Chirurgie de l'insuffisance veineuse profonde

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'insuffisance veineuse profonde (IVP) est un problème dans les veines qui peut conduire à des ulcères de jambe (plaies), des douleurs et un gonflement. Elle peut être provoquée par un problème lié aux valvules des veines ou être due à une obstruction des veines, ou à une combinaison des deux. Pour la plupart des personnes, des bas de contention spéciaux et un traitement des ulcères suffisent. Lorsque cela ne soulage pas le problème, une chirurgie est parfois tentée. La revue n'a pas trouvé suffisamment de preuves dans les essais évaluant les effets de la chirurgie de l'IVP. Cependant, certaines preuves indiquent que la chirurgie valvulaire avec une ligature (le fait de lier la veine) pourrait être plus efficace à long terme pour certaines personnes. Les preuves des effets de la chirurgie dans les cas d'insuffisance veineuse profonde sont insuffisantes.

Conclusions des auteurs: 

Ces résultats indiquent que la ligature et la valvuloplastie peuvent avoir entraîné une amélioration modérée et soutenue pendant sept à dix ans après l’intervention chez les patients souffrant d’IVP légère à modérée causée par une insuffisance valvulaire primaire. Cependant, les preuves sont insuffisantes pour recommander le traitement à ce sous-groupe de patients, car les essais ont été réalisés à petite échelle et ont utilisé des méthodes de valvuloplastie différentes et des méthodes d’évaluation différentes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'insuffisance veineuse profonde (IVP) chronique est provoquée par des valvules de veines incompétentes et/ou l'obstruction de grosses veines des jambes, et entraîne divers symptômes comprenant des ulcères récurrents, des douleurs et un gonflement.

Objectifs: 

Établir l'efficacité de diverses procédures chirurgicales pour traiter l'IVP.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les essais ont été identifiés à partir du registre d'essais du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques, des bibliographies des études pertinentes et en contactant les principaux chercheurs des essais identifiés et des experts mondiaux de la chirurgie veineuse profonde.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés portant sur le traitement chirurgical des patients atteints d'IVP.

Recueil et analyse des données: 

Les évaluateurs ont extrait les données de façon indépendante. Les critères de jugement incluaient la pression veineuse ambulatoire (PVA) et le temps de remplissage veineux (TRV).

Résultats principaux: 

Trois essais impliquant 233 patients ont été inclus. Deux des essais comparaient une valvuloplastie externe utilisant une plicature antérieure limitée (PAL) en association avec la ligature (L) des veines superficielles incompétentes (L + PAL) à la ligature seule (L). L'autre essai comparait la valvuloplastie externe et la ligature (V + L) des veines superficielles incompétentes à la ligature seule (L). Les participants aux essais souffraient d’insuffisance valvulaire primaire avec symptômes légers à modérés, mais pas d’ulcères veineux.

La ligature associée à la plicature antérieure limitée a entraîné une amélioration significative de la PVA : la différence moyenne entre les groupes L + PVA et L était de -15 mm Hg (intervalle de confiance (IC) à 95 % -20,9 à -9,0) à un an et de -15 mm Hg (IC à 95 % -21 à -8,9) à dix ans.

Les valeurs de pression veineuse ambulatoire postopératoires sont demeurées relativement élevées. Neuf des onze valvules réparées sont demeurées compétentes après un suivi de deux ans. Aucune complication n’est survenue. Le score global moyen des résultats cliniques a été de +2 (amélioration modérée) dans le groupe L+PAL par rapport à +1 (amélioration légère) dans le groupe L.

Les patients dont la dynamique clinique s’est détériorée au cours des cinq années précédant la chirurgie ont eu un taux significativement plus élevé d’amélioration de leur état clinique dans le groupe V+L par rapport au groupe L (81 % contre 51 % ; P < 0,05) après un suivi de sept ans. Les patients dont la dynamique clinique préopératoire était stable ont affiché un taux semblable d’amélioration dans les deux groupes (96 % contre 90 % ; P > 0,1). Les pressions veineuses ambulatoires n'ont pas été prises.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.