Les antidépresseurs dans la dépression du postpartum

Problématique de la revue

Dans cette revue Cochrane, nous avons voulu savoir dans quelle mesure les antidépresseurs sont efficaces dans le traitement des femmes souffrant de dépression du postpartum.

Pourquoi est-ce important ?

La dépression du postpartum est une dépression qui commence dans les 12 mois suivant la naissance d'un enfant. De nombreuses femmes sont touchées. La dépression du postpartum peut avoir de graves effets à court et à long terme sur la mère, le bébé et la famille dans son ensemble.

Il existe plusieurs façons de traiter la dépression du postpartum. Il s'agit notamment des médicaments antidépresseurs, de la thérapie psychologique, du soutien ou du conseil. Le type de traitement proposé dépend de la gravité de la dépression, d'autres maladies et du choix de la femme. En général, les femmes enceintes ou qui allaitent sont souvent inquiètes des effets indésirables potentiels des médicaments antidépresseurs sur leur bébé.

Il est important de savoir si les antidépresseurs pourraient constituer un traitement efficace et acceptable pour les femmes souffrant de dépression du postpartum.

Ce que nous avons fait

En mai 2020, nous avons recherché des études sur les antidépresseurs pour les femmes souffrant de dépression du postpartum. Nous avons recherché des essais contrôlés randomisés, dans lesquels les traitements étaient administrés aux participants à l'étude de manière aléatoire. Ces études fournissent les données probantes les plus fiables.

Nous avons inclus 11 études impliquant 1016 femmes. Les études ont comparé les antidépresseurs à un placebo (médicament factice), au traitement habituel (surveillance et attente, visites régulières avec un coordinateur de soins), aux interventions psychologiques (thérapie), aux interventions psychosociales (soutien ou conseil par les pairs), à tout autre médicament ou à un autre type d'antidépresseur ; et à la médecine complémentaire (compléments alimentaires).

Huit de ces études ont été menées dans des pays anglophones à revenu élevé. La durée du traitement varie de quatre à 24 semaines.

Les critères de jugement sur lesquels nous nous sommes concentrés étaient la façon dont les traitements fonctionnaient (efficacité). Ce chiffre a été mesuré par le nombre de personnes qui ont bien répondu au traitement (réponse) ou qui ne répondaient plus aux critères de dépression à la fin du traitement (rémission). Nous avons également cherché à savoir si les femmes et/ou leurs bébés subissaient des effets indésirables avec le traitement.

Qu’avons-nous trouvé ?

Nous avons constaté que les femmes traitées par des antidépresseurs pourraient réagir légèrement mieux et souffrir de dépression du postpartum moins grave que les femmes recevant un placebo. Le nombre d'effets indésirables subis par les femmes était similaire d'un groupe à l'autre. Il n'y avait pas assez d'études comparant les antidépresseurs à d'autres types de traitement. Les antidépresseurs les plus couramment étudiés appartenaient au groupe des « ISRS » (Inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine).

Conclusions

Cette revue n'a trouvé que quelques études pertinentes. Certaines données probantes suggèrent que les antidépresseurs pourraient être plus efficaces qu'un placebo pour les femmes souffrant de dépression du postpartum. Il n'existe pas suffisamment de données probantes comparant les antidépresseurs à d'autres traitements de la dépression du postpartum. Les cliniciens doivent tenir compte des données probantes des études portant sur la population générale et des recommandations cliniques actuelles, ainsi que des antécédents de maladie et des symptômes actuels de la femme, pour prendre une décision de traitement risque-bénéfice individualisée avec la femme.

Niveau de confiance des données probantes

Notre niveau de confiance dans les données probantes est faible. Certains résultats sont basés sur quelques études seulement, avec un petit nombre de femmes dans chaque groupe de traitement. Nous ne sommes donc pas sûrs de la fiabilité des résultats. Nos conclusions pourraient changer si d'autres études étaient menées. Notre conclusion selon laquelle les antidépresseurs pourraient être plus efficaces qu'une pilule factice est similaire aux conclusions provenant d'un plus grand nombre d'études menées dans la population générale.

Conclusions des auteurs: 

Il existe encore peu de données probantes concernant l'efficacité et la tolérance des antidépresseurs dans la gestion de la dépression du postpartum, en particulier pour les personnes souffrant de dépression plus grave. Nous avons trouvé des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant que les antidépresseurs ISRS (inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine) pourraient être plus efficaces dans le traitement de la dépression du postpartum que le placebo, comme le montrent les taux de réponse et de rémission. Toutefois, le faible niveau de confiance des données probantes suggère que des recherches supplémentaires auront très probablement un impact important sur notre estimation de l'effet. Il est toujours impératif de mieux comprendre si, et pour qui, les antidépresseurs ou autres traitements sont plus efficaces pour la dépression du postpartum, et si certains antidépresseurs sont plus efficaces ou mieux tolérés que d'autres.

Dans la pratique clinique, les résultats de cette revue doivent être mis en contexte par la vaste littérature plus large sur les antidépresseurs dans la population générale et les conseils cliniques périnataux, afin d'éclairer une décision clinique risque-bénéfice individualisée. Les futurs ECR devraient se concentrer sur des échantillons plus importants, un suivi plus long, des comparaisons avec des modalités de traitement alternatives et l'inclusion des critères de jugement concernant les enfants et les parents.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dépression est l'une des morbidités les plus courantes de la période du postpartum. Elle a été associée à des effets indésirables chez les femmes, les enfants, la famille au sens large et la société dans son ensemble. Le traitement consiste en des interventions psychosociales ou des médicaments antidépresseurs, ou les deux. L'objectif de cette revue est d'évaluer l'efficacité de différents antidépresseurs et de comparer leur efficacité avec celle d'un placebo, d'un traitement habituel ou d'autres formes de traitement. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue publiée pour la dernière fois en 2014.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et la tolérance des antidépresseurs par rapport à tout autre traitement (psychologique, psychosocial ou pharmacologique), à un placebo ou au traitement habituel de la dépression du postpartum.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les troubles mentaux communs, CENTRAL, MEDLINE, Embase et PsycINFO en mai 2020. Nous avons également effectué des recherches dans les registres internationaux d'essais et contacté des experts dans ce domaine.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) sur des femmes souffrant de dépression au cours des 12 premiers mois du postpartum, qui comparaient le traitement antidépresseur (seul ou en combinaison avec un autre traitement) avec tout autre traitement, placebo ou traitement habituel.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données des rapports d'étude. Nous avons demandé les informations manquantes aux auteurs des études dans la mesure du possible. Nous avons cherché des données permettant une analyse en intention de traiter. Lorsque nous avons identifié suffisamment d'études comparables, nous avons mis en commun les données et effectué des méta-analyses des effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 11 ECR (1016 femmes), dont la majorité provenait de pays anglophones à revenu élevé ; deux d'entre eux étaient des pays à revenu intermédiaire. Les femmes ont été recrutées dans un mélange de milieux communautaires, de soins primaires, de maternités et de consultations externes. La plupart des études ont utilisé des inhibiteurs spécifiques de la recapture de la sérotonine (ISRS), avec une durée de traitement allant de 4 à 12 semaines.

La méta-analyse a montré que les ISRS pourraient présenter un bénéfice par rapport au placebo en termes de réponse (55 % contre 43 % ; risque relatif combiné (RR) de 1,27, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,97 à 1,66) ; rémission (42 % contre 27 % ; RR 1.54, IC à 95 % 0,99 à 2,41) ; et réduction des symptômes de dépression (différence moyenne standardisée (DMS) -0,30, IC à 95 % -0,55 à -0,05 ; 4 études, 251 femmes), à 5 à 12 semaines de suivi. Nous n'avons pas pu effectuer de méta-analyse des événements indésirables en raison des variations dans la déclaration de ces derniers d'une étude à l'autre. Il n'y avait pas de données probantes d'une différence entre l'acceptabilité des ISRS et du placebo (27 % contre 27 % ; RR 1,10, IC à 95 % 0,74 à 1,64 ; 4 études ; 233 femmes). Le niveau de confiance de toutes les données probantes concernant les ISRS était faible ou très faible en raison du petit nombre d'études incluses et d'un certain nombre de sources potentielles de biais, notamment des taux d'attrition élevés.

Les données probantes étaient insuffisantes pour évaluer l'efficacité des ISRS par rapport à d'autres classes d'antidépresseurs et des antidépresseurs par rapport à d'autres interventions pharmacologiques, aux médecines complémentaires, aux interventions psychologiques et psychosociales ou au traitement habituel. Une proportion importante de femmes ont subi des effets indésirables, mais il n'y avait pas de données probantes indiquant des différences dans le nombre d'effets indésirables entre les groupes de traitement dans les études. Les données sur les effets sur les enfants, y compris les nourrissons allaités au sein, les parents et la famille au sens large ont été limitées, bien que des effets indésirables n’ont pas été constatés.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Pierre-Alexis Gontier et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.