Thérapies à base de cellules souches pour les hémorragies cérébrales (hémorragie intraventriculaire dans la matrice germinale) chez les nouveau-nés prématurés

Problématique de la revue

Les thérapies à base de cellules souches sauvent-elles des vies ou améliorent-elles le développement à long terme des nouveau-nés prématurés qui ont ou peuvent développer une hémorragie au cerveau (" hémorragie intraventriculaire dans la matrice germinale ") ?

Contexte

Les nouveau-nés nés trop tôt (" prématurés "), surtout les bébés nés avant 28 semaines de grossesse, développent parfois une hémorragie au niveau du cerveau. Les bébés dont l’hémorragie est moins abondante peuvent se rétablir complètement ou n'avoir que de légers problèmes. Pour d'autres bébés chez qui l’hémorragie est plus graves, cela peut entraîner la mort ou des problèmes plus tard dans la vie. Par exemple, certains de ces bébés développent la paralysie cérébrale, une déficience intellectuelle ou d'autres problèmes. Il n'existe actuellement aucune approche pour prévenir ou traiter cette condition.

L'objectif de cette revue était d'évaluer si les thérapies à base de cellules souches pouvaient réduire la mortalité et améliorer le développement à long terme des nouveau-nés nés trop tôt. Pendant la thérapie à base de cellules souches, les cellules souches sont données au bébé, par exemple par injection. Ces cellules souches peuvent provenir d'humains ou d'animaux et peuvent provenir du sang du cordon ombilical, de la moelle osseuse ou d'autres parties du corps. Ces cellules réparent ensuite les cellules du cerveau qui ont été endommagées par l’hémorragie.

Principaux résultats

Nous n'avons pu inclure aucune étude dans notre revue. Nous avons identifié cinq études, mais nous les avons exclues en raison de la façon dont elles ont été conçues, ce qui signifie que leurs résultats ne pouvaient pas répondre à notre question de revue (il s'agissait toutes d'études de " phase 1 ").

Nous avons recherché les études disponibles jusqu'au 7 janvier 2019.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, il n'existe aucune données probantes démontrant les bienfaits ou les méfaits des interventions à base de cellules souches pour le traitement ou la prévention de l'GM-IVH chez les prématurés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hémorragie intraventriculaire dans la matrice germinale (en anglais : Germinal matrix-intraventricular haemorrhage, GMH-IVH) demeure un problème important dans les unités de soins intensifs néonatals du monde entier. Les traitements actuels pour prévenir ou traiter l'GMH-IVH sont limités. Les thérapies à base de cellules souches offrent une approche thérapeutique potentielle pour réparer, restaurer et/ou régénérer les tissus cérébraux blessés. Ces résultats précliniques ont maintenant culminé dans des études néonatales en cours chez l'humain.

Objectifs: 

Déterminer les bienfaits et les méfaits des interventions à base de cellules souches pour la prévention ou le traitement de l'hémorragie intraventriculaire dans la matrice germinale (GM-IVH) chez les prématurés.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons utilisé la stratégie de recherche standard de Cochrane Neonatal pour faire des recherches dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL ; 2019, numéro 1), dans la Bibliothèque Cochrane ; MEDLINE via PubMed (1966 au 7 janvier 2019) ; Embase (1980 au 7 janvier 2019) ; et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL) (1982 au 7 janvier 2019). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférences et les listes de références d'articles extraits pour les essais contrôlés randomisés et les essais quasi-randomisés.

Critères de sélection: 

Nous avons tenté d'identifier des essais contrôlés randomisés, des essais contrôlés quasi-randomisés et des essais en grappes comparant (1) les interventions à base de cellules souches par rapport à un contrôle ; (2) les cellules stromales mésenchymateuses (CSM) d’une certain type ou source par rapport aux CSM d'autres types ou sources ; (3) les interventions à base de cellules souches autres que les CSM de type ou de source par opposition aux interventions à base de cellules souches autres que celles d'autres types ou sources ; ou (4) les CSM par rapport à celles autres que les CSM. Pour les études de prévention, nous avons inclus les nourrissons extrêmement prématurés (moins de 28 semaines de gestation), âgés de 24 heures ou moins, sans diagnostic échographique de GM-IVH ; pour les études de traitement, nous avons inclus les prématurés (moins de 37 semaines de gestation), de tout âge postnatal, avec diagnostic échographique de GM-IVH.

Recueil et analyse des données: 

Pour chacun des essais inclus, deux auteurs de l'étude ont planifié indépendamment l'extraction des données (p. ex. nombre de participantes, poids à la naissance, âge gestationnel, type et source des CSM, autres interventions à base de cellules souches) et l'évaluation du risque de biais (p. ex. pertinence de la randomisation, insu, suivi complet). Les principaux résultats pris en compte dans cette revue sont la mortalité néonatale toutes causes confondues, les incapacités neurodéveloppementales majeures, l'GM-IVH et l'extension de l’GM-IVH non grave préexistant. Nous avions prévu d'utiliser l'approche GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

Notre stratégie de recherche a donné 769 références. Nous n'avons trouvé aucune étude complète à inclure. Un essai contrôlé randomisé est actuellement enregistré et en cours. Cinq essais de phase 1 sont décrits dans les études exclues.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Lina Ghosn et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.