Quels sont les types d'interventions qui sont bénéfiques aux personnes sans domicile fixe pour arrêter de fumer ?

Contexte

Les personnes sans domicile fixe sont plus susceptibles de faire usage de tabac et sont confrontées à de nombreux problèmes qui leur rendent la tâche difficile pour arrêter de fumer. Les problèmes de santé causés par la consommation de tabac sont parmi les principales causes de décès au sein de cette population. Il est donc nécessaire de trouver de nouveaux moyens de réduire la consommation de tabac chez les personnes sans domicile fixe. Les recommandations de santé indiquent que le traitement pour arrêter de fumer devrait comprendre une forme de conseil ou de soutien, ainsi que des médicaments conçus pour aider les gens à arrêter de fumer. Cependant, ce traitement n'est souvent pas fourni ou utilisé parmi les personnes sans domicile fixe. Notre étude a examiné si les systèmes conçus pour aider les adultes sans domicile fixe à obtenir des traitements pour arrêter de fumer, et les traitements conçus pour aider les adultes sans domicile fixe à arrêter de fumer conduisent à une plus grande utilisation des traitements et à un plus grand nombre de personnes qui arrêtent de fumer. Nous avons également cherché à savoir si les traitements destinés à aider les adultes sans domicile fixe à arrêter de fumer modifiaient leur consommation d'autres drogues et leur santé mentale.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 10 études impliquant 1 634 participants. L'une de ces études est toujours en cours, mais les neuf autres sont terminées. Tous les participants étaient des fumeurs de tabac, âgés de 18 ans ou plus, et avaient vécu sans domicile fixe. La plupart des participants ont été recrutés dans des lieux de la communauté, tels que les refuges pour sans-abri, mais certains ont également été recrutés dans des cliniques de santé. Toutes les études offraient aux participants une forme de soutien psychologique pour arrêter de fumer, et huit de ces études proposaient également des médicaments pour arrêter de fumer. Les traitements testés dans les études incluses étaient les suivants : cigarettes électroniques, soutien par SMS, récompenses pour l'arrêt du tabac, soutien psychologique plus intensif, traitements axés sur d'autres défis liés au mode de vie plus le tabagisme, et thérapie cognitivo-comportementale. Les données probantes sont à jour jusqu'en janvier 2020.

Principaux résultats

Il n'y avait pas suffisamment d'informations pour décider si les traitements antitabac destinés spécifiquement aux personnes sans domicile fixe les rendaient plus susceptibles d'arrêter de fumer que le traitement standard d'arrêt du tabac, ni pour déterminer si ces traitements affectaient la santé mentale ou la consommation de drogues des personnes sans domicile fixe.

Qualité des données probantes

Nous avons jugé que toutes les informations contenues dans cette étude étaient de qualité faible ou très faible. Cela s'explique par le fait que les études incluses dans cette revue étaient de petite taille et que la manière dont certaines d'entre elles ont été réalisées a posé des problèmes. Il est donc difficile de savoir si ces interventions aident les personnes sans domicile fixe à arrêter de fumer. Les conclusions de cette étude sont très susceptibles de changer à mesure que de nouvelles études seront réalisées.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour évaluer les effets de chaque intervention de sevrage tabagique, en particulier chez les personnes sans domicile fixe. Bien que certaines données probantes suggèrent un avantage modeste des interventions comportementales plus intensives de désaccoutumance au tabac par rapport aux interventions moins intensives, le niveau de confiance des données probantes était très faible, ce qui signifie que des recherches supplémentaires pourraient renforcer ou affaiblir cet effet. Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour évaluer si l'offre d'aide au sevrage tabagique et ses effets sur les tentatives d'arrêt, ont un quelconque effet sur la santé mentale ou sur d'autres critères de jugement liés à la consommation de substances chez les personnes sans domicile fixe. Bien qu'il n'y ait pas de raison de croire que les traitements standards de sevrage tabagique fonctionnent différemment chez les personnes sans domicile fixe que dans la population générale, ces résultats soulignent la nécessité de mener des études de grande qualité portant sur les moyens supplémentaires d'impliquer et de soutenir les personnes sans domicile fixe, dans le contexte des défis quotidiens auxquels elles sont confrontées. Ces études doivent avoir une puissance suffisante et s'efforcer de retenir les participants pour un suivi à long terme d'au moins six mois. Les études devraient également explorer les interventions qui augmentent l'accès aux services de désaccoutumance, et aborder les influences sociales et environnementales de la consommation de tabac chez les personnes sans domicile fixe. Enfin, des études devraient explorer l'impact du sevrage tabagique sur les critères de jugement de la santé mentale et de la consommation de substances.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les populations sans domicile fixe ont un taux élevé de tabagisme et rencontrent des obstacles importants à l'arrêt du tabac. Le tabagisme est l'une des principales causes de morbidité et de mortalité chez les personnes sans domicile fixe, ce qui souligne l'urgence d'intervenir pour réduire le fardeau du tabagisme dans cette population.

Objectifs: 

Évaluer si les interventions destinées à améliorer l'accès des adultes sans domicile fixe aux interventions de sevrage tabagique conduisent à une augmentation du nombre de personnes qui suivent ou reçoivent un traitement, et si les interventions destinées à aider les adultes sans domicile fixe à arrêter de fumer conduisent à une augmentation de l'abstinence tabagique. Évaluer également si les interventions de sevrage tabagique pour les adultes sans domicile fixe affectent la consommation de substances et la santé mentale.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons recherché dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépendance tabagique, MEDLINE, Embase et PsycINFO des études utilisant les termes : un-housed*, homeless*, housing instability, smoking cessation, tobacco use disorder, smokeless tobacco. Nous avons également fait des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études non publiées. Date de la recherche la plus récente : 06 janvier 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés qui ont recruté des personnes sans domicile fixe consommant du tabac, et nous avons étudié des interventions axées sur les points suivants : 1) améliorer l'accès aux services de soutien pertinents ; 2) accroître la motivation à arrêter de fumer ; 3) aider les gens à atteindre l'abstinence, y compris, mais sans s'y limiter, le soutien comportemental, les pharmacothérapies de sevrage tabagique, la gestion des imprévus et les interventions basées sur des messages textes ou des applications ; ou 4) encourager les transitions vers une consommation de nicotine à long terme qui n'implique pas le tabac. Les comparateurs admissibles comprenaient l'absence d'intervention, les soins standards (tels que définis par les études) ou une autre forme d'intervention active.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les méthodes standards de Cochrane. Le sevrage tabagique a été mesuré au moment le plus long de chaque étude, sur la base de l'intention de traiter, en utilisant la définition la plus rigoureuse disponible. Nous avons calculé les risque relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % pour le sevrage tabagique pour chaque étude, lorsque cela était possible. Nous avons regroupé les études admissibles en fonction du type de comparaison (contingence de renforcement en association aux soins standards de désaccoutumance au tabac ; interventions plus intensives par rapport à des interventions moins intensives en matière de désaccoutumance au tabac ; et soutien multithématique par rapport au soutien de désaccoutumance au tabac uniquement), et nous avons effectué des méta-analyses le cas échéant, en utilisant un modèle à effets aléatoires de Mantel-Haenszel. Nous avons également extrait des données sur les tentatives d'abandon, les effets sur la santé mentale et sur la gravité de la consommation de substances, et nous avons procédé à une méta-analyse sur ces critères de jugement lorsque les données étaient suffisantes.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 10 études impliquant 1 634 participants qui fumaient du tabac combustible lors de l'inscription. L'une des études était en cours. La plupart des essais comprenaient des participants recrutés dans des sites communautaires tels que des refuges, et trois comprenaient des participants recrutés dans des cliniques. Nous avons jugé que trois études présentaient un risque élevé de biais dans un ou plusieurs domaines. Nous avons identifié des données probantes d’un niveau de confiance faible, limitées par l'imprécision, que la contingence de renforcement (récompenses pour un sevrage tabagique réussi) en association avec les soins standards de sevrage tabagique n'étaient pas plus efficaces que les soins standards seuls pour promouvoir l'abstinence (RR 0,67, IC à 95 % 0,16 à 2,77 ; 1 essai, 70 participants). Nous avons identifié des données probantes d’un niveau de confiance très faible, limitées par le risque de biais et l'imprécision, qu'une aide comportementale plus intensive à l'arrêt du tabac était plus efficace qu'une intervention brève pour promouvoir l'abstinence lors d'un suivi de six mois (RR 1,64 , IC à 95 % 1,01 à 2,69 ; 3 essais, 657 participants ; I2 = 0 %). Il y a des données probantes d’un niveau de confiance faible, limitées par le risque de biais et l’imprécision, que l'aide multithématique (aide à l'arrêt du tabac comprenant également une aide pour faire face à d'autres problèmes ou dépendances) n'était pas supérieure à l'aide ciblée à l'arrêt du tabac pour promouvoir l'abstinence (RR 0,95, IC à 95 % 0,35 à 2,61 ; 2 essais, 146 participants ; I2 = 25 %). Davantage de données sur ces types d'interventions sont susceptibles de modifier notre interprétation de ces données. Des études uniques qui ont examiné les effets de l'aide par SMS, des e-cigarettes ou de la thérapie cognitivo-comportementale dans l'arrêt du tabac n'ont pas donné de résultats concluants. Les données sur les critères de jugement secondaires, notamment la santé mentale et la gravité de la consommation de substances psychoactives, étaient trop rares pour permettre de tirer des conclusions significatives sur l'existence de différences cliniquement pertinentes. Nous n'avons pas identifié d'études qui évaluent explicitement les interventions visant à améliorer l'accès aux soins de sevrage tabagique ; nous n'avons donc pas pu évaluer notre critère de jugement secondaire "nombre de participants recevant un traitement".

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Abdul Gafur et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.