Thérapie à base de cellules souches pour le traitement de la thromboangéite oblitérante (maladie de Buerger)

Contexte

La thromboangéite oblitérante, également connue sous le nom de maladie de Buerger, est une affection caractérisée par une inflammation et une coagulation progressives récurrentes dans les petites et moyennes artères et veines des mains et des pieds. Sa cause est inconnue, mais elle est plus fréquente chez les hommes ayant des antécédents de tabagisme. Elle est responsable des ulcères et des douleurs extrêmes dans les membres des jeunes fumeurs. Dans de nombreux cas, principalement chez les patients présentant la forme la plus sévère, il n'y a aucune possibilité d'améliorer l'état par la chirurgie et, par conséquent, d'autres traitements sont utilisés. La thérapie à base de cellules souches est un traitement expérimental réalisé par l'implantation de cellules (de la moelle osseuse, du cordon ombilical, du sang périphérique, etc.) capables de devenir de nouveaux vaisseaux sanguins, améliorant la circulation locale et contribuant à la guérison des ulcères et au soulagement de la douleur de repos. Cette revue a évalué l'efficacité de la thérapie par cellules souches dans le traitement des patients atteints de thromboangéite oblitérante (maladie de Buerger).

Principaux résultats

Une seule étude contrôlée randomisée (18 participants atteints de thromboangéite oblitérante) comparant l'implantation de cellules souches provenant de la moelle osseuse avec un placebo et les soins habituels de pansement a été incluse dans cette étude (la recherche la plus récente date du 17 octobre 2017). Nous n'avons relevé aucune étude comparant la thérapie par cellules souches de différentes sources, la thérapie par cellules souches par rapport au traitement médicamenteux et la thérapie par cellules souches par rapport à la sympathectomie (section chirurgicale d'un nerf sympathique). Les résultats ont montré une diminution de la taille de l'ulcère et une amélioration de la distance de marche sans douleur dans le groupe recevant l'implantation de cellules souches comparé au groupe recevant le placebo et le pansement standard.

Les critères de jugement tels que le taux d'amputation, la douleur, la survie sans amputation et les effets indésirables n'ont pas été évalués.

Qualité des données probantes

Nous avons classé la qualité des données probantes comme étant très faible, parce qu'il n'y avait qu'une seule étude, un petit nombre de participants et un risque élevé de biais dans de nombreux domaines et d'information manquante concernant l'exposition au tabac.

Conclusions

Des données de très faible qualité suggèrent que l'utilisation de cellules souches dérivées de la moelle osseuse pourrait avoir un effet sur la guérison des ulcères et l'amélioration de la distance de marche sans douleur chez les patients atteints de la maladie de Buerger. Des essais de haute qualité évaluant l'efficacité de la thérapie par cellules souches pour le traitement des patients atteints de thromboangéite oblitérante (maladie de Buerger) sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Des données de très faible qualité suggèrent qu'il pourrait y avoir un effet de l'utilisation de cellules souches dérivées de la moelle osseuse dans la guérison des ulcères et une amélioration de la distance de marche sans douleur chez les patients atteints de la maladie de Buerger. Des essais de haute qualité évaluant l'efficacité de la thérapie par cellules souches pour le traitement des patients atteints de thromboangéite oblitérante (maladie de Buerger) sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thromboangéite oblitérante, aussi connue sous le nom de maladie de Buerger, est une pathologie inflammatoire segmentaire non athéroscléreuse qui affecte le plus souvent les petites et moyennes artères, veines et nerfs des membres supérieurs et inférieurs. L'étiologie est inconnue, mais elle concerne la susceptibilité héréditaire, l'exposition au tabac, les réponses immunitaires et la coagulation. Dans de nombreux cas, il n'y a aucune possibilité de revascularisation pour améliorer la condition. La thérapie à base de cellules souches est une option pour les patients présentant des complications graves, telles que des ulcères ischémiques ou des douleurs au repos.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la thérapie par cellules souches chez les personnes atteintes de thromboangéite oblitérante (maladie de Buerger).

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information vasculaire de Cochrane a fait des recherches dans le Registre spécialisé vasculaire de Cochrane, les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL et AMED ainsi que dans les registres des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé et ClinicalTrials.gov jusqu'au 17 octobre 2017. Les auteurs de l'étude ont fait des recherches dans la base de données OpenGrey de la littérature grise européenne, ont examiné des listes de références d'études pertinentes et ont communiqué avec les auteurs de l'étude.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-ECR pour la thérapie par cellules souches dans la thromboangéite oblitérante (maladie de Buerger).

Recueil et analyse des données: 

Les auteurs de la revue (DC, DM, FN) ont évalué indépendamment les études, extrait les données et effectué l'analyse des données.

Résultats principaux: 

Nous n'avons inclus qu'un seul ECR (18 participants atteints de thromboangéite oblitérante) comparant l'implantation de cellules souches provenant de la moelle osseuse avec un placebo et les soins standard de pansement dans cette étude. Nous n'avons relevé aucune étude comparant la thérapie par cellules souches (source de moelle osseuse) à la thérapie par cellules souches (source du cordon ombilical), la thérapie par cellules souches (toute source) au traitement pharmacologique et la thérapie par cellules souches (toute source) à la sympathectomie. La cicatrisation des ulcères a été évaluée sous la forme de la taille de l'ulcère. La surface moyenne de l'ulcère a diminué davantage dans le groupe d'implantation des cellules souches : de 5,04 cm2 (écart-type (ET) 0,70) à 1,48 cm2 (ET 0,56) comparé au groupe témoin : la surface moyenne des ulcères a diminué de 4,68 cm2 (ET 0,62) à 3,59 cm2 (ET 0,14) ; différence moyenne (DM) -2,11 cm2, IC à 95% -2,49 à -1,73 ; 1 étude 18 participants, données probantes de très faible qualité. La distance de marche sans douleur s'est améliorée dans le groupe d'implantation de cellules souches : de 38,33 mètres (écart-type 17,68) à 284,44 mètres (écart-type 212,12) en moyenne par rapport au groupe témoin : la distance de marche moyenne est passée de 35,66 (écart-type 19,79) à 78,22 mètres (écart-type 35,35) ; 206,22 mètres, IC à 95% 65,73 à 346,71 ; 1 étude ; 18 participants ; données probantes de très faible qualité.

Les critères de jugement tels que le taux d'amputation, la douleur, la survie sans amputation et les effets indésirables n'ont pas été évalués.

La qualité des données probantes a été jugée très faible : une seule étude, un petit nombre de participants, un risque élevé de biais dans de nombreux domaines et des renseignements manquants sur l'exposition au tabac.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Amytis Heim et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.