Comment les différents antibiotiques se comparent-ils en termes d'innocuité et d'efficacité chez les personnes atteintes de bronchiectasie ?


Contexte général
La bronchiectasie se définit comme une dilatation anormale des voies respiratoires dans les poumons. Elle est généralement causée par des infections pulmonaires bactériennes répétées, qui endommagent les voies respiratoires. Les antibiotiques sont la principale option pour traiter ces infections et sont utilisés pour prévenir les infections répétées sur le long terme. Cependant, l'utilisation d'antibiotiques doit être mise en balance avec les effets secondaires potentiels et les préoccupations concernant le développement d'une résistance bactérienne au traitement par antibiotiques qui réduit leur efficacité. Seul un petit nombre d'études se sont focalisées sur les antibiotiques chez les personnes atteintes de bronchectasie. Il est urgent de mieux comprendre comment les différents antibiotiques se comparent les uns aux autres.

Caractéristiques de l'étude
En avril 2018, nous avons cherché des études portant sur des adultes ou des enfants atteints de bronchectasie ayant réparti au hasard des participants pour qu'ils reçoivent un antibiotique ou un autre par le même mode d'administration. Nous n'avons trouvé que quatre études, et elles étaient très petites. Au total, elles comprenaient 138 participants. Ce petit échantillon fait qu'il est très difficile d’en tirer des conclusions claires.

Principaux résultats
Quatre essais randomisés pouvaient être pris en compte dans cette revue systématique. Aucune des études incluses n'a fourni d'information sur les poussées (exacerbations). Les études incluses n'ont signalé aucun décès ni aucun effet indésirable grave. Il y a eu moins d’échecs thérapeutiques avec les antibiotiques fluoroquinolones qu'avec les antibiotiques amoxicilline.

Qualité des données probantes
Les auteurs de la revue ont jugé que la qualité des données probantes fournies par les quatre petites études incluses était faible ou très faible.

Message clé

Les antibiotiques fluoroquinolones peuvent être plus efficaces que les antibiotiques amoxicilliniques dans le traitement des exacerbations, mais ce résultat est basé sur des preuves de faible qualité. Davantage de données probantes provenant d'essais cliniques de haute qualité sur le traitement à court et à long terme par antibiotiques sont nécessaires si l'on veut parvenir à des conclusions claires sur les avantages d'un antibiotique par rapport à un autre pour les personnes atteintes de bronchiectasie.

Conclusions des auteurs: 

Des données limitées et de faible qualité privilégient les fluoroquinolones orales à court terme par rapport aux antibiotiques bêta-lactamines chez les patients hospitalisés avec des exacerbations. Des données de très faible qualité suggèrent que les aminoglycosides verus polymyxines inhalés ne présentent aucun avantage. Les ECR n'ont présenté aucune preuve comparant d'autres modes de traitements pour chacune de ces comparaisons, et aucun ECR n'a inclus des enfants. Dans l'ensemble, les données probantes actuelles provenant d'un nombre limité d'essais cliniques comparatifs chez des adultes ou des enfants atteints de bronchectasie sont insuffisantes pour guider le choix des antibiotiques pour un traitement à court ou à long terme. D'autres recherches sur ce sujet sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le diagnostic de bronchectasie se définit par une dilatation anormale des voies respiratoires liée à un mécanisme pathologique de destruction progressive des voies respiratoires, qui est dû à un " cercle vicieux " d'infections bactériennes récurrentes, de libération de médiateurs inflammatoires, de lésions des voies respiratoires et d'infections ultérieures. Les antibiotiques sont la principale option thérapeutique pour réduire la charge bactérienne chez les personnes souffrant d'exacerbations de la bronchiectasie et pour l'éradication à long terme, mais leur utilisation est tempérée par les effets indésirables potentiels et les préoccupations concernant la résistance aux antibiotiques. L'efficacité relative, le rapport coût-efficacité et l'innocuité des différents antibiotiques ont été relevés comme des enjeux importants, mais peu de données probantes sont actuellement disponibles pour aider à résoudre l'incertitude sur ces questions.

Objectifs: 

Évaluer les effets comparatifs de différents antibiotiques dans le traitement des adultes et des enfants atteints de bronchectasie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié les essais contrôlés randomisés (ECR) en effectuant des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane Airways et dans les registres d'essais en ligne du 30 avril 2018. Nous les avons complétés par des recherches dans les listes de références d'études publiées.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les ECR rapportés sous forme d'articles disponibles en texte intégral, ceux publiés sous forme de résumés et les données non publiées. Nous avons inclus des adultes et des enfants (de moins de 18 ans) ayant un diagnostic de bronchiectasie par bronchographie ou tomodensitométrie à haute résolution qui ont signalé des signes et symptômes quotidiens, tels que toux, expectoration ou hémoptysie, et ceux ayant des épisodes récurrents d'infection pulmonaire ; nous avons inclus des études qui ont comparé un antibiotique avec un autre lorsqu’ils étaient administrés avec la même méthode.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante la sélection des essais, l'extraction des données et le risque de biais. Nous avons évalué la qualité globale des éléments probants à l'aide des critères GRADE. Nous nous sommes efforcés de recueillir les données manquantes auprès des auteurs des essais. Nous avons présenté les résultats avec leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % sous forme de différences moyennes (DM) ou de rapports de cotes (RC).

Résultats principaux: 

Quatre essais randomisés pouvaient être pris en compte dans cette revue - deux études auprès de 83 adultes comparant les fluoroquinolones avec β-lactames et deux études auprès de 55 adultes comparant les aminoglycosides avec les polymyxines.

Aucune des études incluses n'a fourni d'information sur les exacerbations - l'un de nos principaux critères de jugements. Les études incluses n'ont fait état d'aucun événement indésirable grave - un autre de nos principaux critères de jugements - et d'aucun décès. Nous avons classé ces preuves comme étant de qualité faible ou très faible. Les études incluses n'ont pas rapporté de données sur la qualité de vie. La comparaison entre les fluoroquinolones et β-lactamases (amoxicilline) a révélé moins d'échecs thérapeutiques dans le groupe des fluoroquinolones que dans le groupe des amoxicillines (RC 0,07, IC à 95 % : 0,01 à 0,32 ; faible qualité des données) après 7 à 10 jours de traitement. Les chercheurs ont signalé que l'infection à Pseudomonas aeruginosa avait été éradiquée chez un plus grand nombre de participants traités par des fluoroquinolones (Peto RC 20,09, IC à 95 %, 2,83 à 142,59 ; preuves de faible qualité) mais n'ont fourni aucune preuve de différences dans le nombre de participants montrant une amélioration de la purulence des expectorations (RC 2,35 ; IC à 95 %, 0,96 à 5,72 ; preuves de très faible qualité). Les auteurs de l'étude n'ont présenté aucune preuve d'avantage concernant le volume expiratoire maximum en une seconde (VEMS₁). Les deux études qui comparaient les polymyxines et les aminoglycosides n'ont décrit aucune différence nette entre les groupes quant à la proportion de participants ayant éradiqué P aeruginosa (RC 1,40 ; IC à 95 % : 0,36-5,35 ; preuves de très faible qualité) ou à l'amélioration de la purulence expectorale (RC 0,16 ; IC à 95 % : 0,01-3,85 ; données de très faible qualité). Les données probantes concernant les changements de volume expiratoire maximum en une seconde (VEMS₁) n'étaient pas concluantes. Deux des trois essais cliniques ont signalé des effets indésirables, mais n'ont pas indiqué la proportion de participants ayant présenté un ou plusieurs effets indésirables, donc nous n'avons pas été en mesure d'interpréter l'information.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Amytis Heim pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.