Identification des nerfs à l'aide d'une électrode par rapport à l'identification visuelle des nerfs chez les adultes subissant une chirurgie de la thyroïde

Problématique de la revue

Évaluer les effets de la surveillance neurologique peropératoire par rapport à l'identification visuelle des nerfs pour la prévention des lésions du nerf laryngé récurrent lors d’une chirurgie de la thyroïde chez les adultes.

Contexte

La thyroïdectomie est une opération qui consiste à enlever une partie ou la totalité de la glande thyroïde pour guérir des troubles bénins (par exemple le goitre multinodulaire) ou le cancer. Les nerfs laryngés récurrents sont responsables du mouvement des cordes vocales et peuvent facilement être endommagés lors d'une chirurgie de la thyroïde, entraînant une paralysie unilatérale ou bilatérale des cordes vocales qui entraîne des difficultés à parler (dysphonie), des problèmes respiratoires ou les deux. Cette situation peut entraîner une diminution de la qualité de vie liée à la santé et peut entraîner une invalidité permanente. L'identification visuelle des nerfs récurrents du larynx pendant la chirurgie est depuis longtemps une procédure standard pour prévenir les lésions. Récemment, la surveillance neurologique (neuromonitoring) peropératoire, qui identifie les nerfs à l'aide d'une électrode, a été introduite pour aider le chirurgien à trouver et protéger les nerfs récurrents du larynx.

Caractéristiques des essais

Nous avons cherché des essais contrôlés randomisés (essais où les participants sont répartis au hasard dans un, deux ou plusieurs groupes de traitement), comparant la surveillance neurologique peropératoire et l'identification visuelle des nerfs avec l'identification visuelle des nerfs seulement. Nous n'avons inclus que les essais qui présentaient des données sur des participants de plus de 18 ans ayant subi une chirurgie de la thyroïde. Nous avons exclu les essais avec des participants ayant déjà subi une chirurgie du cou ou une paralysie répétée du nerf laryngé. Nous avons inclus cinq essais avec un total de 1558 participants ; 781 participants ont été affectés à la surveillance neurologique peropératoire et 777 participants ont été affectés à l'identification visuelle des nerfs seulement. Deux essais ont eu lieu en Pologne et une étude en Turquie, une en Chine et une en Corée. L'âge moyen des participants se situait entre 41,7 et 51,9 ans.

Ces données probantes sont à jour au 21 août 2018.

Principaux résultats

Il n'y avait pas de données probantes solides indiquant un avantage ou un inconvénient lorsque l’on compare la surveillance neurologique peropératoire à l'identification visuelle des nerfs uniquement pour la paralysie permanente ou temporaire du nerf laryngé récurrent, les effets secondaires et la durée de l'opération. Trois des cinq essais inclus comportaient des données sur la mortalité toutes causes confondues et n'ont fait état d'aucun décès. Aucun des essais n'a fait état d'effets sur la qualité de vie ou d'effets socioéconomiques liés à la santé (par exemple, les coûts liés au séjour à l'hôpital). Nous avons besoin d'essais bien conçus, exécutés, analysés et rapportés, avec un plus grand nombre de participants et des périodes d'observation plus longues après la chirurgie, en utilisant les dernières technologies de surveillance neurologique peropératoire et en appliquant de nouvelles techniques chirurgicales.

Qualité des données probantes

Nous sommes très incertains des effets de la surveillance neurologique peropératoire par rapport à l'identification visuelle des nerfs pour la prévention des lésions du nerf laryngé récurrent pendant la chirurgie thyroïdienne. Il n'y a qu'un petit nombre d'essais, certaines erreurs systématiques dans les essais inclus et les résultats étaient imprécis.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats de cette revue systématique et de cette méta-analyse indiquent qu'il n'existe de preuve concluante de la supériorité ou de l'infériorité de l'IONM par rapport à l'identification visuelle du nerf seulement pour aucun des critères de jugement mesurés. Des ECR bien conçus, exécutés, analysés et rapportés avec un plus grand nombre de participants et un suivi plus long, utilisant la dernière technologie IONM et appliquant de nouvelles techniques chirurgicales sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les lésions du nerf laryngé inférieur récurrent (NLIR) restent l'une des principales complications postopératoires après une chirurgie thyroïdienne ou parathyroïdienne. Une lésion de ce nerf peut entraîner une paralysie temporaire ou permanente, qui est associée à une parésie ou une paralysie des cordes vocales. L'identification visuelle du NLIR est une procédure courante pour prévenir les lésions nerveuses pendant la chirurgie thyroïdienne et parathyroïdienne. Récemment, la surveillance neurologique peropératoire (en anglais : intraoperative neuromonitoring, IONM) a été introduite afin de faciliter la localisation des nerfs et de prévenir leurs lésions pendant la chirurgie. L'IONM permet l'identification des nerfs à l'aide d'une électrode, où, pour mesurer la réponse nerveuse, le champ électrique est converti en un signal acoustique.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'IONM par rapport à l'identification visuelle des nerfs pour la prévention des lésions du RILN chez les adultes subissant une chirurgie de la thyroïde.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, ICTRP Search Portal et ClinicalTrials.gov. La date de la dernière consultation de toutes les bases de données était le 21 août 2018. Aucune restriction en fonction de la langue n’a été mise en œuvre.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'identification des nerfs IONM et l'identification visuelle des nerfs par rapport à l'identification visuelle des nerfs seule pour la prévention des lésions du NLIR chez les adultes subissant une chirurgie de la thyroïde.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné indépendamment les titres et les résumés pour en vérifier la pertinence. L'un des auteurs de la revue a sélectionné les études à inclure, extrait les données et évalué le " risque de biais ", et un deuxième auteur de la revue a vérifié chaque étape. Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé les ratios de risque (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Pour les résultats continus, nous avons calculé les différences moyennes (DM) avec des IC à 95 %. Nous avons évalué la fiabilité des éléments probants provenant des essais au moyen de l'instrument GRADE.

Résultats principaux: 

Cinq ECR comptant 1 558 participants (781 participants ont été assignés au hasard à l'IONM et 777 à l'identification visuelle des nerfs seulement) répondaient aux critères d'inclusion ; deux essais ont été réalisés en Pologne et un essai chacun a été réalisé en Chine, en Corée et en Turquie. Les critères d'inclusion et d'exclusion différaient d'un essai à l'autre : la chirurgie thyroïdienne ou parathyroïdienne antérieure était un critère d'exclusion dans trois essais. En revanche, il s'agissait d'un critère d'inclusion spécifique dans un autre essai. Dans trois essais, les critères d'exclusion étaient la dissection du compartiment central du cou ou la dissection latérale du cou et la maladie de Basedow ou Graves Basedow. La durée moyenne du suivi variait de 6 à 12 mois. L'âge moyen des participants variait entre 41,7 et 51,9 ans.

Il n'y avait pas de données probantes solides indiquant un avantage ou désavantage lorsque l’on compare l'IONM à l'identification visuelle des nerfs seulement pour la paralysie NLIR permanente (RR 0,77, IC à 95 % 0,33 à 1,77 ; P = 0,54 ; 4 essais ; 2895 nerfs à risque ; données probantes de très faible certitude) ou transitoire (RR 0,62, IC à 95 % 0,35 à 1,08 ; P = 0,09 ; 4 essais ; 2895 nerfs à risque ; données probantes de très faible certitude). Aucun des essais n'a rapporté la qualité de vie liée à la santé. L'hypoparathyroïdie transitoire en tant qu'événement indésirable n'était pas très différente entre le groupe d'intervention et le groupe de comparaison (RR 1,25 ; IC à 95 % : 0,45 à 3,47 ; P = 0,66 ; 2 essais ; 286 participants ; données probantes de très faible certitude). Le temps opératoire était comparable entre l'IONM et la surveillance visuelle des nerfs seulement (DM 5,5 minutes, IC à 95 % -0,7 à 11,8 ; P = 0,08 ; 3 essais ; 1 251 participants ; données probantes de très faible certitude). Trois des cinq essais inclus ont fourni des données sur la mortalité toutes causes confondues : aucun décès n'a été signalé. Aucun des essais n'a fait état d'effets socioéconomiques. Les éléments probants rapportés dans le cadre de la présente revue étaient pour la plupart d'une très faible certitude, particulièrement en raison du risque de biais, d'un degré élevé d'imprécision attribuable à de larges intervalles de confiance et d'une grande hétérogénéité entre les études.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.