La chirurgie laparoscopique comparée à la chirurgie ouverte en cas d’appendicite aiguë suspectée

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur les effets de la chirurgie ouverte et de la chirurgie mini-invasive chez les personnes présentant une suspicion d’appendicite aiguë.

Contexte

Dans la partie inférieure droite de l'abdomen se trouve une petite excroissance intestinale dont l’extrémité est fermée, appelée appendice. L'inflammation de l'appendice est appelée appendicite et est plus fréquente chez les enfants et les jeunes adultes. La plupart des cas nécessitent une chirurgie en urgence afin d'éviter une rupture de l'appendice dans l'abdomen. Pendant l'opération, appelée appendicectomie, l'appendice enflammé est retiré chirurgicalement. La méthode chirurgicale traditionnelle consiste à pratiquer une petite incision (d'environ 5 cm ou 2 pouces) dans la partie inférieure droite de la paroi abdominale. Une alternative possible consiste à enlever l'appendice enflammé en utilisant une autre technique chirurgicale, connue sous le nom d'appendicectomie laparoscopique. Cette opération nécessite trois incisions très petites (chacune d'environ 1 cm ou 1/2 pouce). Le chirurgien introduit ensuite une caméra et des instruments dans l'abdomen et retire l'appendice.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus 85 études totalisant 9 765 participants, dont 75 essais ont comparé l'appendicectomie laparoscopique à l'appendicectomie ouverte chez l'adulte. Les 10 autres études ne portaient que sur des enfants. Les données probantes sont à jour jusqu'en date de février 2018.

Résultats principaux

Les principaux avantages de la laparoscopie par rapport à l'appendicectomie ouverte étaient la réduction de la douleur postopératoire, la réduction du risque d'infection des plaies, un séjour hospitalier plus court et un retour plus rapide aux activités normales chez les adultes. Par ailleurs, l'appendicectomie par laparoscopie s'est révélée plus avantageuse que l'appendicectomie ouverte en ce qui concerne les infections des plaies et les séjours à l'hôpital, plus courts, chez les enfants. Deux études ont rapporté que les adultes ayant subi une appendicectomie laparoscopique avaient une meilleure qualité de vie à deux semaines, six semaines et six mois post-chirurgie. Les données sur les enfants n'étaient pas disponibles. Concernant les inconvénients de l'appendicectomie laparoscopique, un taux plus élevé d'abcès intra-abdominaux a été identifié chez les adultes mais pas chez les enfants. À l'exception d'une tendance à la diminution des abcès intra-abdominaux après l'appendicectomie laparoscopique, les résultats chez les enfants étaient semblables à ceux observés chez les adultes.

Valeur probantes des données

Les données avaient une valeur probante moyenne à faible en raison d'études mal menées.

Conclusions des auteurs: 

À l'exception d'un taux plus élevé d'abcès intra-abdominaux après l’AL chez les adultes, l'AL présentait des bénéfices par rapport à l'AO en ce qui concerne l'intensité de la douleur le premier jour, les infections des plaies, la durée du séjour à l'hôpital et le temps nécessaire pour reprendre une activité normale chez les adultes. Par ailleurs, l’AL s’est révélée plus avantageuse que l'AO en ce qui concerne les infections des plaies et la durée du séjour à l'hôpital chez les enfants. Deux études ont fait état d'une meilleure qualité de vie chez les adultes. Aucune étude n'a fait état de ce critère de jugement chez les enfants. Cependant, les données avaient une valeur probante très faible à moyenne et certains des effets cliniques de l'AL étaient faibles et d'une pertinence clinique limitée. Les études futures à faible risque de biais devraient porter, notamment, sur la qualité de vie des enfants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'ablation de l'appendice aigu est l'une des interventions chirurgicales les plus fréquentes. La chirurgie ouverte, qui constitue une thérapeutique efficace, est le traitement de choix pour l'appendicite aiguë. Cependant, grâce à l'évolution de la chirurgie endoscopique, l'opération peut également être réalisée par chirurgie mini-invasive. En raison des incisions plus petites, la technique laparoscopique pourrait être associée à une réduction de la douleur postopératoire, à une réduction du taux d'infection des plaies et à une réduction du temps avant le retour à une activité normale.
Ceci est une mise à jour de la revue publiée en 2010.

Objectifs: 

Comparer les effets de l'appendicectomie laparoscopique (AL) et de l'appendicectomie ouverte (AO) en ce qui concerne les effets bénéfiques et les inconvénients.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), Ovid MEDLINE et Embase (9 février 2018). Nous avons identifié les études soumises et en cours de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans le cadre du système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP), sur ClinicalTrials.gov et sur le Registre des essais cliniques de l'UE (9 février 2018). Nous avons effectué une recherche manuelle des références des études identifiées et des actes de congrès des sociétés de chirurgie endoscopique.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'AL et l'AO chez des adultes ou des enfants.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné des études, évalué le risque de biais et extrait des données. Nous avons effectué les méta-analyses au moyen du logiciel Review Manager 5. Nous avons calculé le rapport des cotes de Peto (RC) pour les critères de jugement très rares et la différence moyenne (DM) pour les critères de jugement continus (ou des différences moyennes standardisées (DMS) si les chercheurs utilisaient différentes échelles comme la qualité de vie) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la valeur probante des données.

Résultats principaux: 

Nous avons recensé 85 études auxquelles ont participé 9 765 sujets. Soixante-quinze essais comprenaient 8520 adultes et 10 essais comprenaient 1245 enfants. La plupart des études présentaient des risques de biais, le biais d'attrition étant la source la plus importante dans l’ensemble des études en raison de données incomplètes sur les critères de jugement.

Chez les adultes, l'intensité de la douleur le premier jour a été réduite de 0,75 cm sur une EVA de 10 cm après l’AL (DM -0,75, IC à 95 % -1,04 à -0,45 ; 20 ECR ; 2421 participants ; données de faible probante). Il y avait moins de risque d’infections des plaies après l’AL (RC de Peto 0,42, IC à 95 % : 0,35 à 0,51 ; 63 ECR ; 7 612 participants ; données de valeur probante moyenne), mais l'incidence des abcès intra-abdominaux a augmenté après l’AL (RC de Peto 1,65, IC à 95 % : 1,12 à 2,43 ; 53 ECR ; 6677 participants ; données de valeur probante moyenne).
La durée du séjour à l'hôpital était raccourcie d'un jour après l’AL (DM -0,96, IC à 95 % -1,23 à -0,70 ; 46 ECR ; 5127 participants ; données de faible valeur probante). Le retour à l'activité normale s'est produit cinq jours plus tôt après l’AL qu'après l’AO (DM -4,97, IC à 95 % -6,77 à -3,16 ; 17 ECR ; 1 653 participants ; données de faible valeur probante). Deux études montraient de meilleurs scores de qualité de vie après l’AL, mais utilisaient des échelles différentes, de sorte qu'aucune estimation groupée n'a été présentée. L'une des études a utilisé le questionnaire SF-36 deux semaines après l'intervention chirurgicale et l'autre l'Indice de qualité de vie gastro-intestinal (Gastro-intestinal Quality of Life Index) six semaines et six mois après l'intervention (données de faible valeur probante pour les deux).

Chez les enfants, nous n'avons observé aucune différence quant à l'intensité de la douleur au premier jour (DM -0,80, IC à 95 % -1,65 à 0,05 ; 1 ECR ; 61 participants ; données de faible valeur probante), aux abcès intra-abdominaux après l’AL (RC de Peto 0,54, IC à 95 % 0,24 à 1,22 ; 9 ECR ; 1 185 participants ; données de faible valeur probante) ou à la durée avant le retour aux activités normales (DM -0,50, IC à 95 % -1,30 à 0,30 ; 1 ECR ; 383 participants ; données de valeur probante moyenne). Cependant, il y avait moins de risque d’infections des plaies après l’AL (RC de Peto 0,25, IC à 95 % : 0,15 à 0,42 ; 10 ECR ; 1 245 participants ; données de valeur probante moyenne) et la durée du séjour à l'hôpital a diminué de 0,8 jour après l’AL (DM -0,81, IC à 95 % : -1,01 à -0,62 ; 6 ECR ; 316 participants ; données de faible valeur probante). La qualité de vie n'a été rapportée dans aucune des études incluses.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Richard DUPORT et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.