Sécurité et efficacité des techniques d'aide à la toux chez les personnes atteintes de troubles neuromusculaires chroniques

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes concernant l'efficacité et la sécurité des techniques utilisées dans la toux assistée chez les personnes atteintes de troubles neuromusculaires chroniques (techniques d'augmentation de la toux).

Contexte

Les personnes atteintes de troubles neuromusculaires (affections liées aux nerfs qui affectent les muscles) pourraient avoir des difficultés à tousser et à évacuer le mucus des voies respiratoires, ce qui les expose à un risque d'étouffement, d'infections thoraciques récurrentes et de maladies pulmonaires permanentes. Les techniques d'augmentation de la toux, telles que la toux assistée manuellement, l’utilisation d’un sac (à l'aide d'un sac autogonflant couramment utilisé en réanimation), l'assistance mécanique à la toux (un dispositif qui élimine les sécrétions en appliquant une pression positive sur les voies respiratoires, puis en passant rapidement à une pression négative), la « respiration de la grenouille » (une méthode de respiration pour aider une personne à absorber un plus grand volume d'air) et l'emmagasinage d’air (la personne prend un certain nombre de respirations séquentielles, en les emmagasinant les unes après les autres sans les expirer) visent à améliorer l'efficacité de la toux, dans le but ultime de réduire le nombre ou la gravité (ou les deux) des infections thoraciques, et d'améliorer la capacité des personnes à effectuer des activités quotidiennes (capacité fonctionnelle) et la qualité de vie.

Méthodes

Nous avons effectué une vaste recherche dans les bases de données pour trouver des études sur les techniques d'augmentation de la toux chez les adultes et les enfants atteints de troubles neuromusculaires chroniques. Nous avons sélectionné les études qui ont assigné les personnes au(x) traitement(s) ou l'ordre de traitement par hasard, car ce type d'étude fournit les meilleures données probantes.

Résultats et qualité des données probantes

Nous avons trouvé 11 études portant sur 287 personnes et plusieurs techniques d'augmentation de la toux. Une étude a mesuré les effets à long terme du traitement, mais n'a été publiée que sous la forme d'un résumé, sans suffisamment d'informations pour analyser précisément les résultats de l'étude. De nombreuses études incluses présentaient des problèmes liés à la façon dont elles étaient réalisées, à la façon dont leurs résultats étaient rapportés, ou aux deux, ce qui a rendu difficile l'interprétation complète de leurs résultats. Aucune des études n'a rapporté les critères de jugement qui nous semblaient les plus importants pour prendre des décisions sur l'efficacité et la sécurité des techniques d'augmentation de la toux. Par exemple, les études n'ont pas rapporté le nombre ou la durée des admissions hospitalières non programmées pour des infections thoraciques, la survie, la capacité fonctionnelle o la qualité de vie. La sécurité des techniques d'augmentation de la toux n'a pas pu être déterminée. Certaines études ont suggéré que les techniques d'augmentation de la toux pourraient être meilleures qu'une toux non assistée, mais les résultats sont très incertains. Il n'y avait pas suffisamment de données probantes pour démontrer qu'une technique était meilleure qu'une autre pour améliorer l'effort de toux.

Conclusions et recommandations

Les résultats de cette revue n'ont pas fourni suffisamment d'informations pour prendre des décisions sur le moment et la manière d'utiliser les techniques d'augmentation de la toux chez les personnes atteintes de troubles neuromusculaires chroniques. Il existe actuellement des données probantes d’un niveau de confiance très faible en faveur ou contre la tolérance et l'efficacité des techniques d'augmentation de la toux chez les personnes atteintes de maladies neuromusculaires chroniques et d'autres études sont nécessaires.

Les données probantes sont à jour jusqu'au 13 avril 2020.

Conclusions des auteurs: 

Nous sommes très incertains quant à la tolérance et à l'efficacité des techniques d'augmentation de la toux chez les adultes et les enfants atteints de troubles neuromusculaires chroniques et des études supplémentaires sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes atteintes de troubles neuromusculaires pourraient avoir une toux faible et inefficace qui les prédispose aux complications respiratoires. Les techniques d'augmentation de la toux visent à améliorer l'efficacité de la toux et l'élimination du mucus, à réduire la fréquence et la durée des infections respiratoires nécessitant une hospitalisation, et à améliorer la qualité de vie.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et la tolérance des techniques d'augmentation de la toux chez les adultes et les enfants atteints de troubles neuromusculaires chroniques.

Stratégie de recherche documentaire: 

Le 13 avril 2020, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires, CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL et ClinicalTrials.gov pour trouver des essais contrôlés randomisés (ECR), des quasi-ECR et des essais croisés randomisés.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais de techniques d'augmentation de la toux comparées à l'absence de traitement, à des techniques alternatives ou à des combinaisons de celles-ci, chez des adultes et des enfants atteints de troubles neuromusculaires chroniques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité des essais, extrait les données et évalué le risque de biais. Les critères de jugement principaux étaient le nombre et la durée des hospitalisations non programmées pour exacerbations respiratoires aiguës. Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes à l'aide du système GRADE.

Résultats principaux: 

La revue a porté sur 11 études impliquant 287 adultes et enfants, âgés de trois à 73 ans. Les études croisées faisant insuffisamment état des résultats et le peu d'informations supplémentaires fournies par les auteurs ont sérieusement limité le nombre d'analyses qui ont pu être réalisées.

Les études ont comparé la toux assistée manuellement, l'insufflation mécanique, l’emmagasinage d’air manuel et mécanique, l'insufflation-exsufflation mécanique, la respiration glossopharyngée et les techniques combinées à la toux non assistée et aux interventions alternatives ou fictives. Aucune des études incluses n'a rapporté des données relatives aux critères de jugement principaux de cette revue (nombre et durée des admissions hospitalières non programmées) ou n'a mentionné les « événements indésirables » comme mesures des critères de jugement principaux ou secondaires.

Les données probantes suggèrent qu'un éventail de techniques d'augmentation de la toux pourrait augmenter le débit de pointe de la toux par rapport à la toux non assistée (199 participants, 8 ECR), mais les données probantes sont très incertaines. Il pourrait y avoir peu ou pas de différence dans les critères de jugement du débit de pointe de la toux entre les techniques alternatives d'augmentation de la toux (216 participants, 9 ECR).

Les données probantes étaient insuffisantes pour déterminer l'effet des interventions sur les mesures de l'échange gazeux, la fonction pulmonaire, la qualité de vie, le fonctionnement général ou la préférence et la satisfaction des participants.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Guillaume Feller et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.