L’alimentation par sonde (principalement par le nez vers l'estomac ou directement dans l'estomac) chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avions l'intention d’analyser les données existantes sur les effets de l'alimentation par sonde (par le nez ou l'estomac) chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Contexte

La mucoviscidose est une maladie héréditaire qui endommage les poumons et le pancréas (un organe nécessaire à la production de substances chimiques qui aident à digérer les aliments). Les personnes atteintes de mucoviscidose ont souvent besoin de plus de calories pour atteindre un bon état nutritionnel parce que leur maladie fait que la nourriture n'est pas bien absorbée et qu'elles brûlent plus d'énergie au repos et lorsqu'elles respirent que les personnes qui n'ont pas la mucoviscidose Elles ont aussi souvent peu d'appétit. Des compléments alimentaires leur sont souvent administrés par l'intermédiaire d'une sonde qui est placée par le nez dans l'estomac (alimentation nasogastrique) ou directement dans l'estomac (gastrostomie), souvent pendant la nuit mais parfois aussi pendant la journée. Ce type d'alimentation contribue à la prise de poids, à l'amélioration de l'état nutritionnel et de la fonction pulmonaire et peut améliorer la qualité de vie. C'est important, car on sait que, dans la mucoviscidose, l'état nutritionnel est étroitement lié à la fonction pulmonaire. Cependant, l'alimentation par sonde coûte cher et peut aussi avoir un impact sur l'estime de soi et l'image que les patients ont de leur corps. Les tubes passant par le nez peuvent aussi se déloger lors de la toux. L'alimentation par sonde peut également causer des nausées, des vomissements et des diarrhées, mais ces problèmes sont habituellement résolus en modifiant le type d'aliment, la vitesse d'alimentation ou la façon dont les enzymes pancréatiques sont données. Il s'agit d'une mise à jour finale d'une revue déjà publiée.

Période de la recherche

Nous avons cherché des données pour la dernière fois le : 22 octobre 2018.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé 44 essais cliniques lors de nos recherches, mais aucun ne correspondait à la conception et à la durée des essais que nous voulions examiner. Nous n'avons donc pas inclus d’essais cliniques dans cette revue.

Résultats principaux

Idéalement, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comparer l'alimentation par sonde avec les compléments alimentaires oraux et avec l'alimentation normale. De nouveaux essais devraient également porter sur le moment où l'alimentation par sonde doit commencer afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles. Ces essais peuvent s'avérer difficiles à mener, car il n’est peut être pas correct de ne pas fournir aux patients les calories supplémentaires dont ils ont besoin, et quand ils en ont besoin.

Conclusions des auteurs: 

L'alimentation entérale complémentaire est largement utilisée de par le monde pour améliorer l'état nutritionnel des personnes atteintes de mucoviscidose. Les méthodes les plus utilisées, à savoir l'alimentation par sonde nasogastrique ou par sonde de gastrostomie, sont onéreuses et peuvent avoir un effet négatif sur l'estime de soi et l'image que les patients ont de leur corps. Les cas rapportés de recours à l'alimentation entérale suggèrent qu'il en résulte une amélioration nutritionnelle et respiratoire ; mais l'efficacité de cette alimentation n'a pas été pleinement évaluée par des essais contrôlés randomisés. Il est toutefois reconnu qu'il serait difficile d'effectuer un essai contrôlé randomisé en raison du problème éthique que poserait le fait de ne pas intervenir auprès d'un groupe de personnes dont l'état nutritionnel le nécessite.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'alimentation entérale par sonde est couramment utilisée dans de nombreux centres spécialisés dans la prise en charge de la mucoviscidose lorsque le régime alimentaire et la prise de compléments alimentaires par voie orale ne permettent pas d'atteindre un état nutritionnel satisfaisant. L'utilisation de cette méthode d'alimentation est évaluée au cas par cas, en tenant compte de l'âge et de l'état clinique des patients. Il s'agit d'une mise à jour finale d'une revue déjà publiée.

Objectifs: 

Analyser les données indiquant que chez les personnes atteintes de mucoviscidose, l'alimentation entérale complémentaire améliore l'état nutritionnel, la fonction respiratoire, et la qualité de la vie sans effets secondaires indésirables significatifs.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques constitué de références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques. Nous avons également effectué des recherches manuelles dans des revues pertinentes et des recueils de résumés de conférences. Nous avons également contacté les entreprises qui commercialisent les produits d'alimentation entérale et analysé leurs bases de données.

Date de la recherche la plus récente effectuée dans le registre des essais cliniques du groupe sur la mucoviscidose : 10 juillet 2019.

Date de la recherche manuelle la plus récente sur PubMed : 26 octobre 2018.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant d’un côté l'alimentation entérale complémentaire pendant au moins un mois et de l’autre aucune intervention spécifique, le tout chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Les recherches ont permis d'identifier 44 essais, mais aucun d'entre eux n’entraient dans les critères de sélection pour cette revue.

Résultats principaux: 

Aucun essai n'a été inclus dans cette revue.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Élise Viodé et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.