Le traitement local par le bacille Calmette-Guérin suite à une chirurgie du cancer superficiel de la vessie réduit les risques de récidive du cancer.

À l'échelle mondiale, le cancer de la vessie est aussi fréquent chez les hommes que chez les femmes. Dans la majorité des cas, le cancer apparaît dans les couches superficielles de la vessie et peut être retiré chirurgicalement. Toutefois, une récidive est constatée chez de nombreuses personnes. Des médicaments placés directement dans les tissus vésicaux suite à une chirurgie sont donc fréquemment utilisés pour prévenir toute récidive du cancer. Le bacille Calmette-Guérin (BCG) est une bactérie vivante atténuée utilisée dans l'immunisation contre la tuberculose, son innocuité et son efficacité étant reconnues à cette fin. Elle a également été approuvée par la FDA américaine et d'autres agences de réglementation nationales pour être utilisée dans le traitement du cancer superficiel de la vessie. La présente revue a permis de déterminer que le traitement par BCG était efficace pour prévenir toute récidive du cancer suite à une chirurgie. D'autres études sont nécessaires pour rendre le traitement plus efficace.

Conclusions des auteurs: 

Chez les patients présentant des risques moyens/élevés de cancer de la vessie de stade Ta ou T1, l'immunothérapie par BCG intravésical suite à une RTU semble fournir des effets bénéfiques significatifs par rapport à une RTU seule dans le retardement de toute récidive tumorale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement intravésical par le bacille Calmette-Guérin (BCG) vise à réduire l'incidence d'une récidive de la tumeur suite à une résection transurétrale (RTU) chez les patients atteints d'un cancer superficiel de la vessie.

Objectifs: 

L'objectif de la présente revue était de comparer l'incidence d'une récidive de la tumeur après un traitement standard par résection transurétrale à une résection transurétrale avec bacille Calmette-Guérin intravésical.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (mars 2000), Medline (février, 2000), EMBASE (février, 2000), CancerLit (février, 2000), Healthstar (février, 2000), la base de données DARE (Database of Abstracts of Reviews of Effectiveness) (février, 2000) et Bath Information Data Service. Les actes de conférence de l'American Society Clinical Oncology ont fait l'objet de recherches manuelles (1996 à 1999).

Critères de sélection: 

Des essais randomisés ou quasi randomisés comparant une résection transurétrale seule ou à une résection transurétrale avec bacille Calmette-Guérin intravésical. Les patients atteints d'un cancer de la vessie de stade Ta et T1, présentant des risques de récidive tumorale moyens ou élevés, étaient éligibles pour l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Quatre évaluateurs ont évalué la qualité méthodologique des essais et deux ont extrait les données de manière indépendante. Les rapports des cotes de Peto et les hazard ratios logarithmiques ont été déterminés afin de comparer le nombre de patients présentant une récidive de la maladie à 12 mois et le taux de récidive, respectivement.

Résultats principaux: 

Six essais randomisés, impliquant 585 patients éligibles, ont été inclus. Un nombre significativement inférieur de patients présentait une récidive de la maladie à 12 mois dans le groupe BCG plus RTU par rapport à ceux ayant bénéficié d'une RTU seule (rapport des cotes 0,30, IC 0,21 à 0,43). Le hazard ratio logarithmique global de la récidive (- 0,83, variance 0,02) indiquait des effets bénéfiques significatifs du traitement par BCG dans la réduction du nombre de récidives tumorales. Les toxicités liées au BCG étaient principalement la cystite (67 %), l'hématurie (23 %), la fièvre (25 /) et la fréquence urinaire (71 %). Aucun décès par BCG n'a été rapporté.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.