Rééducation cognitive pour les troubles de l'attention après un AVC

Problématique de la revue

Notre objectif était d'examiner les données probantes sur l'effet de la rééducation cognitive sur l'attention, la capacité d'accomplir les activités quotidiennes, l'humeur et la qualité de vie des personnes ayant des problèmes d'attention après un AVC.

Contexte

Beaucoup de gens ont des problèmes d'attention après un AVC. Ils sont incapables de se concentrer pendant de longues périodes de temps et sont distraits, incapables de se concentrer sur une tâche spécifique en présence d'informations concurrentes. La " rééducation cognitive " consiste à fournir des activités thérapeutiques pour réduire la gravité des problèmes cognitifs, comme l'attention, à la suite de dommages au cerveau. Le bénéfice de la rééducation cognitive pour les problèmes d'attention après un AVC n'est pas clair.

Caractéristiques des études

Nous avons identifié six études qui comparaient la rééducation cognitive à un groupe témoin ayant reçu les soins habituels (mais pas la rééducation cognitive), chez des personnes ayant des problèmes d'attention après un AVC. Nous n'avons pas considéré l'écoute de musique, la méditation, le yoga ou la pleine conscience comme une forme de rééducation cognitive. Les six études portaient sur 223 participants ayant des problèmes d'attention ou ayant déclaré avoir de tels problèmes après un AVC. Les données sont à jour jusqu'en février 2019.

Principaux résultats

Nous n'avons trouvé aucune preuve que la rééducation cognitive améliore les mesures générales (globales) de l'attention. Le groupe ayant bénéficié de la rééducation cognitive a obtenu de meilleurs résultats que le groupe témoin pour les tâches qui exigeaient des gens qu’ils divisent leur attention. Toutefois, ce bénéfice n'a été observé qu'immédiatement après la période de rééducation, sans que rien ne laisse penser que les bénéfices persistent plus longtemps. Aucune preuve ne permettait de suggérer que la rééducation cognitive était bénéfique pour d'autres types de problèmes d'attention, ou pour les activités de la vie quotidienne, l'humeur ou la qualité de vie. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Certitude des preuves

La qualité méthodologique très faible à modérée des études identifiées et l'absence d'études nous empêchent de tirer des conclusions fermes sur l'effet de la rééducation cognitive sur l'attention après un AVC.

Conclusions des auteurs: 

L'efficacité de la rééducation cognitive pour les déficits d'attention après un AVC n'a pas encore été confirmée. Les résultats suggèrent qu'il pourrait y avoir un effet immédiat après traitement sur les capacités attentionnelles, mais de futures études se doivent d’évaluer ce qui aide cet effet à persister et à généraliser l’effet aux capacités attentionnelles dans la vie quotidienne. La qualité méthodologique et le compte-rendu des essais devront également être améliorés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

De nombreux survivants d'AVC signalent des troubles de l'attention, comme une diminution de la concentration et une distractibilité. Cependant, l’efficacité de la rééducation cognitive sur ces troubles reste incertaine. Il s'agit d'une mise à jour de la Revue Cochrane publiée pour la première fois en 2000 et mise à jour en 2013.

Objectifs: 

Déterminer si les personnes bénéficiant d’une rééducation cognitive pour des problèmes d'attention 1. obtiennent de meilleurs résultats dans leurs fonctions attentionnelles que celles ne recevant pas de traitement ou le traitement habituel, et 2. ont un meilleur rétablissement fonctionnel, en termes d'autonomie dans les activités de la vie quotidienne, d'humeur et de qualité de vie, que celles ne recevant aucun traitement ou le traitement habituel.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le Registre des essais cliniques du Cochrane Stroke Group, CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, PsycINFO, PsycBITE, REHABDATA et les registres des essais en cours jusqu'en février 2019. Nous avons consulté des bibliographies et identifié des références à l'aide de Scopus.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques contrôlés (ECC) et des essais contrôlés randomisés (ECR) de rééducation cognitive pour les déficiences de l'attention chez les personnes ayant eu un AVC. Nous n'avons pas considéré l'écoute de musique, la méditation, le yoga ou la pleine conscience comme une forme de rééducation cognitive. Nous n'avons pris en considération que les essais qui sélectionnaient des personnes présentant des déficiences de l'attention démontrables ou auto-déclarées. Les critères de jugement principaux étaient des mesures des fonctions attentionnelles globales, et les critères de jugement secondaires étaient des mesures des domaines attentionnels (c.-à-d. vigilance, attention sélective, attention soutenue, attention divisée), des capacités fonctionnelles, de l'humeur et de la qualité de vie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont indépendamment sélectionné les essais, extrait des données et évalué le risque de biais. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la certitude des données probantes pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux: 

Aucun nouvel essai n’a été inclus dans cette mise à jour. Les résultats restent inchangés par rapport à la revue précédente et sont basés sur les données de six ECR comptant 223 participants. Les six ECR avaient comparé la rééducation cognitive à un contrôle de soins usuels.

Les méta-analyses n'ont démontré aucun effet convaincant de la rééducation cognitive sur les mesures subjectives de l'attention, que ce soit immédiatement après le traitement (différence moyenne standardisée (DMS) 0,53, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,03 à 1,08 ; P = 0,06 ; 2 études, 53 participants ; preuves de très faible qualité) ou durant le suivi (DMS 0,16, IC à 95% -0,23 à 0,56 ; P = 0,41 ; 2 études, 99 participants ; données de très faible qualité).

Les personnes bénéficiant d’une rééducation cognitive (comparativement au groupe témoin) ont montré que les mesures de l'attention divisée enregistrées immédiatement après le traitement pourraient être améliorées (DMS 0,67, IC à 95 % : 0,35 à 0,98 ; P < 0,0001 ; 4 études, 165 participants ; preuves de faible qualité), mais la persistance de ces effets reste incertaine (DMS 0,36, IC à 95 % : -0,04 à 0,76 ; P = 0,08 ; 2 études, 99 participants ; données de très faible qualité). Il n'y avait aucune preuve d'effets immédiats ou persistants de la rééducation cognitive sur la vigilance, l'attention sélective et l'attention soutenue.

Il n'y avait aucune preuve convaincante des effets immédiats ou à long terme de la rééducation cognitive pour les troubles de l'attention sur les capacités fonctionnelles, l'humeur et la qualité de vie après un AVC.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.