Certolizumab pegol pour le traitement de la maladie de Crohn active

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur les bienfaits et les méfaits de l'utilisation du certolizumab pegol chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn active.

Contexte

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique qui touche principalement le tractus gastro-intestinal, comme le petit et le gros intestin. Les symptômes courants de la maladie de Crohn sont la diarrhée chronique, les douleurs abdominales et la perte de poids. Lorsque les patients atteints de la maladie de Crohn présentent des symptômes, l'affection est considérée comme " active ". En 'rémission', les patients ne présentent pas de symptômes.

Le certolizumab pegol est un médicament biologique utilisé pour modifier la réponse immunitaire excessive qui cause une inflammation chronique dans la maladie de Crohn. Le certolizumab pegol est habituellement injecté sous la peau toutes les 2 à 4 semaines.

Caractéristiques des études

La recherche est à jour au 28 janvier 2019. Quatre études portant sur 1 485 patients ont comparé le certolizumab pegol au placebo (un médicament factice). Toutes les études comprenaient des patients atteints de la maladie de Crohn active. La plupart des patients étaient des adultes de plus de 18 ans, sauf six patients âgés de 16 ou 17 ans. Toutes les études ont été financées par le fabricant du médicament.

Résultats principaux

Dans une analyse combinée des quatre études, les patients atteints de la maladie de Crohn active qui ont reçu du certolizumab pegol à une dose variant de 100 mg à 400 mg toutes les 2 à 4 semaines ont répondu au traitement et obtenu une rémission à 8 semaines plus souvent que les patients sous placebo. Aucune différence remarquable dans le taux d'effets secondaires graves n'a été observée entre le certolizumab pegol et le placebo. Parmi les effets secondaires graves, mentionnons l'aggravation de la maladie de Crohn, les infections et la malignité (c.-à-d. le cancer).

Qualité des données probantes

Les données de certitude modérée suggèrent que le certolizumab pegol est bénéfique pour ce qui est d'obtenir une rémission chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn de modérée à sévère. En raison du faible nombre d'effets secondaires graves, la certitude des données probantes concernant les méfaits du certolizumab pégol était modérée.

Conclusions

Les données probantes de certitude modérée suggèrent que le certolizumab pegol est efficace pour induire une rémission clinique et une réponse clinique chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn active. Il n'est pas certain que le risque d'effets secondaires graves diffère entre le certolizumab pegol et le placebo. Des études futures sont nécessaires pour évaluer les bienfaits et les méfaits à long terme du certolizumab pegol chez les personnes atteintes de la maladie de Crohn.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes de certitude modérée suggèrent que le CZP est efficace pour l'induction de la rémission clinique et de la réponse clinique chez les participants atteints de MC active. Il n'est pas certain que le risque d'effets indésirables graves diffère entre le CZP et le placebo, car l'IC à 95 % inclut la possibilité d'une légère diminution ou d'un doublement des événements. Des études futures sont nécessaires pour évaluer l'efficacité et l'innocuité à long terme du CZP chez les patients atteints de la maladie de Crohn.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie de Crohn (MC) est une maladie inflammatoire chronique du tractus gastro-intestinal, et la modulation de la réponse immunitaire est la principale stratégie de traitement pour induire la rémission de la MC active. Le certolizumab pegol (CZP) est un inhibiteur du facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α) qui régule la réponse immunitaire altérée.

Objectifs: 

Les principaux objectifs étaient d'évaluer l'efficacité et l'innocuité du CZP pour l'induction de la rémission de la MC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans MEDLINE, Embase, CENTRAL, le registre spécialisé du groupe Cochrane IBD, les registres d'essais et d'autres sources depuis le début jusqu'au 28 janvier 2019. De plus, nous avons contacté l'entreprise pharmaceutique qui fabrique le CZP.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais comparatifs randomisés comparant le CZP à un placebo ou à l'absence de traitement chez des patients atteints de la maladie de Crohn active.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards de Cochrane. Les critère de jugement principaux sélectionnés pour l'analyse GRADE étaient la rémission clinique à la semaine 8 (indice d'activité de la maladie de Crohn [CDAI] ≤150), la réponse clinique à la semaine 8 (réduction du CDAI ≥ 100 ou rémission clinique) et les effets indésirables graves. La méthode des effets aléatoires de Mantel-Haenszel a été appliquée pour les analyses statistiques. Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé le ratio relatif (RR) et l'intervalle de confiance correspondant de 95 % (IC 95 %).

Résultats principaux: 

Quatre études portant sur 1 485 participants atteints de la maladie de Crohn modérée à grave répondaient aux critères d'inclusion et ont été utilisées dans les méta-analyses. Toutes les études comprenaient des patients atteints de la maladie de Crohn avec un CDAI allant de 220 à 450. La plupart des patients étaient des adultes de plus de 18 ans. Une étude a été identifiée comme présentant un risque élevé de biais en raison d'un placebo non identique, tandis que les autres études ont été jugées à faible risque de biais.

Le CZP (100 mg à 400 mg toutes les 2 à 4 semaines) s'est révélé supérieur au placebo pour l'obtention d'une rémission clinique à la semaine 8 (RR 1,36, IC à 95 % 1,11 à 1,66 ; données probantes de certitude modérée). Le nombre brut de participants ayant obtenu une rémission clinique à la semaine 8 était de 26,9 % (225/835) et 19,8 % (129/650) dans les groupes CZP et placebo, respectivement.

Le CZP s'est révélé supérieur au placebo pour l'obtention d'une réponse clinique à la semaine 8 (RR 1,29, IC à 95 % 1,09 à 1,53 ; données probantes de certitude modérée). En chiffres bruts, la réponse clinique à la semaine 8 a été atteinte chez 40,2 % (336/835) et 30,9 % (201/650) des participants des groupes CZP et placebo, respectivement.

En chiffres bruts, des effets indésirables graves ont été observés chez 8,7 % (73/835) et 6,2 % (40/650) des participants des groupes CZP et placebo, respectivement (RR 1,35, 95 % IC 0,93 à 1,97 ; données probantes de certitude modérée). Parmi les effets indésirables graves, mentionnons l'aggravation de la maladie de Crohn, les infections et les tumeurs malignes.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Lina Ghosn et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.