Quelle est la précision de l'imagerie thoracique pour le diagnostic de la COVID-19 ?

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Pourquoi cette question est-elle importante ?

Les personnes suspectées d’avoir la COVID-19 doivent savoir rapidement si elles sont infectées, afin de pouvoir s'isoler, recevoir un traitement et informer les personnes avec qui elles ont été en contact étroit. Actuellement, le diagnostic formel de l'infection COVID-19 nécessite une analyse en laboratoire d'échantillons de sang ou de prélèvements au niveau de la gorge et du nez. Le test de laboratoire, appelé RT-PCR, nécessite un équipement spécialisé et prend au moins 24 heures pour produire un résultat. De plus, la RT-PCR n'est pas totalement fiable et une seconde RT-PCR ou un test différent pourrait être nécessaire pour confirmer le diagnostic.

La COVID-19 est une infection respiratoire : les personnes atteintes de la COVID-19 pourraient tousser, avoir des difficultés à respirer et, dans les cas graves, pourraient être atteintes d'une pneumonie due à la COVID-19. Les cliniciens utilisent des examens d'imagerie thoracique pour diagnostiquer la COVID-19, par exemple lorsqu'ils attendent les résultats d'un test RT-PCR ou lorsque les résultats des tests RT-PCR sont négatifs et que la personne présente des symptômes de la COVID-19.

Nous voulions savoir dans quelle mesure l'imagerie thoracique est précise pour diagnostiquer la COVID-19 chez les personnes atteintes d'une infection connue ou suspectée.

Qu'est-ce qu'un examen d'imagerie thoracique ?

Les rayons X ou les scanners produisent une image des organes et des structures internes (cœur, poumons et voies aériennes) dans la poitrine. Ils peuvent détecter les blocages, les inflammations et les excès de liquide.

- Les rayons X (radiographie) utilisent une petite quantité de rayonnement pour produire une image en 2-D. Elles sont généralement effectuées dans les hôpitaux à l'aide d'un équipement fixe par un radiographe, mais pourraient également être effectuées à l'aide d'un appareil portable.

- La tomodensitométrie (scanner) utilise un ordinateur pour fusionner plusieurs images radiographiques prises sous différents angles afin de produire une image en 2 dimensions qui peut être convertie en 3 dimensions. Elle nécessite un équipement hautement spécialisé et est effectuée à l'hôpital par un radiologue spécialisé.

- Les échographies utilisent des ondes sonores à haute fréquence pour produire une image. Elles peuvent être effectuées à l'hôpital ou dans d'autres établissements de soins de santé, comme un cabinet médical ou une clinique.

Comment avons-nous procédé ?

Nous avons recherché des études qui évaluent la précision de l'imagerie thoracique pour diagnostiquer la COVID-19. Les études pouvaient porter sur des personnes présentant une COVID-19 suspectée ou confirmée, sur la base des résultats d'une RT-PCR ou d'un autre test. Tous les schémas d’études et toutes les localisations ont été pris en compte.

Qu’avons-nous trouvé ?

Nous avons trouvé 84 études portant sur 8 279 personnes. Les études ont porté soit uniquement sur des personnes dont le diagnostic de la COVID-19 a été confirmé (71 études, impliquant 6 331 personnes), soit sur des cas suspects et confirmés de la COVID-19 (13 études, impliquant 1 948 personnes). L'infection a été principalement confirmée par RT-PCR.

La majorité des études ont évalué le scanner thoracique. Nous avons trouvé des études provenant du monde entier ; 78 études ont eu lieu en Asie.

Précision de l'imagerie thoracique pour le diagnostic de la COVID-19 chez les personnes dont l'infection est confirmée

En moyenne, le scanner thoracique a correctement identifié l'infection chez 93 % des personnes dont la COVID-19 a été confirmée (65 études, 5 759 personnes). La radiographie thoracique a correctement identifié l'infection chez 82 % des personnes dont la COVID-19 a été confirmée (neuf études, 682 personnes). L'échographie pulmonaire a correctement identifié l'infection chez 100 % des personnes dont la COVID-19 a été confirmée (2 études, 32 personnes).

Précision de l'imagerie thoracique pour le diagnostic de la COVID-19 chez les personnes dont l'infection est suspectée ou confirmée

En moyenne, le scanner thoracique a correctement identifié l'infection chez 86 % des personnes infectées par la COVID-19 (13 études, 2 346 personnes). Cependant, elle a identifié de manière incorrecte l'infection chez 82 % des personnes qui n'ont pas été infectées par la COVID-19. Nous n'avons pas trouvé d'études qui rapportent des données sur l'échographie pulmonaire.

Les résultats sont-ils fiables ?

Les études ont fait état d'informations limitées sur la façon dont elles ont confirmé le diagnostic de la COVID-19, sur la façon dont elles ont recruté les participants, et elles n'ont pas toujours utilisé des méthodes robustes. La plupart des études n'ont porté que sur des personnes dont le diagnostic de la COVID-19 était confirmé. Nous disposons donc de peu d'informations sur la capacité de l'imagerie thoracique à exclure la COVID-19 chez les personnes non infectées. De plus, les études n'ont pas rapporté d’affections respiratoires préexistantes qui auraient pu affecter leurs résultats. Enfin, 25 % des études ont été publiées sous forme de prépublications, qui ne sont pas soumises aux mêmes contrôles rigoureux que les études publiées. Sur la base des résultats des études incluses dans cette revue, nous ne pouvons pas tirer de conclusions avec certitude

Qu’est-ce que cela signifie?

Les données probantes suggèrent que le scanner thoracique et la radiographie thoracique pourraient être de bons tests pour confirmer le diagnostic de la COVID-19 chez les personnes qui ont été diagnostiquées avec une infection COVID-19 en utilisant un autre test. Cependant, le scanner thoracique pourrait être moins précis pour confirmer ou exclure la présence de l’infection chez les personnes seulement suspectées d’avoir la COVID-19.

Nous prévoyons de mettre à jour cette revue régulièrement à mesure que de nouvelles recherches seront disponibles.

Cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes de cette revue Cochrane sont à jour jusqu'en mai 2020.

Conclusions des auteurs: 

L'incertitude résultant de la mauvaise qualité des études et de l'hétérogénéité des études incluses limite notre capacité à tirer, avec confiance, des conclusions basées sur nos résultats. Nos conclusions indiquent que la tomodensitométrie thoracique est sensible mais pas spécifique pour le diagnostic de la COVID-19 chez les patients suspects, ce qui signifie que la tomodensitométrie pourrait ne pas être capable de différencier l'infection par le SARS-CoV-2 par rapport à d'autres causes de maladie respiratoire. Cette faible spécificité pourrait également être le résultat de la faible sensibilité du standard de référence (RT-PCR), car la tomodensitométrie peut potentiellement être plus sensible que la RT-PCR dans certains cas. En raison de données limitées, les estimations de la précision de la radiographie thoracique et de l'échographie pulmonaire pour le diagnostic de la COVID-19 doivent être interprétées avec prudence.

Les futures études sur la précision du diagnostic devraient éviter les études portant uniquement sur des cas et prédéfinir des résultats d'imagerie positifs. Les mises à jour prévues de cette revue viseront à : accroître la précision des estimations sur l'exactitude diagnostic de la tomodensitométrie (idéalement avec un faible risque d'études biaisées) ; obtenir des données supplémentaires pour informer de l'exactitude diagnostic des radiographies et des échographies thoraciques ; et continuer à rechercher des études qui remplissent des objectifs secondaires pour informer de l'utilité de l'imagerie parmi les différentes voies de diagnostic.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le diagnostic de l'infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) présente des défis majeurs. Le test de réaction en chaîne par polymérase après transcription inverse (RT-PCR) est utilisé pour diagnostiquer une infection actuelle, mais son utilité en tant que standard de référence est limitée par des erreurs d'échantillonnage, une sensibilité restreinte (71 % à 98 %) et la dépendance au moment de la collecte des échantillons. Les examens d'imagerie thoracique sont utilisés dans le diagnostic de la COVID-19, ou lorsque le test RT-PCR n'est pas disponible.

Objectifs: 

Déterminer la précision diagnostique de l'imagerie thoracique (tomodensitométrie (TDM), radiographie et échographie) chez les personnes dont la présence de la COVID-19 est suspectée ou confirmée.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans la base de données sur les données probantes dynamiques de la COVID-19 de l'Université de Berne, dans le registre des études COVID-19 de Cochrane et dans la bibliothèque du CDC Stephen B. Thacker. En outre, nous avons vérifié les dépôts de publications liées à la COVID-19. Nous n'avons appliqué aucune restriction de langue. Nous avons effectué des recherches pour cette version de la revue jusqu'au 5 mai 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les schémas d’études, qui produisent des estimations de la précision des tests ou fournissent des données à partir desquelles des estimations peuvent être calculées. Nous avons inclus deux types d’études transversales : a) où tous les patients suspectés de la maladie cible entrent dans l'étude par la même voie et b) où il n'est pas clair d'emblée qui a et qui n'a pas la maladie cible, ou bien où les patients atteints de la maladie cible sont recrutés d'une manière différente ou dans une population différente de celle des patients sans la maladie cible. Lorsque les études ont utilisé plusieurs standards de référence, nous les avons tous inclus.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons examiné les études et extrait les données de manière indépendante, en double. Nous avons également évalué le risque de biais et les problèmes d'applicabilité de manière indépendante, en double, en utilisant la liste de contrôle QUADAS-2 et avons présenté les résultats de la sensibilité et de la spécificité estimées, en utilisant des graphiques en forêts appariés, et résumés dans des tableaux. Nous avons utilisé une méta-analyse suivant un modèle hiérarchique lorsque cela était approprié. Nous avons présenté l'incertitude des estimations de précision en utilisant des intervalles de confiance (IC) à 95%.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 84 études, qui se répartissent en deux catégories : des études avec des participants ayant un diagnostic confirmé de la COVID-19 au moment du recrutement (71 études avec 6 331 participants) et des études avec des participants suspectés d’être atteint de la COVID-19 (13 études avec 1 948 participants, dont trois études cas-témoins avec 549 cas et témoins). La tomodensitométrie thoracique a été évaluée dans 78 études (8 105 participants), la radiographie pulmonaire dans neuf études (682 cas COVID-19) et l'échographie pulmonaire dans deux études (32 cas COVID-19). Toutes les évaluations des radiographies et des échographies thoraciques ont été effectuées dans le cadre d'études dont le diagnostic était confirmé. Vingt-cinq pour cent (21/84) de toutes les études n'étaient disponibles que sous forme de prépublications, 15/71 études dans le groupe des cas confirmés et 6/13 des études dans le groupe des cas suspects.

Parmi les 71 études qui ont inclus des cas confirmés, 41 études ont inclus des cas symptomatiques seulement, 25 études ont inclus des cas indépendamment de leurs symptômes, cinq études ont inclus des cas asymptomatiques seulement, dont trois ont inclus une combinaison de cas confirmés et suspects. Soixante-dix études ont été menées en Asie, deux en Europe, deux en Amérique du Nord et une en Amérique du Sud. Cinquante et une études ont porté sur des patients hospitalisés, tandis que les 24 autres ont été menées dans des contextes mixtes ou peu clairs. Le risque de biais était élevé dans la plupart des études, principalement en raison de préoccupations concernant la sélection des participants et l'applicabilité.

Parmi les 13 études qui ont porté sur des cas suspects, neuf ont été menées en Asie et une en Europe. Sept études ont porté sur des patients hospitalisés, tandis que les trois autres ont été menées dans des contextes mixtes ou peu clairs.

Dans les études qui ont porté sur des cas confirmés, la sensibilité cumulée de la tomodensitométrie thoracique était de 93,1 % (IC à 95 % : 90,2 - 95,0) (65 études, 5 759 cas) ; et pour les rayons X 82,1 % (IC à 95 % : 62,5 à 92,7) (9 études, 682 cas). L'hétérogénéité jugée par l'évaluation visuelle des courbes ROC était considérable. Deux études ont évalué la précision diagnostique de l'échographie sur le lieu de soins et toutes deux n’ont pas rapporté de faux négatif (avec respectivement 10 et 22 participants ayant subi une échographie). Ces études ont uniquement rapporté les vrais positifs et les faux négatifs, il n'a donc pas été possible de regrouper les données et de dériver des estimations de la spécificité.

Dans les études incluant des cas suspects, la sensibilité combinée de la tomodensitométrie était de 86,2 % (IC à 95 % : 71,9 à 93,8 (13 études, 2 346 participants) et la spécificité était de 18,1 % (IC à 95 % : 3,71 à 55,8). L'hétérogénéité jugée par l'évaluation visuelle des graphiques en forêt était élevée.

La tomodensitométrie thoracique pourrait donner approximativement la même proportion de résultats positifs pour les patients avec et sans infection par le virus du SARS-CoV-2 : les chances d'obtenir un résultat positif à la tomodensitométrie thoracique sont de 86 % (IC à 95 % : 72 à 94) chez un patient atteint d'une infection par le virus du SARS-CoV-2 et 82 % (IC de 95 % : 44 à 96) chez les patients sans cette infection.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.