Oxygène à domicile pour le traitement de la maladie pulmonaire interstitielle

L'oxygénothérapie est utilisée pour traiter les patients atteints de maladie pulmonaire interstitielle (MPI) qui présentent de faibles niveaux d'oxygène dans le sang artériel. Cette revue évaluait l'effet d'une oxygénothérapie à long terme à domicile sur la survie et la qualité de vie des patients atteints de MPI. Un seul essai contrôlé randomisé a été identifié. Cette étude non publiée rapportait qu'une oxygénothérapie à long terme n'améliorait pas la survie par rapport à l'absence d'oxygénothérapie chez les patients atteints de MPI. Aucune donnée n'était disponible concernant la qualité de vie.

Conclusions des auteurs: 

L'hypothèse selon laquelle l'oxygénothérapie à domicile aurait un effet bénéfique sur la survie des patients atteints de MPI n'était pas démontrée dans le seul ECR identifié.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les données rétrospectives en matière de survie suggéraient que l'oxygénothérapie était peu efficace chez les patients atteints de maladie pulmonaire interstitielle (MPI).

Objectifs: 

Déterminer les effets de l'oxygénothérapie à domicile sur la survie et la qualité de vie des patients présentant un diagnostic de MPI et d'hypoxémie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) ont été identifiés en consultant le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les voies respiratoires, CENTRAL, MEDLINE et EMBASE. Les recherches étaient à jour en octobre 2010. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Tout essai contrôlé randomisé (ECR) portant sur des patients adultes atteints d'hypoxémie et de MPI et comparant une oxygénothérapie à long terme à domicile à un groupe témoin.

Recueil et analyse des données: 

Les études ont été évaluées par deux auteurs. Les données ont été saisies dans Review Manager 5 et ont été analysées.

Résultats principaux: 

Un seul essai remplissait les critères d’inclusion dans la revue. Dans le groupe sous oxygène comme dans le groupe témoin, la mortalité était d'environ 91 % au bout de trois ans (rapports des cotes de Peto de 0,99, intervalles de confiance à 95 %, entre 0,16 et 6,26). L'effet de l'oxygénothérapie sur la qualité de vie et les paramètres physiologiques n'était pas rapporté.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.