Services de suivi pour améliorer les séquelles à long terme d'un séjour à l'unité de soins intensifs

Quel est le but de cette revue ?

Un plus grand nombre de personnes survivent à l'unité de soins intensifs (USI), mais sont sujettes à souffrir des conséquences physiques et psychologiques qui peuvent affecter leur qualité de vie. Les services de suivi sont une évolution relativement récente dans le domaine des soins de santé. Ces services, qui comprennent des consultations avec des professionnels de la santé, visent à identifier et à traiter ces séquelles plus efficacement que les soins standard (qui n'utilisent pas de services de suivi). L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer si les services de suivi pour les personnes après leur séjour à l'USI sont efficaces. Nous avons recueilli et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question et avons trouvé cinq études.

Messages clés

Dans l'ensemble, nous avons trouvé peu d'études, chacune utilisant une conception différente d'un service de suivi, de sorte que notre confiance dans l'efficacité des services de suivi des soins intensifs était limitée. Nous n'avons pas trouvé des données probantes que le recours à un service de suivi après un séjour aux soins intensifs améliore la qualité de vie, l'anxiété et la dépression, le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) ou la fonction physique et mentale d'une personne liée à sa santé. Nous n'avons pas trouvé des données probantes que le recours à un service de suivi réduit le nombre de décès ou le nombre de personnes qui retournent au travail 12 mois après leur sortie de l'USI.

Au cours de notre recherche documentaire, nous avons trouvé cinq études en cours. Ces éléments ne sont pas inclus dans la présente revue, mais leur inclusion dans les futures mises à jour pourrait accroître la certitude des données probantes et notre confiance à l'égard de l'efficacité des services de suivi des soins intensifs.

Ce qui a été étudié dans la revue

Nous avons étudié certaines des conséquences physiques et psychologiques que les gens peuvent subir après leur séjour aux soins intensifs et qui peuvent affecter leur qualité de vie, par exemple, l'anxiété et la dépression, ou SSPT. Nous avons évalué si l'utilisation d'un service de suivi permettait d'améliorer ces conséquences.

Quels sont les principaux résultats de l'examen ?

Nous avons trouvé quatre études randomisées avec 1 297 participants et une étude non randomisée avec 410 participants. Ces études ont été menées au Danemark, en Allemagne, en Suède, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les participants présentaient diverses affections à l'unité de soins intensifs, dont la gravité variait d'une unité à l'autre. Une étude ne comprenait que des participants atteints de septicémie.

Nous avons inclus des études qui comparaient un service de suivi fourni après un séjour aux soins intensifs à un service de soins standard (qui n'offrait pas de service de suivi). Les services de suivi ont été dirigés par des infirmières dans quatre études et par une équipe multidisciplinaire (infirmières, médecins et physiothérapeutes) dans la cinquième étude. Les consultations ont été données en personne à la maison ou dans une clinique, ou au téléphone, ou les deux. Les participants ont eu plus d'une consultation dans le cadre du service, et dans deux études, les participants ont eu jusqu'à huit consultations. Bien que la conception des consultations de suivi différait d'une étude à l'autre, nous avons constaté que chaque service comportait une évaluation des besoins des participants et, au besoin, une orientation vers des spécialistes.

Nous avons constaté que les services de suivi peuvent avoir peu ou pas d'effet sur la qualité de vie liée à la santé des personnes 12 mois après leur séjour à l'USI (1 étude ; 286 participants ; données probantes de faible certitude) et probablement peu ou pas d'effet sur le nombre de décès après 12 mois (5 études ; 1 707 participants ; données probantes de certitude moyennes). Les services de suivi peuvent n'avoir que peu ou pas d'effet sur le SSPT (3 études ; 703 participants ; données probantes peu fiables).

Nous ne savons pas si le recours à un service de suivi réduit la dépression et l'anxiété (3 études ; 843 participants), la fonction physique (4 études ; 1 297 participants), la fonction cognitive (4 études ; 1 297 participants) ou augmente la capacité de retourner au travail ou aux études (1 étude ; 386 participants) ; nous avons évalué ces données probantes comme étant très peu sûre. Aucune étude n'a mesuré les effets indésirables.

Nous avions espéré examiner les différences entre les types de services de suivi en soins intensifs et entre les personnes qui ont ou non souffert de délire, afin de savoir si certains styles de services sont meilleurs ou si ces services sont plus utiles pour les personnes atteintes de maladies différentes. Cependant, nous n'avons pas trouvé suffisamment d'études pour pouvoir examiner ces différences.

Quelle est l'actualité de cette revue ?

Nous avons cherché des études qui avaient été publiées jusqu'en novembre 2017.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons pas trouvé suffisamment de données probantes, provenant d'un nombre limité d'études, pour déterminer si les services de suivi en soins intensifs sont efficaces pour cerner les besoins de santé non satisfaits des survivants des soins intensifs et y répondre. Nous avons relevé cinq études en cours qui ne sont pas incluses dans la présente revue; ces études en cours pourraient accroître notre certitude quant à leur incidence dans les mises à jour futures. En raison d’un nombre de données limitées, nous n'avons pas été en mesure de déterminer si une conception de service de suivi est préférable à une autre, ou si un service est plus efficace pour certaines personnes que pour d'autres, et nous prévoyons que la conception des études futures pourrait également varier. Nous proposons que les études futures soient conçues avec des méthodes robustes (par exemple, les études randomisées sont préférables) et ne prennent en compte qu'une seule variable (le service de suivi) par rapport aux soins standard, ce qui augmenterait la confiance que l'effet est dû au service de suivi plutôt qu'aux traitements concomitants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le séjour à l'unité de soins intensifs (USI) a été lié à un certain nombre de séquelles physiques et psychologiques, connues collectivement sous le nom de syndrome des soins post-intensifs (SSPI). Les services de suivi spécifiques aux unités de soins intensifs sont des développements relativement récents dans les systèmes de santé et peuvent avoir le potentiel d'aborder le SSPI en ciblant les besoins de santé non satisfaits découlant de l'expérience du séjour de l'unité de soins intensifs. Il n'existe actuellement aucun modèle unique accepté de service de suivi et les programmes actuels de postcure englobent une variété d'interventions et de matériels. Il n'est pas certain que les services de suivi répondent efficacement aux besoins du SSPI, et la présente revue en fait une évaluation.

Objectifs: 

Notre principal objectif était d'évaluer l'efficacité des services de suivi pour les survivants en soins intensifs qui visent à identifier et à répondre aux besoins non satisfaits en matière de santé pendant la période de soins intensifs. Nous voulions évaluer l'efficacité par rapport à la qualité de vie liée à la santé (QVLS), la mortalité, la dépression et l'anxiété, le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), la fonction physique, la fonction cognitive, la capacité de retourner au travail ou aux études et les effets indésirables.

Nos objectifs secondaires étaient d'examiner différents modèles de services de suivi. Nous voulions explorer : l'efficacité de l'organisation des services (dirigés par un médecin ou une infirmière, en face à face ou à distance, le moment du suivi) ; les différences liées au pays (pays à revenu élevé ou pays à revenu faible ou moyen) ; l'effet du délire, qui peut affecter la fonction cognitive et l'effet des services de suivi peuvent varier pour ces participants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase et CINAHL le 7 novembre 2017. Nous avons fait des recherches dans les registres d'essais cliniques pour les études en cours et nous avons effectué des recherches par citations en amont et en aval des articles pertinents.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études randomisées et non randomisées avec des participants adultes, qui avaient reçu leur congé de l'hôpital à la suite d'un séjour à l'USI. Nous avons inclus des études qui comparaient un service de suivi en soins intensifs utilisant un programme structuré et coordonné par un professionnel de la santé à l'absence de service de suivi ou de soins standard.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante les études en vue de leur inclusion, ont extrait les données, ont évalué le risque de biais et ont fait la synthèse des résultats. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la certitude des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq études (quatre études randomisées ; une étude non randomisée), pour un total de 1 707 participants qui ont survécu aux soins intensifs et dont la gravité et l'état de santé varient. Les services de suivi ont été dirigés par des infirmières dans quatre études ou par une équipe multidisciplinaire dans une étude. Elles comprenaient des consultations en personne à domicile ou en clinique, des consultations téléphoniques ou les deux. Chaque étude comprenait au moins une consultation (hebdomadaire, mensuelle ou semestrielle), et deux études comportaient jusqu'à huit consultations. Bien que la conception des consultations de suivi différait d'une étude à l'autre, nous avons constaté que chaque service comportait une évaluation des besoins des participants et, au besoin, une orientation vers des spécialistes.

Il n'était pas possible d'aveugler les professionnels de la santé ou les participants à l'intervention et nous ne savions pas si cela avait pu introduire un biais de performance. Nous avons constaté des différences de base (deux études) et les services comprenaient des ressources supplémentaires (deux études), ce qui a pu influencer les résultats, et une étude non randomisée présentait un risque élevé de biais de sélection.

Nous n'avons pas combiné les données d'études randomisées avec celles d'une étude non randomisée. Les services de suivi visant à améliorer les résultats à long terme chez les survivants en soins intensifs peuvent n'avoir que peu ou pas d'incidence sur le QVLS à 12 mois (différence moyenne normalisée (DMS) -0,0, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,1 à 0,1 ; 1 étude ; 286 participants ; données probantes de faible certitude). Nous avons trouvé des données probantes de certitude modérée dans cinq études selon lesquelles elles n'ont probablement que peu ou pas d'effet sur la mortalité toutes causes confondues jusqu'à 12 mois après le congé de l'USI (RR 0,96, IC à 95 % : 0,76 à 1,22 ; 4 études ; 1289 participants ; et dans une étude non randomisée 79/259 décès dans le groupe intervention et 46/151 dans le groupe témoin) et des données probantes de faible certitude dans quatre études selon lesquelles elles peuvent faire peu ou pas de différence avec le SSPT (DSSP -0,05, IC à 95 % : 0,19 à 0,10, 703 participants, 3 études; et une étude non randomisée a fait état d'une probabilité moindre de SSPT lorsqu'un service de suivi a été utilisé).

On ne sait pas si le recours à un service de suivi réduit la dépression et l'anxiété (3 études ; 843 participants), la fonction physique (4 études ; 1297 participants), la fonction cognitive (4 études ; 1297 participants) ou augmente la capacité de retourner au travail ou aux études (1 étude ; 386 participants), car les données probantes de tres faible certitude. Aucune étude n'a mesuré les effets indésirables.

Nous n'avons pu évaluer nos objectifs secondaires parce que nous n'avons pas trouvé suffisamment d'études pour justifier l'analyse par sous-groupe.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Aïda Bafeta et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.