Interventions de santé en ligne pour les personnes atteintes d'insuffisance rénale chronique

Problématique

L'insuffisance rénale chronique (IRC) est une maladie dans laquelle les reins ont une fonction réduite sur une certaine période de temps. Pour rester en bonne santé, les personnes atteintes d'IRC doivent souvent recourir à des services médicaux spécialisés et adhérer à un régime alimentaire, un mode de vie et des conseils médicamenteux complexes. Certaines personnes atteintes d'IRC avancée peuvent avoir besoin de dialyse ou d'un traitement par greffe de rein. Permettre aux patients de gérer cette condition par eux-mêmes améliore la qualité et la durée de vie et réduit les coûts des soins de santé. Les interventions en santé électronique (eHealth) peuvent améliorer la capacité des patients à prendre soin d'eux-mêmes et à améliorer les soins fournis par les services de santé. Les interventions en santé électronique font référence aux "services et informations de santé fournis ou améliorés par Internet et les technologies connexes". Cependant, peu d’études évaluent l'impact des interventions en santé électronique en IRC.

Comment avons-nous procédé ?

Nous nous sommes concentrés sur les essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR), qui ont recruté des personnes atteintes d'IRC (y compris la prédialyse, la dialyse ou la transplantation rénale) et avons comparé les interventions en santé électronique aux soins habituels.

Qu’avons-nous trouvé ?

Nous avons trouvé 43 études portant sur 6 617 personnes atteintes d’IRC qui ont examiné si les interventions de santé électronique amélioraient les soins aux patients et les critères de jugement de santé. Les interventions de santé électronique utilisaient différents modes de technologie, comme la télésanté, les moniteurs électroniques, les applications mobiles ou en tablette, les messages textes ou les courriels, les sites Web, les DVD ou les vidéos. Les interventions ont été classées selon leur intention: éducation, systèmes de rappel, autosurveillance, conseil comportemental, aide à la décision clinique et interventions mixtes. Nous avons classé les critères de jugement en neuf domaines : apport alimentaire, qualité de vie, contrôle de la tension artérielle, observance au traitement, résultats des analyses sanguines, analyse des coûts, comportement, activité physique et issues cliniques telles le décès. Nous avons constaté qu'il n'est pas certain que l'utilisation d'interventions en santé électronique améliorent les critères de jugement cliniques et axés sur le patient par rapport aux soins habituels. La qualité des études incluses était faible, ce qui signifie que nous ne pouvions pas être certains que des études futures donneraient des résultats similaires.

Conclusions

Nous ne savons pas si l'utilisation des interventions en santé électronique améliore les critères de jugement pour les personnes atteintes d’IRC. Nous avons besoin d'études de grande envergure et de bonne qualité pour aider à comprendre l'impact des interventions de santé électronique sur les personnes atteintes d’IRC.

Conclusions des auteurs: 

Les interventions de santé électronique peuvent améliorer la gestion de l'apport en sodium alimentaire et la gestion des liquides. Dans l’ensemble, ces données suggèrent toutefois que les données probantes actuelles sur l'utilisation des interventions de santé électronique dans la population atteinte d'IRC sont de faible qualité, avec des effets incertains en raison des limites méthodologiques et de l'hétérogénéité des modalités et des types d'intervention en santé électronique étudiées. Notre revue a fait ressortir la nécessité d'une recherche solide et de grande qualité qui présente des données de base (minimales) permettant son évaluation.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'insuffisance rénale chronique (IRC) est associée à une morbidité et à une mortalité élevés, qui augmentent à mesure que l'IRC progresse vers l'insuffisance rénale terminale (IRT). On s'intéresse de plus en plus au développement de méthodes novatrices, efficaces et rentables pour engager les populations de patients et améliorer les comportements et critères de jugement de santé. Dans le monde entier, l'utilisation des technologies s'est considérablement accrue, et l'on s'intéresse de plus en plus aux interventions de santé en ligne pour améliorer l'accès des patients à des informations pertinentes sur la santé, améliorer la qualité des soins de santé et encourager l'adoption de comportements sains.

Objectifs: 

Cette revue vise à évaluer les bienfaits et les méfaits de l'utilisation des interventions en santé électronique pour modifier les comportements liés à la santé chez les personnes atteintes d’IRC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le Registre d'études sur les reins et les greffes de Cochrane jusqu'au 14 janvier 2019 en communiquant avec le spécialiste de l'information et en utilisant des termes de recherche pertinents à la présente revue. Les études figurant dans le registre sont identifiées grâce à des recherches dans CENTRAL, MEDLINE et EMBASE, les actes de conférences, le portail de recherche ICTRP (système d’enregistrement international des essais cliniques) et le site ClinicalTrials.gov.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) et des ECR quasi-randomisés utilisant une intervention de santé électronique pour promouvoir un changement de comportement chez les personnes atteintes d'IRC ont été inclus. Il n'y avait aucune restriction quant aux critères de jugement, à la langue ou au type de publication.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante l'admissibilité à l'essai, extrait les données et évalué le risque de biais. La qualité des données probantes a été évaluée au moyen de la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 43 études auprès de 6 617 participants qui ont évalué l'impact d'une intervention en santé électronique chez les personnes atteintes d’IRC. Les études incluses étaient hétérogènes en ce qui concerne les modalités de santé électronique utilisées, le type d'intervention, la population d’IRC étudiée et les critères de jugement évalués. La majorité des études (39 études) ont été menées auprès d'une population adulte. 16 études (37 %) ont été menées auprès de patients dialysés, 11 études (26 %) auprès de patients prédialysés, 15 études (35 %) auprès de patients greffés et 1 étude (2 %) auprès de candidats à la greffe rénale. Nous avons identifié six modalités différentes en santé électronique, soit Télésanté; application mobile ou tablette; messages texte ou courriel; moniteurs électroniques; sites Web et Internet; vidéo ou DVD. Trois études ont utilisé une combinaison d'interventions en santé électronique. Les interventions ont été classées en six types: éducation; systèmes de rappel; autosurveillance; conseil comportemental; aide à la décision clinique; et intervention mixtes. Nous avons identifié 98 résultats, qui ont été classés en neuf domaines: tension artérielle (9 études); paramètres biochimiques (6 études); paramètres cliniques (16 études); apport alimentaire (3 études); qualité de vie (9 études); observance thérapeutique (10 études); comportement (7 études); activité physique (1 étude) et rentabilité (7 études).

Seules trois critères de jugement ont pu être méta-analysées en raison de l'hétérogénéité considérable des modalités de population et de santé électronique utilisées dans les études. On a constaté une réduction du gain de poids interdialytique de 0,13 kg (4 études, 335 participants; MD -0,13; IC à 95 % -0,28 à 0,01; I2 = 0 %) et une réduction de l'apport en sodium alimentaire de 197 mg/jour (2 études, 181 participants; MD -197; IC à 95 % -540,7 à 146,8; I2 = 0 %). Les critères de jugement relatifs au sodium alimentaire et à la gestion des liquides ont été classés comme étant peu probants en raison du risque de biais élevé (gain de poids interdialytique, apport en sodium alimentaire), du caractère indirect des preuves (gain de poids interdialytique) et de l’imprécision (apport en sodium alimentaire). Trois études ont fait état de décès (2 799 participants, 146 événements), dont 45 décès/1 000 cas pour les interventions de santé électronique, comparativement à 61 décès/1 000 cas pour les soins usuels (RR 0,74; IC 0,53 à 1,03; P = 0,08). Nous ne savons pas si le recours aux interventions de santé électronique, en plus des soins habituels, a une incidence sur le risque de décès, car la certitude de ces données probantes a été jugée faible en raison du risque élevé ou incertain de biais, du caractère indirect et de l'imprécision.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Louis-Charles Desbiens et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.