Modification de la disponibilité ou la proximité d’aliments, de l'alcool et des produits du tabac pour modifier leur choix et leur consommation

Les habitudes malsaines de consommation d'aliments, d'alcool et de produits du tabac sont d'importantes causes de mauvaise santé. Changer la disponibilité (la gamme ou le nombre d'options, ou les deux) de ces produits ou leur proximité (la distance à laquelle ils sont positionnés) par rapport aux consommateurs potentiels pourrait aider les gens à faire des choix plus sains.

Objectif de la revue

Cette revue visait à déterminer si la modification de la disponibilité ou de la proximité d’ aliments (y compris les boissons non alcoolisées), de l'alcool et des produits du tabac modifiait le choix (comme les achats) ou la consommation de ces produits par les gens. Pour répondre à cette question, nous avons cherché toutes les données probantes disponibles dans des essais contrôlés randomisés (un type d'étude dans laquelle les participants sont assignés à l'un de deux groupes de traitement ou plus selon une méthode aléatoire) et avons trouvé 24 études, toutes menées dans des pays à revenu élevé.

Principaux résultats de la revue

Six études comportaient des interventions sur la disponibilité, dont quatre modifiaient la proportion relative d'options moins saines par rapport à des options plus saines, et deux modifiaient le nombre absolu d'options différentes disponibles. Les analyses statistiques combinant les résultats de plusieurs études ont révélé que la réduction du nombre d'options disponibles pour une gamme ou une catégorie particulière d'aliments a réduit le choix de ces produits alimentaires (au lieu d'analyser 154 participants) et peut-être réduit la consommation de ces produits (contre 150 participants). Toutefois, la certitude des données probantes de ces effets était faible.

Dix-huit études ont porté sur des interventions de proximité. La plupart (14/18) ont modifié la distance à laquelle une collation ou une boisson était placée par rapport aux participants, tandis que quatre études ont modifié l'ordre des composantes de repas rencontrées sur une ligne. Une étude a révélé que cette réduction de la sélection des aliments (à partir de l'analyse de 41 participants), alors que dans une analyse statistique combinant les résultats de plusieurs études, il a été constaté que le fait de placer les aliments plus loin a réduit la consommation de ces produits alimentaires (à partir de l'analyse de 1098 participants). Toutefois, la certitude des données probantes de ces effets était très faible et faible, respectivement.

Messages principaux

Conscients de ses limites, les données probantes actuelles donnent à penser que le fait de modifier le nombre d'options alimentaires disponibles ou l'emplacement des aliments pourrait contribuer à des changements de comportement significatifs, justifiant des mesures stratégiques visant à promouvoir de tels changements dans les milieux alimentaires. Cependant, des études de plus grande qualité dans le monde réel sont nécessaires pour rendre cette conclusion plus certaine.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes sont à jour au 23 juillet 2018.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes actuelles suggèrent que le fait de changer le nombre d'options alimentaires disponibles ou de modifier le positionnement des aliments pourrait contribuer à des changements de comportement significatifs, justifiant des actions stratégiques pour promouvoir de tels changements dans les environnements alimentaires. Toutefois, la certitude de ces données probantes, telle qu'évaluée par GRADE, est faible ou très faible. Pour pouvoir tirer des conclusions plus sûres et généralisables sur ces effets potentiellement importants, il est nécessaire de poursuivre les recherches dans le monde réel, en intervenant sur un plus large éventail d'aliments - ainsi que sur l'alcool et les produits du tabac - et pendant des périodes prolongées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La surconsommation d'aliments, d'alcool et de produits du tabac augmente le risque de maladies non transmissibles. Les interventions visant à modifier les caractéristiques des micro-environnements physiques où les gens peuvent choisir ou consommer ces produits - y compris les magasins, les restaurants, les lieux de travail et les écoles - présentent un intérêt considérable pour les politiques de santé publique et la recherche. La présente revue porte sur deux types d'intervention dans de tels environnements : la modification de la disponibilité (la gamme et/ou la quantité d'options) de ces produits, ou leur proximité (la distance à laquelle ils sont positionnés) par rapport aux consommateurs potentiels.

Objectifs: 

1. Évaluer l'impact sur le choix et la consommation de la modification de la disponibilité ou de la proximité a) des aliments (y compris les boissons non alcoolisées), b) de l'alcool et c) des produits du tabac.

2. Évaluer dans quelle mesure l'impact de ces interventions est modifié par les caractéristiques : i. des études, ii. des interventions et iii. des participants.

Stratégie de recherche documentaire: 

Jusqu'au 23 juillet 2018, nous avons effectué des recherches dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO et sept autres bases de données de littérature grise ou publiée, ainsi que dans les registres d'essais et les sites Web clés, avant d’effectuer des recherches de citation.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés avec des plans entre participants (groupe parallèle) ou à l'intérieur des participants (plan croisé). Les études admissibles ont comparé les effets de l'exposition à au moins deux niveaux différents de disponibilité d'un produit ou de sa proximité, et ont inclus une mesure de la sélection ou de la consommation du produit manipulé.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé un nouveau processus de dépistage semi-automatisé et appliqué des méthodes Cochrane standard pour sélectionner les études admissibles, recueillir les données et évaluer le risque de biais. Dans des analyses distinctes pour les interventions de disponibilité et les interventions de proximité, nous avons combiné les résultats à l'aide de méta-analyses à effets aléatoires et de modèles de méta-régression pour estimer l'ampleur sommaire des effets (comme différences moyennes normalisées) et pour étudier les associations entre l'ampleur sommaire des effets et certaines études, interventions ou caractéristiques des participants. Nous avons évalué la certitude des données probantes pour chaque critère de jugement à l'aide de l'échelle GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 24 études, dont la majorité (20/24) ont exprimé des préoccupations au sujet du risque de biais. Toutes les études incluses portaient sur les produits alimentaires ; aucune ne portait sur l'alcool ou le tabac. La majorité ont été réalisées en laboratoire (14/24), avec des participants adultes (17/24), et ont été utilisées entre les participants (19/24). Toutes les études ont été menées dans des pays à revenu élevé, principalement aux États-Unis (14/24).

Six études ont porté sur les interventions en matière de disponibilité, dont deux ont modifié le nombre absolu d'options différentes disponibles et quatre ont modifié la proportion relative d'options moins saines (à plus saines). La plupart des études (4/6) ont manipulé des nourritures de grignotage ou des boissons. En ce qui concerne les critères de jugement de la sélection, la méta-analyse de trois comparaisons tirées de trois études (n = 154) a révélé que l'exposition à moins d'options a entraîné une réduction importante dans le choix des aliments ciblés : SMD -1,13 (intervalle de confiance à 95 % (IC) -1,90 à -0,37) (données probantes de faible certitude). En ce qui concerne les critères de jugement de consommation, la méta-analyse de trois comparaisons de deux études (n = 150) a révélé que l'exposition à moins d'options a entraîné une réduction modérée de la consommation de ces aliments, mais avec une incertitude considérable : SMD -0,55 (IC à 95 % : -1,27 à 0,18) (données probantes de faible certitude).

Dix-huit études ont porté sur les interventions de proximité. La plupart (14/18) ont modifié la distance à laquelle une collation ou une boisson était placée par rapport aux participants, tandis que quatre études ont modifié l'ordre des composantes de repas rencontrées sur une ligne. Pour les critères de jugement de la sélection, une seule étude avec une comparaison (n = 41) a été identifiée, qui a révélé que les aliments placés plus loin avaient entraîné une réduction modérée de leur sélection : SMD -0,65 (IC à 95 % : -1,29 à -0,01) (données probantes de très faible certitude). En ce qui concerne les critères de jugement de consommation, la méta-analyse de 15 comparaisons de 12 études (n = 1098) a révélé que l'exposition à des aliments placés plus loin avait entraîné une réduction modérée de leur consommation : SMD -0,60 (IC à 95 % : -0,84 à -0,36) (données probantes de faible certitude). Les analyses de méta-régression ont indiqué que cet effet était d'autant plus grand que le produit était éloigné, quand seul le ou les produits ciblés étaient disponibles, que le statut de privation des participants était faible et que l'étude présentait un risque élevé de biais.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.