La réadaptation pour les personnes atteintes de sclérose en plaques

Problématique de la revue

Y a-t-il des améliorations au niveau des performances fonctionnelles, de l’invalidité et de la qualité de vie chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) qui participent à des programmes de réadaptation, par rapport à celles qui ne reçoivent ni traitement de réadaptation, ni placebo, ni d’autres types d'interventions ?

Contexte

La SEP est une maladie complexe qui exige une prise en charge complète et à long terme. Les programmes de réadaptation visent à améliorer les performances fonctionnelles, le bien-être et la qualité de vie des personnes atteintes de SEP. À l'heure actuelle, une grande variété de traitements de réadaptation est utilisée pour traiter la SEP. La littérature médicale publiée, et notamment les revues Cochrane, ayant pour objet ces interventions a pris de l’ampleur. Cette revue a évalué les revues Cochrane actuelles, en donnant un aperçu de l'efficacité des traitements de réadaptation utilisés pour traiter les personnes atteintes de SEP, dans le but de guider les cliniciens.

Caractéristiques des études

Nous avons cherché toutes les revues Cochrane d’essais cliniques sur la SEP publiées évaluant l'efficacité d’interventions de réadaptation par rapport à divers groupes témoins (aucune intervention, ou un type d'intervention différent). Nous avons évalué toutes les revues pertinentes et en avons résumé les résultats.

Résultats principaux et valeur probante des données

Nous avons inclus 15 revues Cochrane, comprenant 168 essais cliniques et totalisant 10 396 personnes atteintes de SEP. Ces revues, de bonne qualité, ont évalué diverses interventions de réadaptation, notamment des programmes d'activité physique et d'exercice, l'oxygénothérapie hyperbare, les vibrations transmises à l’ensemble du corps, l'ergothérapie, les interventions cognitives et psychologiques, les compléments alimentaires et les suppléments nutritionnels, la réadaptation professionnelle, la communication d’informations, la téléréadaptation et les interventions pour la prise en charge de la spasticité.

Les résultats ont révélé certains bénéfices chez les personnes atteintes de SEP ayant participé à des programmes d'exercice et d'activité physique ou à des programmes de réadaptation multidisciplinaires (dans le cadre desquels l'intervention est assurée par une équipe de professionnels de la santé issus de différentes professions). Elles ont constaté une amélioration des activités quotidiennes, des performances fonctionnelles et de la qualité de vie liée à la santé, par rapport à celles qui n’ont pas reçu de traitement de réadaptation. Les données probantes concernant d'autres modalités de réadaptation étaient limitées en raison du manque d'études de bonne qualité. D'autres recherches sont nécessaires pour déterminer si l’utilisation de plusieurs interventions de réadaptation sont efficaces pour réduire l'invalidité chez les personnes atteintes de SEP.

Conclusions des auteurs: 

Bien que la valeur probante des données varie selon les différents types d'interventions évaluées dans les revues, les données probantes suggèrent qu’une évaluation et un suivi réguliers, effectués par des spécialistes, permettrait à ces derniers de prescrire une intervention de réadaptation correspondant au mieux aux besoins des patients atteint de toute forme de SEP. Des programmes de réadaptation et de kinésithérapie structurés et pluridisciplinaires (exercices ou activités physiques) peuvent améliorer certaines fonctions comme la mobilité, la force musculaire et la capacité aérobie, ainsi que la qualité de vie. Dans l'ensemble, les données probantes concernant de nombreuses interventions de réadaptation doivent être interprétées avec prudence car les données analysées dans la majorité des revues incluses n’étaient pas issues d’études récentes. Il est nécessaire d’effectuer d'autres études correctement conçues et analysant les types de modalités de réadaptation, leur intensité et leur rapport coût-efficacité, afin de combler les lacunes actuelles en matière de connaissances sur ce sujet.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La sclérose en plaques (SEP) est une des principales causes de trouble neurologique chronique, associée à un handicap à long terme représentant un fardeau considérable, et qui nécessite souvent une réadaptation complète.

Objectifs: 

Effectuer une évaluation systématique des données probantes issues des revues Cochrane d’essais cliniques publiées, afin de résumer les données concernant l'efficacité et la sécurité des interventions de réadaptation chez les personnes atteintes de SEP, d'améliorer les résultats des patients et d’attirer l’attention sur les lacunes actuelles au niveau des connaissances.

Méthodes: 

Nous avons effectué des recherches dans la base de données Cochrane des revues systématiques jusqu'au mois de décembre 2017 afin d'identifier les revues Cochrane ayant évalué l'efficacité d’interventions de réadaptation structurées pour les patients atteints de SEP. Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante la qualité des revues incluses ainsi que la valeur probante des données relatives aux critères de jugement rapportés, en utilisant respectivement l'outil R-AMSTAR (Revised Assessment of Multiple Systematic Reviews) et la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

En tout, nous avons inclus 15 revues publiées dans la Bibliothèque Cochrane, comprenant 164 essais contrôlés randomisés (ECR) et 4 essais cliniques contrôlés, pour un total de 10 396 participants. Les revues incluses ont évalué une variété d'interventions de réadaptation, notamment : des programmes d'activité physique et d'exercice, l'oxygénothérapie hyperbare (OHB), les vibrations transmises à l’ensemble du corps, l'ergothérapie, les interventions cognitives et psychologiques, les compléments alimentaires et les suppléments nutritionnels, la réadaptation professionnelle, la communication d'informations, la téléréadaptation et les interventions pour la prise en charge de la spasticité. Sur la base des critères R-AMSTAR, nous avons jugé que la qualité méthodologique de toutes les revues était modérée ou élevée.

Des données de valeur probante modérée ont suggéré que les modalités thérapeutiques physiques (exercices et activités physiques) amélioraient les résultats de certaines fonctionnalités (mobilité et force musculaire), réduisaient l’invalidité (fatigue) et amélioraient la participation (qualité de vie). Des données de valeur probante modérée ont suggéré que des programmes de réadaptation pluridisciplinaires chez les patients hospitalisés ou traités de façon ambulatoire ont permis d'obtenir des bénéfices à long terme au niveau de l'activité et de la participation et que les patients ayant reçu des informations ont pu améliorer leurs connaissances. Des données de faible valeur probante ont suggéré que les traitements neuropsychologiques, les programmes pour la prise en charge des symptômes (spasticité), les vibrations transmises à l’ensemble du corps et la téléréadaptation ont amélioré certains résultats relatifs aux patients. Les données concernant d'autres modalités de réadaptation étaient peu probantes en raison du manque d'études consistantes.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Elisa CALLEGARI et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.