Neuroprothèse motrice pour améliorer les activités et la participation des personnes dans leur environnement naturel après un accident vasculaire cérébral

Problématique de la revue

La neuroprothèse motrice (NM) est-elle efficace pour améliorer les activités et la participation des personnes dans leur environnement naturel après un accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Contexte

Les survivants d'un AVC sont généralement confrontés à une déficience à long terme, à une limitation des activités et à une participation réduite. La NM est constituée de dispositifs électroniques qui stimulent électriquement une structure du système nerveux pour aider à l'exécution des activités quotidiennes dans le milieu naturel où vivent les gens, comme une orthèse (un dispositif appliqué à un segment du corps pour optimiser la position, ou pour limiter ou aider le mouvement). Toutefois, le rôle de la NM dans l'amélioration des activités et de la participation après un AVC n'est pas clair.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé quatre études de NM portant sur un total de 831 participants, plus de trois mois après l'AVC, avec des âges moyens de 53 à 64 ans. Tous les participants ont été capables de marcher de moins de 0,5 m/s à plus de 0,7 ou même 0,9 m/s. Les études incluses ont été publiées entre 2007 et 2015 aux États-Unis et aux Pays-Bas. Toutes les études incluses ont appliqué la NM à un nerf de la jambe (nerf péronier) pour favoriser la contraction d'un muscle à l'avant de la jambe, empêchant ainsi le pied de « tomber » lorsque la jambe était basculée vers l'avant pendant que le participant marchait. La NM a été utilisée jusqu'à huit heures par jour, voire toute la journée, pour se déplacer dans l'environnement naturel où vivent les gens. Trois études ont utilisé un dispositif NM qui assure l'interface avec le système nerveux par le biais d'électrodes placées sur la peau, dans la projection du nerf péronier dans la jambe. Une seule étude a utilisé un dispositif implantable dont le stimulus électrique est libéré directement sur le nerf par des électrodes placées sous la couche qui entoure le nerf. Toutes les études ont comparé la NM à l'orthèse cheville-pied (OCP), qui est un dispositif d’assistance fonctionnelle habituellement fait d'un matériau rigide et placé à l'extérieur sur la partie inférieure de la jambe pour tenir le pied et la cheville afin d'empêcher le pied de tomber.

Principaux résultats

Il existe peu de données sur le fait que les personnes qui, après un AVC, reçoivent une NM comme orthèse pour marcher à la maison ou dans un cadre communautaire peuvent ne pas améliorer les activités impliquant les membres, comme la vitesse de marche entre 6 et 12 mois d'utilisation de l'appareil (données de faible certitude), le Timed Up and Go (données de certitude modérée) et le Emory Functional Ambulation Profile modifié (données de faible certitude) ; ainsi que l'échelle de participation sur la qualité de vie liée à la santé (données de très faible certitude), la capacité d'exercice (données probantes de faible certitude) et l'équilibre (données de certitude modérée), par rapports aux personnes ayant subi un AVC qui reçoivent une OCP. Il y avait des données d'un effet selon lequel l'intervention témoin (OCP) permettait d'atteindre une vitesse de marche plus élevée après six mois d'utilisation du dispositif (données de faible certitude), mais ces données montraient que les améliorations étaient trop faibles pour indiquer un changement significatif pour les patients, et lorsque nous avons exclu l'étude dans laquelle les personnes qui ont évalué les résultats connaissaient les détails de l'intervention, cet effet n'a plus été trouvé. Il n'y avait pas de différence d'effets sur la vitesse de marche entre les NM de surface et les NM avec électrodes implantables. Aucune étude n'a rapporté de résultats liés à l'indépendance dans les activités de la vie quotidienne.

La majorité des études ont fait état d'événements indésirables tels que les chutes et les événements indésirables graves liés à l'utilisation du dispositif, qui se sont révélés similaires pour l'utilisation de la NM et de l’OCP (données de certitude modérée et faible, respectivement). Une étude a considéré les événements indésirables graves liés à l'utilisation du dispositif comme les chutes graves. Plus de personnes ayant reçu une NM se sont retirées des études par rapport à celles qui ont reçu une OCP (données de faible certitude). Les résultats de cette revue indiquent que l'on sait peu de choses sur les effets de la NM et que des renseignements supplémentaires sont nécessaires.

Nous ne savons pas si les personnes moins de trois mois après l'AVC pourraient bénéficier de l'utilisation de la NM comme dispositif d’assistance fonctionnel pour accomplir des activités de la vie quotidienne. L'impact de la NM appliquée au membre supérieur ou de la NM qui utilise les signaux du cerveau ou des muscles pour déclencher la stimulation est inconnu chez les personnes ayant subi un AVC. Nous n'avons pas trouvé de données probantes évaluant les coûts de prestation de la NM.

Certitude des données

La certitude des données allait de modérée à très faible.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes actuelles indiquent que la NM n'est pas plus bénéfique qu'un autre dispositif technologique d'assistance pour améliorer les activités impliquant les membres mesurées par, le Timed Up and Go, l'équilibre (données probantes de certitude modérée), les activités impliquant les membres mesurées par la vitesse de marche et le Emory Functional Ambulation Profile modifié, la capacité d'exercice (données probantes de faible certitude) et l'échelle de participation sur la QVLS (données probantes de très faible certitude). Les données probantes étaient insuffisantes pour estimer l'effet de la NM sur l'indépendance dans les AVQ. Par rapport à d'autres dispositifs d’assistance fonctionnelle, la NM ne semble pas augmenter le nombre de chutes (données probantes de certitude modérée) ou d'événements indésirables graves (données probantes de faible certitude), mais pourrait entraîner un nombre plus élevé d'abandons pendant la période d'intervention (données probantes de faible certitude).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La neuroprothèse motrice (NM) consiste en la stimulation électrique des structures neuronales par des dispositifs miniaturisés pour permettre l'exécution de tâches dans le milieu naturel où vivent les gens (cadre familial et communautaire), sous forme d'orthèse. Ainsi, l'utilisation quotidienne de ces dispositifs pourrait agir comme un facilitateur environnemental pour accroître les activités et la participation des personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC).

Objectifs: 

Évaluer les effets de la NM sur l'amélioration de l'autonomie dans les activités de la vie quotidienne (AVQ), les activités impliquant les membres, les échelles de participation sur la qualité de vie liée à la santé (QVLS), la capacité d'exercice, l'équilibre et les événements indésirables chez les personnes après un AVC.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l’AVC (recherche effectuée le 19 août 2019), dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (août 2019), dans MEDLINE (de 1946 jusqu’au 16 août 2019), dans Embase (de 1980 jusqu’au 19 août 2019) et dans cinq autres bases de données. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais, les bases de données et les sites Web afin d'identifier d'autres essais pertinents publiés, non publiés et en cours.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) et essais croisés contrôlés randomisés comparant la NM pour l'amélioration des activités et de la participation chez les personnes après un AVC, par rapport à d'autres appareils de technologie d'assistance ou la NM sans stimulus électrique (le stimulateur est éteint), ou l’absence de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l’étude ont, de manière indépendante, sélectionné les essais, extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses. Tout désaccord a été résolu par une discussion avec un troisième auteur de l'étude. Nous avons communiqué avec les responsables des essais pour obtenir des renseignements supplémentaires au besoin et nous avons effectué toutes les analyses à l'aide de Review Manager 5. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la certitude des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre ECR portant sur un total de 831 participants, plus de trois mois après l'AVC. Tous les ECR étaient des NM qui appliquaient des stimuli électriques au nerf péronier. Toutes les études comprenaient des protocoles de conditionnement pour adapter les participants à l'utilisation de la NM, après quoi les participants utilisaient la NM de huit heures par jour jusqu'à une utilisation pouvant durer toute la journée, pour déambuler dans les activités quotidiennes effectuées à la maison ou dans un cadre communautaire. Toutes les études ont comparé l'utilisation de la NM à celle d'un autre dispositif d’assistance fonctionnelle (orthèse cheville-pied [OCP]). Il y avait un risque élevé de biais pour au moins un domaine évalué dans trois des quatre études incluses.

Aucune étude n'a rapporté de résultats liés à l'indépendance dans les AVQ. Il y avait des données probantes de faible certitude suggérant que l'OCP était plus bénéfique que la NM pour les activités impliquant des membres comme la vitesse de marche jusqu'à six mois d'utilisation du dispositif (différence moyenne (DM) -0,05 m/s, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,10 à -0.00 ; P = 0,03 ; 605 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; données probantes de faible certitude) ; toutefois, cette différence n'était plus présente dans notre analyse de sensibilité (DM -0,07 m/s, IC à 95 % -0,16 à 0,02 ; P = 0,13 ; 110 participants ; 1 étude ; I2 = 0 %). Nous avons trouvé avec une certitude faible à modérée que la NM n'était pas plus bénéfique que l'OCP pour les activités impliquant les membres, comme la vitesse de marche entre 6 et 12 mois d'utilisation du dispositif (DM 0,00 m/s, IC à 95 % -0,05 à 0,05 ; P = 0,93 ; 713 participants ; 3 études ; I2 = 17 % ; données probantes de faible certitude), le Timed Up and Go (DM 0.51 s, IC à 95 % -4,41 à 5,43 ; P = 0,84 ; 692 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; données probantes de certitude modérée), et le Emory Functional Ambulation Profile modifié (DM 14,77 s, IC à 95 % -12,52 à 42,06 ; P = 0,29 ; 605 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; données probantes de faible certitude). Il n'y a pas eu de différence significative dans la vitesse de marche lorsque la NM a été administrée avec des électrodes de surface ou implantables (test pour les différences de sous-groupe P = 0,09 ; I2 = 65,1 %).

Pour nos critères de jugement secondaires, nous avons trouvé avec une certitude très faible à modérée que la NM n'était pas plus bénéfique qu'un autre dispositif d’assistance fonctionnelle pour les échelles de participation sur la QVLS (différence moyenne standardisée de 0,26, IC à 95 % -0,22 à 0,74 ; P = 0,28 ; 632 participants ; 3 études ; I2 = 77 % ; données probantes de très faible certitude), la capacité d'exercice (DM -9,03 m, IC à 95 % -26,87 à 8,81 ; P = 0,32 ; 692 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; données probantes de faible certitude) et l'équilibre (DM -0,34, IC à 95 % -1,96 à 1,28 ; P = 0,68 ; 692 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; données probantes de certitude modérée). Bien qu'il existe des données probantes de certitude faible à modérée suggérant que l'utilisation de la NM n'a pas augmenté le nombre d'événements indésirables graves liés à l'intervention (rapport de risque (RR) de 0,35, IC à 95 % 0,04 à 3,33 ; P = 0,36 ; 692 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; données probantes de faible certitude) ou le nombre de chutes (RR de 1,20, IC à 95 % 0,92 à 1.55 ; P = 0,08 ; 802 participants ; 3 études ; I2 = 33 % ; données probantes de certitude modérée), il y avait des données probantes de faible certitude que l'utilisation de la NM chez les personnes après un AVC pourrait augmenter le risque d’abandon des participants pendant l'intervention (RR 1,48, IC à 95 % 1,11 à 1,97 ; P = 0,007 ; 829 participants ; 4 études ; I2 = 0 %).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.