La chimiothérapie immédiate ou l'attente des symptômes prolongent-ils la vie des personnes atteintes d'un cancer colorectal incurable sans symptômes ?

Problématique

Nous avons effectué une revue systématique pour déterminer si les personnes atteintes d'un cancer colorectal incurable, sans symptômes, dans lequel le cancer s'est propagé à une autre partie du corps (métastasique), vivent plus longtemps et maintiennent leur qualité de vie, lorsque vous administrez immédiatement la chimiothérapie ou attendez que des symptômes liés à la maladie apparaissent (chimiothérapie retardée).

Contexte

Une personne sur cinq atteinte d'un cancer colorectal ne peut être guérie. Pour eux, le meilleur traitement est la chimiothérapie palliative. La chimiothérapie peut causer des effets indésirables, comme la diarrhée ou une insuffisance hépatique. Si une personne reçoit un diagnostic de cancer colorectal incurable, mais n'a pas encore développé de symptômes, une stratégie d'intervention possible pourrait consister à retarder la chimiothérapie jusqu'à l'apparition des symptômes, pour éviter les effets indésirables et l'inconfort pour la personne recevant le traitement.

Nous voulions savoir si le fait de retarder le traitement de chimiothérapie aurait un effet sur la survie et d'autres critères de jugements pertinents, comme la toxicité et la qualité de vie, comparé au fait d'entreprendre immédiatement une chimiothérapie.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons inclus trois essais cliniques randomisés. Dans ces essais, les personnes atteintes d'un cancer colorectal métastatique et incurable, sans symptômes, ont reçu une chimiothérapie immédiatement (groupe standard) ou leur chimiothérapie a été retardée (groupe intervention). Il y avait un total de 176 participants dans les groupes standard et 175 dans les groupes d'intervention.

Résultats principaux

Les données disponibles nous ont permis d'effectuer des analyses de survie globale et de toxicité. Les participants atteints d'un cancer colorectal incurable et métastatique, sans symptômes, qui ont reçu une chimiothérapie immédiatement, n'ont pas vécu plus longtemps que ceux dont la chimiothérapie a été retardée jusqu'à ce que les symptômes apparaissent. En ce qui concerne les mesures de la toxicité, nos constatations n'ont pas été concluantes en raison de la rareté des données provenant de seulement deux essais et du petit nombre de participants. Les données étaient insuffisantes pour comparer d'autres critères de jugement d'intérêt, comme la qualité de vie, la survie sans progression (la période de temps pendant et après le traitement qu'une personne vit avec la maladie, mais qui ne s'aggrave pas) et la conformité à la chimiothérapie (si un participant a pu terminer son traitement de chimiothérapie).

Qualité des données probantes

En nous fondant sur des données très rares et sur l'incertitude des données probantes, nous n'avons pas été en mesure d'établir s'il y avait une différence dans la survie globale et d'autres critères de jugements importants chez les personnes atteintes d'un cancer colorectal incurable et métastatique, qui ont reçu une chimiothérapie immédiatement ou ont attendu que les symptômes apparaissent.

Conclusions des auteurs: 

D'après un nombre limité d'essais, des données très rares et l'incertitude des données probantes, cette revue n'a pas permis d'établir s'il y avait une différence dans la survie globale ou d'autres critères de jugement cliniquement pertinents entre la chimiothérapie immédiate ou retardée chez les personnes atteintes d'un cancer colorectal métastatique, incurable et incurable. Les résultats doivent être interprétés avec prudence.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Chez les patients atteints d'un cancer colorectal asymptomatique, incurable et métastatique, le traitement palliatif et systémique peut commencer immédiatement ou être retardé jusqu'à l'apparition de symptômes liés à la maladie. La question de savoir comment l'avantage potentiel pour la survie d'un traitement palliatif et systémique immédiatement après le diagnostic se compare aux effets indésirables potentiels fait actuellement l'objet d'un débat et a été examinée dans le cadre de la présente étude.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la chimiothérapie immédiate ou tardive, avec ou sans traitement ciblé, sur la survie globale, la toxicité, la qualité de vie, la survie sans progression et l'observance de la chimiothérapie chez les personnes atteintes de cancer colorectal asymptomatique, métastatique et incurable.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL ; 2018, numéro 8, MEDLINE Ovid, Embase Ovid, PsycINFO, la plateforme d'enregistrement des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé et Clinicaltrials.gov, du début au 23 août 2018. Nous n'avons pas appliqué de restrictions fondées sur la langue ou la date de publication. Nous avons fait des recherches dans les listes de références de toutes les études incluses afin d'identifier les essais qui n'auraient peut-être pas été identifiés à partir des recherches électroniques.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés évaluant la chimiothérapie immédiate par rapport à la chimiothérapie retardée chez des personnes atteintes d'un cancer colorectal asymptomatique, métastatique et incurable.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons appliqué des procédures méthodologiques standard, conformément aux recommandations de Cochrane et Cochrane Colorectal Cancer. Deux auteurs de l'étude ont examiné de façon indépendante les études identifiées par des recherches documentaires, des essais pertinents choisis, des données extraites et une évaluation du risque de biais des études incluses. Nous avons utilisé l'outil Cochrane pour évaluer le risque de biais, le logiciel Review Manager 5 pour la méta-analyse, les méthodes GRADE pour évaluer la qualité des données probantes et le logiciel GRADEpro GDT pour élaborer un tableau " Résumé des résultats ".

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois essais contrôlés randomisés (351 participants) portant sur la chimiothérapie immédiate par rapport à la chimiothérapie retardée chez des personnes atteintes d'un cancer colorectal asymptomatique, métastatique et incurable. L'administration immédiate ou différée d'une chimiothérapie peut n'avoir que peu ou pas d'effet sur la survie globale (risque relatif (RR) de 1,17, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 0,93 à 1,46 ; 3 études, 351 personnes ; données probantes de faible qualité). En ce qui concerne la toxicité, l'administration immédiate ou différée d'une chimiothérapie peut n'avoir que peu ou pas d'effet sur le risque de nausées et de vomissements de grade 3 ou 4 (risque relatif (RR) 0,84, IC à 95 % 0,31 à 2,25 ; 2 études, 140 personnes, données probantes de très faible qualité), de stomatite (RR 1,10, IC à 95 % 0,47 à 2,55 ; 2 études, 140 personnes, données probantes de très faible qualité), de diarrhée (RR 0,69, IC à 95 % 0,34 à 1,40 ; 2 études, 140 personnes, données probantes de très faible qualité). Nous ne savons pas avec certitude si la chimiothérapie tardive a fait une différence sur le plan de la qualité de vie (données probantes de très faible qualité), de la survie sans progression (données probantes de faible qualité) ou de la conformité à la chimiothérapie (données probantes de faible qualité), car nous ne disposions pas de données suffisantes pour regrouper ces critères de jugement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Amytis Heim et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.