Information pour les patients adultes de l'unité de soins intensifs et leurs aidants

Contexte

Lors d’une admission en unité de soins intensifs (USI), les patients et leurs aidants subissent des facteurs de stress physique et psychologique qui peuvent entraîner une augmentation de l'anxiété, de la dépression et du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L'amélioration de la communication entre les patients, leurs aidants, les médecins, les infirmières et les autres membres du personnel des soins intensifs peut améliorer ces résultats. La communication peut comprendre des interventions d'information ou d'éducation, sous différentes formes, qui visent à améliorer la connaissance de l'état du patient, de son plan de traitement ou des défis auxquels il peut être confronté après son congé de l'USI.

Caractéristiques de l’étude

Les preuves sont à jour jusqu'au 10 avril 2017. Nous avons inclus huit études portant sur 1157 patients en soins intensifs et 943 aidants de patients en soins intensifs. Sept études sont en attente de classification parce que nous n'avons pas pu évaluer leur admissibilité, et trois études sont en cours. Nous avons inclus des études qui évaluaient l'information fournie aux patients ou à leurs aidants par rapport à l'absence d'information, et des études qui évaluaient l'information dans le cadre d'une intervention plus complexe par rapport à une intervention complexe qui ne comprenait ni information ni éducation. Les études comprenaient des informations variées : standardisées ou adaptées à l'individu, fournies régulièrement ou en une seule fois, et qui comprenaient des informations verbales ou écrites, des enregistrements audio, des informations multimédia et des dossiers d'information interactifs.

Résultats principaux

Dans l'ensemble, il n'est pas certain que l'information ou l'éducation (proposée seule ou dans le cadre d'une intervention plus complexe) améliore les résultats pour les patients et leurs aidants après un séjour à l'USI. Pour les patients, il n'est pas certain que l'information ou l'éducation réduise ou non l'anxiété ou la dépression, ou améliore la qualité de vie liée à la santé. Un patient a demandé à se retirer de l'étude parce qu'il croyait que sa santé mentale s'était détériorée lorsqu'il avait rempli un questionnaire d'évaluation de l'anxiété et de la dépression, mais il n'est pas clair si cette personne avait pris part à l'intervention consistant à recevoir de l’information ou non. Aucune étude n'a signalé de SSPT chez des patients. Pour les aidants, il n'est pas certain que l'information ou l'éducation réduise ou non l'anxiété ou la dépression ou améliore l'acquisition de connaissances des aidants ou leur satisfaction par rapport aux informations fournies.

Qualité des preuves

Les chercheurs n'ont pas pu masquer les patients et les aidants à l'intervention qu'ils ont reçue, et il n'était pas clair si cela affecterait les résultats, qui reposaient sur l'auto-évaluation. Les auteurs de l'étude n'ont pas toujours fait état de méthodes rigoureuses pour la réalisation d'essais randomisés, et nous avons noté quelques pertes de patients et d’aidants pendant les études. Nous avons trouvé peu d'études de petite taille pour cette revue, rapportant des données limitées pour de nombreux résultats d'intérêt. Il n'est pas certain que l'information ou l'éducation soient efficaces en raison de la très faible certitude des preuves.

Conclusion

Nous ne sommes pas certains des effets des interventions d'information ou d'éducation données aux patients adultes en soins intensifs et à leurs aidants. La preuve était d'une très faible certitude, et notre confiance dans la preuve était limitée. Nous sommes au courant de trois études en cours et de sept études qui ont été récemment terminées mais qui n'ont pas encore été publiées. Ces études peuvent fournir des preuves supplémentaires ou améliorer la certitude des résultats dans les futures mises à jour de la revue.

Conclusions des auteurs: 

Nous sommes incertains des effets des interventions d'information ou d'éducation données aux patients adultes en soins intensifs et à leurs aidants, car les données probantes dans tous les cas étaient d'une très faible certitude, et notre confiance dans ces données était limitée. Les études en cours pourraient fournir plus de données et apporter plus de certitude lorsqu'elles seront intégrées aux futures mises à jour de la revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Lors d’une admission en unité de soins intensifs (USI), les patients et leurs aidants subissent des facteurs de stress physique et psychologique qui peuvent entraîner des troubles psychologiques comme l'anxiété, la dépression et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L'amélioration de la communication entre les professionnels de la santé, les patients et leurs aidants peut atténuer ces troubles. La communication peut comprendre des interventions d'information ou d'éducation, sous différentes formes, visant à améliorer la connaissance du pronostic, du traitement ou des défis anticipés une fois que le patient a quitté l’USI.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions d'information ou d'éducation sur l'amélioration des résultats chez les patients adultes en soins intensifs et leurs aidants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, Embase, CINAHL et PsycINFO de la création de la base de données au 10 avril 2017. Nous avons fait des recherches dans les registres d'essais cliniques et dans la littérature grise, et nous avons fait des recherches manuelles dans les listes de références des études incluses et des revues connexes.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et nous prévoyions d’inclure des essais quasi randomisés, comparant les interventions d'information ou d'éducation présentées aux participants par rapport à aucune intervention d'information ou d'éducation, ou comparant les interventions d'information ou d'éducation dans le cadre d'une intervention complexe avec une intervention complexe sans information ou éducation. Nous avons inclus des participants qui étaient des patients adultes en soins intensifs, ou leurs aidants ; il s'agissait de parents et de personnes non apparentées, y compris des représentants importants pour les patients.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont évalué de façon indépendante les études en vue de leur inclusion, ont extrait des données, ont évalué le risque de biais et ont appliqué les critères de GRADE pour évaluer la certitude des preuves.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus huit ECR avec 1157 patients participants et 943 aidants. Nous n'avons trouvé aucune étude de type quasi-ECR. Nous avons identifié sept études en attente de classification et trois études en cours.

Trois études ont conçu une intervention ciblée sur les patients, quatre sur les aidants et une sur les patients et les aidants. Les études comprenaient des informations variées : standardisées ou personnalisées, présentées une ou plusieurs fois, et qui comprenaient des informations verbales ou écrites, des enregistrements audio, des informations multimédia et des dossiers d'information interactifs. Cinq études ont fait état de méthodes robustes de randomisation et de dissimulation de l'allocation. Nous avons constaté des taux d'attrition élevés dans cinq études. Il n'était pas possible que les participants soient mis en aveugle au regard de l’intervention, et donc nous avons évalué toutes les études comme présentant un risque élevé de biais de rendement et un risque peu clair de biais de détection parce que la plupart des résultats exigeaient l'auto-évaluation.

Nous avons tenté de regrouper les données statistiquement, mais cela n'a pas toujours été possible en raison des niveaux élevés d'hétérogénéité. Nous avons calculé les différences moyennes (DM) à l'aide des données fournies par les auteurs individuels de l'étude, dans la mesure du possible, et nous avons fait une synthèse narrative des résultats. Nous avons présenté les deux comparaisons suivantes.

Intervention d'information ou d'éducation par opposition à aucune intervention d'information ou d'éducation (4 études)

En ce qui concerne l'anxiété des patients, nous n'avons pas regroupé les données de trois études (332 participants) en raison d'une hétérogénéité statistique importante inexpliquée et de différences cliniques ou méthodologiques possibles entre les études. Une étude a signalé moins d'anxiété lorsqu'une intervention était utilisée (DM -3,20, intervalle de confiance à 95 % (IC) -3,38 à -3,02) et deux études ont signalé peu ou pas de différence entre les groupes (DM -0,40, IC 95 % -4,75 à 3,95 ; DM -1,00, IC 95 % -2,94 à 0,94). De même, pour la dépression des patients, nous n'avons pas mis en commun les données de deux études (160 patients participants). Ces études ont signalé moins de dépression lorsqu'une intervention d'information ou d'éducation était utilisée (DM -2,90, IC à 95 % -4,00 à -1,80 ; DM -1,27, IC à 95 % -1,47 à -1,07). Cependant, il n'est pas certain que les interventions d'information ou d'éducation réduisent l'anxiété ou la dépression des patients en raison de preuves très peu certaines.

Il n'est pas certain que les interventions d'information ou d'éducation améliorent la qualité de vie liée à la santé en raison de données probantes de très faible certitude provenant d'une étude signalant peu ou pas de différence entre les groupes d'intervention (MD -1,30, IC à 95 % -4,99 à 2,39 ; 143 patients participants). Aucune étude n'a signalé d'effets indésirables, d'acquisition de connaissances, de gravité du SSPT ou de satisfaction des patients ou des aidants.

Nous avons utilisé l'approche GRADE et abaissé le degré de certitude des données probantes en raison des limites de l'étude, des incohérences entre les résultats et des données limitées provenant de quelques petites études.

Intervention d'information ou d'éducation dans le cadre d'une intervention complexe par opposition à une intervention complexe sans information ou éducation (4 études)

Une étude (trois groupes témoins ; 38 participants) a fait état de peu ou pas de différence entre les groupes quant à l'anxiété des patients (trousse d'information adaptée par rapport au groupe témoin) : MD 0,09, IC à 95 % -3,29 à 3,47 ; information générale normalisée sur les soins intensifs par rapport au contrôle : MD -0,25, IC à 95 % -4,34 à 3,84), et peu ou pas de différence dans la dépression des patients (trousse d'information personnalisée par rapport au témoin : MD -1,26, IC à 95 % -4,48 à 1,96 ; information générale normalisée sur les soins intensifs par rapport au contrôle : MD -1,47, IC à 95 % -6,37 à 3,43). Il n'est pas certain que les interventions d'information ou d'éducation dans le cadre d'une intervention complexe réduisent l'anxiété et la dépression des patients en raison de preuves très peu certaines.

Une étude (175 participants aidants) a fait état d'un moins grand nombre d’aidants ayant une mauvaise compréhension parmi ceux qui ont reçu l'information (ratio de risque de 0,28, IC à 95 % : 0,15 à 0,53), mais cette constatation est incertaine en raison de preuves très peu certaines.

Deux études (487 aidants) ont fait état de peu ou pas de différence dans la satisfaction des aidants ; il n'est pas certain que les interventions d'information ou d'éducation dans le cadre d'une intervention complexe augmentent la satisfaction des aidants en raison de preuves très peu certaines. Des effets indésirables n'ont été signalés que dans une seule étude : un participant s'est retiré en raison d'une détérioration de sa santé mentale après avoir rempli des questionnaires sur l'anxiété et la dépression, mais les auteurs de l'étude n'ont pas indiqué si ce participant faisait partie du groupe d'intervention ou du groupe témoin.

Nous avons abaissé le degré de certitude des données probantes en raison des limites de l'étude et du peu de données provenant d'un petit nombre d'études.

Aucune étude n'a signalé la gravité du SSPT ni la qualité de vie liée à la santé.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Aïda Bafeta pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.