disponible), plutôt qu'avec une préparation artificielle, cela pourrait réduire le risque de ces problèmes. Toutefois, le lait maternel des donneuses est plus cher que de nombreuses préparations pour nourrissons et peut ne pas contenir suffisamment de nutriments essentiels pour assurer une croissance optimale des prématurés ou des nourrissons de faible poids à la naissance. Compte tenu de ces préoccupations, nous avons examiné toutes les données probantes disponibles provenant d'essais cliniques qui comparent le lait maternisé et le lait maternel de donneuse pour l'alimentation des prématurés ou des nourrissons de faible poids à la naissance.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé 12 essais terminés (portant sur 1871 nourrissons). La plupart des essais, en particulier ceux qui ont été menés plus récemment, ont utilisé des méthodes fiables. Les données probantes sont à jour au 3 mai 2019.

Principaux résultats

L'analyse combinée des données de ces essais montre que l'alimentation au lait maternisé augmente les taux de croissance pendant le séjour à l'hôpital, mais qu'elle est associée à un risque plus élevé de développer une maladie intestinale grave appelée 'entérocolite nécrosante'. Il n'existe aucune données probantes d'un effet sur la survie ou la croissance et le développement à plus long terme.

Conclusions

Les données probantes actuellement disponibles suggèrent que l'alimentation des prématurés aves des préparations artificielles (plutôt que le lait maternel des donneuses lorsque le lait maternel de la mère n'est pas disponible) est associée à des taux de croissance plus rapides, mais avec un risque presque deux fois plus élevé de développer une entérocolite nécrosante. De plus, des essais de plus grande envergure pourraient fournir des données probantes plus solides et plus précises pour aider les cliniciens et les familles à faire des choix éclairés sur cette question. Actuellement, quatre essais de ce genre (portant sur plus de 1 100 nourrissons) sont en cours à l'échelle internationale, et nous prévoyons inclure les données de ces essais dans cette revue lorsque celles-ci seront disponibles.

Conclusions des auteurs: 

Chez les prématurés et les nourrissons au FPN, des données probantes de certitude modérées indiquent que l'allaitement au lait maternisé par rapport au lait de donneuse, soit comme supplément au lait maternel exprimé ou comme régime unique, entraîne des taux plus élevés de prise de poids, une croissance linéaire, une croissance de la tête et un risque accru de contracter une entérocolite nécrosante. Les données de l'essai ne montrent pas d'effet sur la mortalité toutes causes confondues, ni sur la croissance à long terme ou le neurodéveloppement.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Lorsqu'il n'y a pas suffisamment de lait maternel, d'autres formes de nutrition entérale pour les nourrissons prématurés ou de faible poids à la naissance(FPN) sont le lait de donneuses ou le lait maternisé. Le lait maternel de donneuses peut conserver certains des bienfaits non nutritifs du lait maternel pour les prématurés ou les nourrissons atteints de FPN. Toutefois, l'alimentation au lait maternisé peut assurer une distribution plus uniforme d'une plus grande quantité de nutriments. Il existe une incertitude quant à l'équilibre entre les risques et les avantages du lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuse pour les prématurés ou les nourrissons à faible poids corporel.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de l'alimentation au lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuses sur la croissance et le développement des prématurés ou des nourrissons de faible poids à la naissance (FPN).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche néonatale Cochrane, y compris les recherches électroniques dans le Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL ; 2019, numéro 5), Ovid MEDLINE, Embase et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (3 mai 2019), ainsi que les actes des conférences, les revues antérieures et les essais cliniques.

Critères de sélection: 

Essais cliniques comparatifs randomisés ou quasi-randomisés (ECR) comparant l'alimentation au lait maternisé par rapport au lait maternel de donneuses chez les prématurés ou les nourrissons à faible poids corporel.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué l'admissibilité à l'essai et le risque de biais et ont extrait les données de façon indépendante. Nous avons analysé les effets du traitement tels que décrits dans les essais individuels et les risques relatifs (RR) et les différences de risque (RD) rapportés pour les données dichotomiques, et les différences moyennes (MD) pour les données continues, avec des intervalles de confiance (IC) respectifs à 95 %. Nous avons utilisé un modèle à effets fixes dans les méta-analyses et exploré les causes potentielles de l'hétérogénéité dans les analyses de sous-groupes. Nous avons évalué la fiabilité des données probantes de la comparaison principale au niveau des résultats à l'aide des méthodes GRADE.

Résultats principaux: 

Douze essais avec un total de 1 879 nourrissons répondaient aux critères d'inclusion. Quatre essais ont comparé le lait maternisé à terme standard au lait maternel du donneuse et huit ont comparé le lait maternisé prématuré enrichi en nutriments au lait maternel du donneuse. Seuls les cinq essais les plus récents ont utilisé du lait maternel de donneuse enrichi en nutriments. Les essais présentent diverses faiblesses sur le plan de la qualité méthodologique, notamment en ce qui concerne la secret d’attribution dans quatre essais et l'absence d'insu dans la plupart d'entre eux. La plupart des essais inclus ont été financés par des entreprises qui ont élaboré le lait maternisé à l'étude.

Les nourrissons nourris au lait maternisé présentaient des taux plus élevés de gain pondéral à l'hôpital (différence moyenne (DM) de 2,51, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,93 à 3,08 g/kg/jour), croissance linéaire (DM 1,21, IC à 95 % 0,77 à 1,65 mm par semaine) et croissance de la tête (DM 0,85, IC à 95 % 0,47 à 1,23 mm par semaine). Ces méta-analyses présentaient des niveaux élevés d'hétérogénéité. Nous n'avons trouvé aucune données probantes d'un effet sur la croissance à long terme ou le neurodéveloppement. L'alimentation artificielle augmentait le risque d'entérocolite nécrosante ( risque relatif typique (RR) de 1,87, IC à 95 % de 1,23 à 2,85 ; différence de risque (RD) de 0,03, IC à 95 % de 0,01 à 0,05 ; nombre nécessaire à traiter pour avoir un autre effet nocif (NNTH) de 33, IC à 95 % de 20 à 100 ; 9 études, 1675 nourrissons).

La certitude des données probantes de GRADE était modérée pour les taux de gain pondéral, de croissance linéaire et de croissance de la tête (déclassée pour des niveaux élevés d'hétérogénéité) et modérée pour l'invalidité neurodéveloppementale, la mortalité toutes causes confondues et l'entérocolite nécrosante (déclassée pour imprécision).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.