Thérapie d'appoint à la tiagabine pour l'épilepsie focale résistante aux médicaments

Contexte

L'épilepsie est un trouble qui se caractérise par des convulsions récurrentes causées par des décharges électriques anormales dans le cerveau. La plupart des crises peuvent être maîtrisées par un médicament antiépileptique unique. Malheureusement, certaines personnes ont besoin de plus d'un antiépileptique pour maîtriser leurs crises (épilepsie pharmacorésistante), surtout si les crises proviennent d'une région du cerveau (épilepsie focale), plutôt que de toucher l'ensemble du cerveau (épilepsie généralisée).

La tiagabine est un nouveau médicament antiépileptique qui peut être utilisé conjointement avec le traitement antiépileptique normal d'une personne. Cette revue a permis d'évaluer les données probantes disponibles sur l'efficacité de la tiagabine dans la réduction des convulsions et d'examiner les effets secondaires qui peuvent être associés à son utilisation en association avec d'autres antiépileptiques chez les personnes souffrant d'épilepsie focale résistante aux médicaments.

Résultats

Nous avons trouvé six essais qui comprenaient 948 personnes atteintes d'épilepsie focale. Ces essais étaient tous des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) comparant la tiagabine, un antiépileptique, à un placebo (un traitement inactif et factice qui ne devrait pas affecter l'épilepsie) ou à un autre antiépileptique pendant une période pouvant atteindre 24 semaines. Nous avons constaté que la tiagabine, lorsqu'elle est utilisée avec un autre antiépileptique, était trois fois plus efficace que le placebo pour réduire le nombre de crises chez les personnes souffrant d'épilepsie focale résistante aux médicaments. L'ajout de tiagabine au traitement habituel des patients a toutefois été associé à une augmentation des effets secondaires, comme les étourdissements et les tremblements. Les personnes qui prenaient de la tiagabine étaient plus de quatre fois plus susceptibles de ressentir des tremblements que celles qui prenaient un placebo ; toutefois, un seul essai clinique a signalé cet effet indésirable, de sorte que les données probantes à l'appui sont limitées. Les personnes qui prenaient de la tiagabine en plus d'autres médicaments étaient presque deux fois plus susceptibles de cesser le traitement que celles qui prenaient le placebo. Nous n'avons pas trouvé des différences significatives entre la tiagabine et le topiramate, un autre antiépileptique, comme médicaments d'appoint.

Conclusions

Dans l'ensemble, il y avait des données probantes de haute certitude pour le critère de réduction des crises, ce qui signifie que nous sommes confiants que l'effet que nous avons rapporté est juste. Les essais inclus dans cette étude n'ont pas examiné les effets à long terme de la tiagabine comme traitement d'appoint ni les effets de la tiagabine chez les enfants âgés de moins de 12 ans. Des recherches futures sont nécessaires pour déterminer comment la tiagabine se comporte par rapport à d'autres médicaments antiépileptiques plus récents.

Les données sont à jour jusqu’à janvier 2019.

Conclusions des auteurs: 

La tiagabine a réduit la fréquence des crises, mais elle a été associée à certains effets indésirables lorsqu'elle a été utilisée comme traitement d'appoint chez les personnes souffrant d'épilepsie focale résistante aux médicaments. Les résultats de la revue actuelle s'appliquent principalement aux adultes et aux adolescents, et ne s'appliquent pas nécessairement aux enfants, car aucun des essais ne portait sur des participants âgés de moins de 12 ans. Nous n'avons trouvé aucune différence significative entre la tiagabine et le topiramate en tant que médicaments d'appoint ; toutefois, la preuve a été fournie par un seul essai et était donc limitée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'épilepsie est une affection neurologique courante qui touche jusqu'à 1 % de la population. Près de 30 % des personnes épileptiques sont résistantes aux médicaments antiépileptiques (MAE) actuellement disponibles et doivent être traitées avec plusieurs antiépileptiques en association. La tiagabine est l'un des nouveaux MAE qui peut être utilisé comme complément (traitement d’appoint) aux MAE standard.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérabilité de la tiagabine lorsqu'elle est utilisée comme traitement d'appoint chez les personnes souffrant de crises focales résistantes aux médicaments.

La stratégie de recherche documentaire: 

Il s'agit d'une mise à jour de revue Cochrane, publiée pour la dernière fois en 2014. Pour la dernière mise à jour, nous avons consulté les bases de données suivantes le 22 janvier 2019 : Cochrane Register of Studies (CRS Web), qui comprend le registre spécialisé du Cochrane Epilepsy Group et le Cochrane Central Register of Controlled Trials, MEDLINE (Ovid, 1946 au 21 janvier 2019), ClinicalTrials.gov, et la plateforme internationale de l'OMS des registres d’essais cliniques. Nous n'avons appliqué aucune restriction linguistique. Nous avons également communiqué avec les fabricants de tiagabine et des experts dans le domaine pour identifier toute étude en cours ou non publiée.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés contrôlés par placebo de traitements d’appoint menés chez des personnes de tout âge souffrant d'épilepsie focale. Les études pouvaient être en double insu, en simple insu ou sans insu et de conception parallèle ou croisée. Elles devaient avoir une période de traitement minimale de huit semaines. Nous avons également inclus des essais avec un groupe contrôle avec médicament actif.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante les essais en vue de leur inclusion et ont extrait les données conformément aux procédures méthodologiques standardisées attendues par la Collaboration Cochrane pour la présente mise à jour de revue. Nous avons résolu les désaccords par des discussions. Les critères de jugement étudiés comprenaient la réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises d'épilepsie, l'abandon du traitement, les effets indésirables, les effets sur la cognition et la qualité de vie. Les analyses primaires ont été effectuées en intention de traiter. Nous avons procédé à des analyses de critères de jugement liés aux crises dans le pire et le meilleur des cas. Nous avons évalué la relation dose-effet à l'aide de modèles de régression. Deux auteurs ont évalué le risque de biais dans chaque étude à l'aide de l'outil Cochrane " Risk of bias ".

Résultats principaux: 

Aucune autre étude n'a été ajoutée depuis la mise à jour précédente en 2014. La revue a porté sur six essais (quatre essais en groupes parallèles et deux essais en groupes croisés) auxquels ont participé 948 personnes. Pour la comparaison principale, tiagabine versus placebo, tous les participants étaient âgés entre 12 et 77 ans et les périodes de traitement dans l'étude variaient de 12 à 22 semaines. Le rapport de risque (RR) global avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises (tiagabine versus placebo) était de 3,16 (IC à 95 % : 1,97 à 5,07 ; 3 essais ; 769 participants ; données probantes de haute certitude). En raison des différences dans les taux de réponse entre les essais, les modèles de régression n'ont pas été en mesure de fournir des estimations fiables de la réponse aux doses individuelles. Le RR pour l'arrêt du traitement (tiagabine contre placebo) était de 1,81 (IC à 95 % : 1,25 à 2,62 ; 3 essais, 769 participants ; données probantes de certitude modérée) Des étourdissements et des tremblements ont été associés de façon significative au traitement par la tiagabine. En ce qui concerne les critères de jugement cognitifs et la qualité de vie, les données limitées dont on dispose ne laissent entrevoir aucun effet significatif sur la cognition, l'humeur ou l'adaptation. Un essai comparant la tiagabine à un groupe témoin actif (tiagabine et topiramate) n'a révélé aucune différence significative entre les deux médicaments d'appoint pour une réduction de 50 % ou plus de la fréquence des crises (RR 0,54 ; IC à 95 % : 0,19 à 1,58 ; 1 essai ; 41 participants) ou pour un arrêt du traitement (RR 1,43 ; IC à 95 % : 0,74 à 2,74 ; un essai ; 41 participants). Nous avons jugé que deux des six études comportaient un faible risque de biais, trois études comportaient un risque de biais imprécis et une étude comportait un risque élevé de biais. Les méthodes de génération de séquences de randomisation ont été le facteur de conception d'essai le moins rapporté et ont suscité le plus de préoccupations concernant le risque de biais. Nous avons évalué la certitude globale des données probantes comme étant pour l’essentiel modérée à élevée à l'aide de l'approche GRADE. Nous avons évalué les données probantes pour deux des effets indésirables, les nausées et les tremblements, comme étant de faible certitude.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.