Immunothérapie anti-GD2 pour les personnes atteintes d'un neuroblastome à haut risque traitées par greffe autologue de cellules souches hématopoïétiques

Problématique de la revue

Nous avons cherché des études sur des personnes atteintes d'un neuroblastome à haut risque ayant reçu une chimiothérapie à forte dose (qui tue les cellules souches) suivie d'une greffe autologue (de la même personne) de cellules souches hématopoïétiques (précurseurs de cellules sanguines pour sauver et remplacer les cellules souches tuées). Nous avons examiné les données probantes concernant l'effet de l'immunothérapie anti-GD2 sur la survie globale, la mort liée au traitement, la survie sans progression, la survie sans événement, la toxicité précoce, la toxicité non hématologique tardive et la qualité de vie liée à la santé chez ces personnes comparativement au traitement standard.

Contexte

Le neuroblastome est une forme rare de cancer qui touche principalement les enfants. Une maladie à haut risque se caractérise par des métastases au moment du diagnostic et d'autres caractéristiques de tumeurs primitives, ce qui augmente le risque d'une issue défavorable. L'antigène glucidique GD2 s’exprime sur la surface cellulaire des cellules tumorales du neuroblastome et constitue donc une cible prometteuse pour l'immunothérapie anti-GD2.

Caractéristiques des études

Les données sont à jour au 20 septembre 2018. Nous avons inclus un seul essai randomisé (un type d'étude dans lequel les participants sont assignés à l'un des deux groupes de traitement ou plus au moyen d'une méthode aléatoire) avec 113 personnes affectées à l'immunothérapie incluant l'isotrétinoïne, le facteur de stimulation des colonies de granulocytes-macrophages (GM-CSF), l'interleukine-2, et ch14.18, un type distinct d'anticorps anti-GD2 également connu sous le nom de dinutuximab. De plus, 113 autres personnes ont reçu un traitement standard comprenant l'isotrétinoïne.

Résultats principaux

Les résultats sur la survie globale et la survie sans événement ont favorisé le groupe d'immunothérapie contenant du dinutuximab. D'autres critère de jugement, notamment concernant les effets indésirables, n'ont pas été rapportés de façon adéquate ; des recherches plus poussées sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives sur ces critères de jugement.

Qualité des données probantes

Nous avons évalué la qualité des éléments probants comme étant modérée.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes favorisent l'immunothérapie contenant du dinutuximab comparativement au traitement standard en ce qui concerne la survie globale et la survie sans événement chez les personnes atteintes d'un neuroblastome à haut risque prétraité par une TCSH autologue. En l'absence de données randomisées sur les effets indésirables, il faut donc poursuivre les recherches avant de pouvoir tirer des conclusions définitives sur ce résultat.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le neuroblastome est une maladie maligne rare qui touche principalement les enfants. Les tumeurs se développent principalement dans le tissu médullaire surrénalien, et la masse abdominale est la présentation la plus courante. Les maladies à haut risque sont caractérisées par des métastases et d'autres caractéristiques des tumeurs primitives, ce qui augmente le risque d'une issue défavorable. L'antigène glucidique GD2 s’exprime sur la surface cellulaire des cellules tumorales du neuroblastome et constitue donc une cible prometteuse pour l'immunothérapie anti-GD2.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de l'immunothérapie post-consolidation anti-GD2 après une chimiothérapie à forte dose (en anglais : high-dose chemotherapy, HDCT) et une greffe autologue de cellules souches hématopoïétiques (en anglais : haematopoietic stem cell transplantation, TSCH) comparativement au traitement standard après HDCT et TSCH autologue chez les personnes atteintes de neuroblastome à haut risque. Nos critères de jugement principaux étaient la survie globale et la mortalité liée au traitement. Nos critère de jugement secondaires étaient la survie sans progression, la survie sans événement, la toxicité précoce, la toxicité non hématologique tardive et la qualité de vie liée à la santé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données électroniques CENTRAL (2018, numéro 9), MEDLINE (PubMed) et Embase (Ovid) le 20 septembre 2018. Nous avons effectué des recherches dans les registres de première instance et les actes de conférences le 28 octobre 2018. D'autres recherches ont porté sur des listes de références de revues récentes et d'articles pertinents, ainsi que sur des contacts avec des experts dans le domaine. Il n'y avait aucune limite quant à l'année de publication ou à la langue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés évaluant l'immunothérapie anti-GD2 après HDCT et TSCH autologue chez des personnes atteintes de neuroblastome à haut risque.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont procédé indépendamment à la sélection des études, ont extrait les données sur les caractéristiques de l’étude et des participants, et ont évalué le risque de biais et la qualité avec l’outil GRADE. Toutes les divergences ont été résolues par la discussion, sans recourir à l'arbitrage d'une tierce partie. Nous avons effectué des analyses conformément aux lignes directrices du Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Nous avons utilisé les cinq considérations de GRADE, c'est-à-dire les limites de l’étude, l'uniformité des effets, l'imprécision, le caractère indirect et le biais de publication, pour juger de la qualité des preuves.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié un essai contrôlé randomisé qui comprenait 226 personnes atteintes d'un neuroblastome à haut risque qui ont été prétraitées avec une TCSH autologue. L'étude a randomisé 113 participants pour recevoir une immunothérapie incluant l'isotrétinoïne, le facteur de stimulation des colonies de granulocytes-macrophages (GM-CSF), l'interleukine-2 et le ch14.18, un type d'anticorps anti-GD2 aussi appelé dinutuximab. L'étude a randomisé 113 autres participants qui ont reçu un traitement standard comprenant l'isotrétinoïne.

Les résultats sur la survie globale ont favorisé le groupe d'immunothérapie contenant du dinutuximab (rapport de risque (RR) de 0,50, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,31 à 0,80 ; P = 0,004). Les résultats sur la survie sans événement ont également favorisé le groupe d'immunothérapie contenant du dinutuximab (HR 0,61, IC à 95 % : 0,41 à 0,92 ; P = 0,020). Les données randomisées sur les effets indésirables n'ont pas été déclarées séparément. L'étude n'a pas présenté la survie sans progression, la toxicité non hématologique tardive et la qualité de vie liée à la santé comme critères d'évaluation distincts. Nous avons évalué la qualité des données probantes comme étant modérée.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée Sylvain JUCHET et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.