Traitement au laser à basse puissance contre la polyarthrite rhumatoïde

Le traitement au laser à basse puissance est-t-il efficace en polyarthrite rhumatoïde ?
Six études d'une qualité moyenne ont été révisées et fournissent les meilleurs preuves dont on dispose actuellement. Ensemble, ces études ont porté sur plus de 220 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Les études ont comparé l'état de santé des patients alors qu'ils se soumettaient soit à un traitement au laser, soit à un traitement au laser « placebo » (fictif). Le traitement au laser était principalement administré sur les mains et en général à raison de deux ou trois séances par semaine, pendant quatre semaines. Plusieurs longueurs d'ondes et dosages ont également été appliqués.

Qu'est-ce que la polyarthrite rhumatoïde et qu'est-ce que le traitement au laser à basse puissance ?
La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie dans laquelle le système immunitaire attaque ses propres tissus sains. L'attaque se produit principalement au niveau des articulations des mains et des pieds et entraîne rougeur, douleur, tuméfaction et chaleur autour des articulations. Des traitements médicamenteux et non médicamenteux sont utilisés pour soulager la douleur et/ou la tuméfaction. Le traitement au laser à basse puissance est un traitement non médicamenteux employé pour réduire la tuméfaction et la douleur. Sans produire de chaleur, le laser émet une lumière très pure qui entraîne des réactions lumineuses et chimiques dans les cellules qui sont ciblées.

Qu'ont montré les études ?

Les études ont montré que le traitement au laser réduisait davantage la douleur et la raideur matinale que le traitement au laser « placebo ». Le traitement au laser a également permis d'augmenter en plus grande mesure la flexibilité des mains que le traitement placebo.
La douleur a diminué de 1,10 points sur une échelle de 1 à 10. La durée des raideurs matinales a été réduite de 28 minutes.

Les études ont également montré que le traitement au laser était tout aussi efficace que le traitement au laser « placebo » pour améliorer l'amplitude de mouvement, la fonction, la tuméfaction et la force de préhension.
Seules deux études ont mesuré l'effet du traitement au laser trois mois après la fin du traitement. Selon les résultats de ces études, les effets du traitement au laser sont similaires à ceux du traitement « placebo » après trois mois.

La dose, la durée d'administration du laser et la longueur d'onde des traitements au laser n'a pas semblé faire de différence significative, bien que certains résultats aient indiqué que des durées d'administration plus longues et des longueurs d'onde plus courtes produisent de meilleurs effets.

Y a-t-il eu des effets secondaires ?
Aucun effet secondaire n'a été rapporté dans les études.

Quel est le résultat ?
Il existe une preuve « limitée » que le traitement au laser à basse puissance chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, pendant un maximum de quatre semaines, réduit bien la douleur et la raideur matinale. Cependant, ces effets ne semblent pas se prolonger dans le temps.
La plupart des études ont évalué le traitement au laser sur la main. Il n'est donc pas certain que le traitement au laser ait un effet similaire sur d'autres articulations du corps.

Conclusions des auteurs: 

Le LLLT pourrait être envisagé en traitement à court terme pour soulager la douleur et la raideur matinale chez les patients atteints de PR, en particulier attendu qu'il présente peu d'effets secondaires. Les médecins et les investigateurs doivent rapporter de manière cohérente les caractéristiques de l'appareil LLLT et les techniques d'application utilisés. De nouveaux essais sur le LLLT devraient utiliser des résultats homologués standardisés. Malgré quelques résultats positifs, les données de cette méta-analyse ont été insuffisantes concernant l'influence sur l'efficacité du LLLT de quatre facteurs importants : la longueur d'onde, la durée du LLLT, le dosage et le site d'application sur les nerfs ou les articulations. Il est clairement nécessaire d'étudier les effets de ces facteurs sur l'efficacité du LLLT pour la PR dans des essais cliniques contrôlés randomisés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La polyarthrite rhumatoïde (PR) concerne une grande partie de la population. La traitement au laser à basse puissance (LLLT pour « Low Level Laser Therapy ») a été introduit en tant que traitement non invasif alternatif pour la PR il y a une dizaine d'années. Le LLLT est une source lumineuse qui génère une lumière extrêmement pure, d'une seule longueur d'onde. L'effet n'est pas thermique mais plutôt lié aux réactions photochimiques dans les cellules. L'efficacité du LLLT contre la polyarthrite rhumatoïde reste controversé. Cette revue est une mise à jour de la revue d'origine publiée en octobre 1998.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité du LLLT dans le traitement de la PR.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons d'abord effectué une recherche dans MEDLINE, EMBASE (à partir de 1998), dans les registres du groupe Cochrane sur les troubles musculo-squelettiques et le champ de rééducation et des traitements connexes, ainsi que dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), jusqu'en juin 2001. La recherche a été mise à jour pour y inclure les articles publiés jusqu'en juin 2005.

Critères de sélection: 

Selon un protocole a priori, seuls les essais contrôlés randomisés portant sur le LLLT pour le traitement de patients ayant reçu un diagnostic clinique de PR étaient éligibles. Les résumés ont été exclus, sauf si des données complémentaires pouvaient être obtenues auprès des auteurs.

Recueil et analyse des données: 

Deux relecteurs ont sélectionnée indépendamment les essais à inclure et ont ensuite extrait les données et évalué la qualité au moyen de formulaires prédéterminés. L'hétérogénéité a été évaluée via un test du Chi2. Un modèle à effets fixes a été utilisé tout au long du travail pour les variables continues, sauf en cas d'hétérogénéité, auquel cas un modèle à effets aléatoires a été employé. Les résultats ont été analysés en tant que différences moyennes pondérées (DMP), avec des intervalles de confiance (IC) de 95%, et la différence entre le groupe traité et le groupe de contrôle a été pondérée par l'inverse de la variance. Les résultats dichotomiques ont été analysés selon les risques relatifs.

Résultats principaux: 

Au total, 222 patients ont été inclus dans les cinq essais contrôlés contre placebo, et 130 d'entre eux ont été randomisés dans le groupe du traitement au laser. Par rapport à un groupe de contrôle indépendant, le LLLT a permis de réduire la douleur de 1,10 points (IC à 95% : 1,82 à 0,39) sur une échelle visuelle analogique par rapport au placebo, la durée des raideurs matinales de 27,5 minutes (IC à 95% : 2,9 à 52 minutes) et d'augmenter la flexibilité entre l'extrémité des doigts et la paume de la main de 1,3 cm (IC à 95% : 0,8 à 1,7). D'autres résultats tels que l'évaluation fonctionnelle, l'amplitude de mouvement et la tuméfaction locale n'ont pas été différents entre les groupes. Aucune différence significative n'a été rapportée entre les sous-groupes définis en fonction du dosage de LLLT, de la longueur d'onde, du site d'application ou de la durée du traitement. Pour la PR, par rapport à un groupe de contrôle utilisant la main opposée, aucune différence n'a été observée entre la main témoin et la main traitée concernant la durée des raideurs matinales ; il n'y a, et pas eu non plus d'amélioration significative concernant le soulagement de la douleur RR 13,00 (IC à 95% : 0,79 à 214,06). Cependant, une seule étude utilisant le membre contre-latéral en tant que contrôle a été incluse. .

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.