Entraînement des capacités cognitives sur ordinateur pour la prévention de la démence chez les personnes atteintes de troubles cognitifs légers

Contexte

Les termes " cognition " et " fonction cognitive " décrivent toutes les activités mentales liées à la pensée, à l'apprentissage, à la mémoire et à la communication. Il y a des maladies qui affectent la cognition, principalement la démence, dans lesquelles la cognition est altérée au point d'affecter la capacité d'une personne à gérer ses activités quotidiennes. Plus fréquente que la démence, une affection souvent décrite comme une déficience cognitive légère (DCL) implique une déficience légère de la cognition, plus importante que celle à laquelle on peut s’attendre du fait de l'âge seul, qui peut être décelée en effectuant un test, mais qui n’affecte que très peu les activités de la vie quotidienne. Pour certaines personnes, la DCL est une étape sur la voie du développement de la démence. Il y a beaucoup d'intérêt pour tout ce qui pourrait empêcher un déclin plus important de la cognition chez les personnes atteintes de DCL. Une chose qui a été suggérée comme moyen de prévention est l’entraînement des capacités cognitives sur ordinateur (en anglais : computerised cognitive training, CCT). L’entraînement des capacités cognitives sur ordinateur consiste en un ensemble de tâches standardisées destinées à " faire travailler le cerveau " de différentes manières. De nos jours, les exercices d'entraînement cognitif sont souvent dispensés à l'aide d'ordinateurs ou de la technologie mobile, afin que les gens puissent les faire eux-mêmes à la maison. Nous voulions savoir si le CCT est un moyen efficace pour les personnes atteintes de DCL de maintenir leur fonction cognitive et de réduire leur risque de développer la démence.

Ce que nous avons fait

Nous avons cherché dans la littérature médicale jusqu'au 15 mars 2018 pour trouver des essais dans lesquels un groupe de personnes atteintes de DCL avait participé à un CCT pendant au moins 12 semaines et avait été comparé à un autre groupe qui n'avait reçu aucun CCT. Ce groupe témoin pouvait avoir participé à une autre activité à la place, ou les membres du groupe avaient pu ne recevoir aucune intervention du tout. Pour que la comparaison soit aussi équitable que possible, il fallait qu’il ait été décidé au hasard si les personnes faisaient partie du groupe CCT ou du groupe témoin. Nous cherchions principalement à savoir si les participants à l'étude souffraient de démence et si leur fonction cognitive globale était affectée, mais nous avons aussi cherché des éléments de preuve pertinents relatifs à des habiletés cognitives particulières, aux activités de la vie quotidienne, à la qualité de vie, l'humeur, le bien-être mental et tout effet nocif.

Ce que nous avons trouvé

Nous avons trouvé huit essais avec 660 participants à inclure dans la revue. Sept des essais (623 participants) ont comparé le CCT à une autre activité. Aucun des essais inclus n’a examiné le développement de la démence, de sorte que cette étude ne présente aucune preuve que le fait de participer à un entraînement des capacités cognitives sur ordinateur aide à prévenir la démence. Notre principale conclusion par rapport à tous les autres critères de jugement qui nous intéressaient était que la qualité globale des données était très faible. Cette très faible qualité s'explique principalement par la petite taille des échantillons, les problèmes liés aux méthodes d'étude et les différences entre les essais. Par conséquent, bien que nous ayons trouvé des preuves de certains avantages du CCT pour la cognition, nous étions très incertains des résultats des études et nous estimons qu'il est probable que la recherche future pourrait mener à des résultats différents.

Nos conclusions

Malheureusement, il n'est pas encore possible de répondre avec certitude à notre question de revue. Nous pensons qu'il s'agit là d'un domaine important qui doit faire l'objet d'études plus approfondies. Nous aimerions voir des études plus vastes, qui seraient plus en mesure de détecter les effets du CCT, et des études plus longues, qui seraient nécessaires pour montrer s'il y a des avantages, si les avantages sont durables et s'il y a une chance de prévenir ou de retarder l'apparition de la démence.

Conclusions des auteurs: 

Les données actuellement disponibles ne nous permettent pas de déterminer si l'entraînement cognitif par ordinateur permettra de prévenir la démence clinique ou d'améliorer ou de maintenir les fonctions cognitives chez ceux qui présentent déjà des signes de déficience cognitive. Le petit nombre d'essais, le petit nombre d'échantillons, le risque de biais, l'incohérence entre les essais et les résultats très imprécis signifient qu'il n'est pas possible d'en déduire des implications pour la pratique clinique, malgré l'importance de certains effets observés dans les études individuelles. Il est peu probable que des effets indésirables directs se produisent, bien que le temps et parfois l'argent consacrés à des programmes d'entraînement cognitif informatisés puissent représenter une charge importante. D'autres recherches sont nécessaires et devraient se concentrer sur l'amélioration de la rigueur méthodologique, le choix de mesures de critères de jugement appropriées et l'évaluation de la généralisabilité et de la persistance de tout effet. Des essais avec des suivis à long terme sont essentiels pour déterminer le potentiel de cette intervention pour réduire le risque de démence.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le nombre de personnes atteintes de démence augmente rapidement. La démence clinique ne se développe pas soudainement, mais est plutôt précédée d'une période de déclin cognitif au-delà des changements normaux liés à l'âge. Les personnes à ce stade intermédiaire entre la fonction cognitive normale et la démence clinique sont souvent décrites comme ayant une déficience cognitive légère (DCL). Des recherches et des efforts cliniques considérables ont été consacrés à la recherche d'interventions modificatrices de la maladie qui pourraient prévenir ou retarder la progression de la DCL vers la démence clinique.

Objectifs: 

Évaluer les effets d'au moins 12 semaines d'entraînement des capacités cognitives sur ordinateur (en anglais: computerised cognitive training, CCT) sur le maintien ou l'amélioration des fonctions cognitives et la prévention de la démence chez les personnes présentant une déficience cognitive légère.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches jusqu'au 31 mai 2018 dans ALOIS (www.medicine.ox.ac.uk/alois) et des recherches supplémentaires dans MEDLINE, Embase, PsycINFO, CINAHL, ClinicalTrials.gov et le portail de l'OMS/ICTRP (www.apps.who.int/trialsearch) pour identifier les essais publiés, non publiés et en cours.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des quasi-ECRs dans lesquels l'entraînement cognitif par le biais d'une technologie informatisée interactive a été comparé à une intervention témoin active ou inactive. Les interventions expérimentales d’entraînement des capacités cognitives sur ordinateur (en anglais: computerised cognitive training, CCT) devaient respecter les critères suivants : durée minimale d'intervention de 12 semaines ; toute forme d’entraînement interactif des capacités cognitives sur ordinateur, y compris les exercices informatiques, les jeux informatiques, les appareils mobiles, les consoles de jeux et la réalité virtuelle. Les participants étaient des adultes ayant reçu un diagnostic de déficience cognitive légère (DCL) ou de trouble neurocognitif léger (TNL), ou autrement à risque élevé de déclin cognitif.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait des données de façon indépendante et évalué le risque de biais des ECR inclus. Nous avons exprimé les effets du traitement sous forme de différences moyennes (DM) ou de différences moyennes standardisées (DMS) pour les résultats continus et sous forme de ratios de risque (RR) pour les résultats dichotomiques. Nous avons utilisé l'approche GRADE pour décrire la qualité globale des données probantes pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux: 

Huit ECRs comptant un total de 660 participants ont satisfait aux critères d'inclusion de la revue. La durée des essais inclus variait de 12 semaines à 18 mois. Un seul essai a utilisé un témoin inactif. La plupart des études étaient peu claires ou présentaient un risque élevé de biais dans plusieurs domaines. Dans l'ensemble, notre capacité à tirer des conclusions a été entravée par la très faible qualité des données probantes. Presque tous les résultats étaient très imprécis; il y avait aussi des problèmes liés au risque de biais, à l'incohérence entre les essais et au caractère indirect de la preuve.

Aucun essai n'a fourni des données sur la démence incidente. Pour les comparaisons des CCT avec les témoins actifs et inactifs, la qualité des données probantes sur notre autre critère de jugement principal de la fonction cognitive globale immédiatement après la période d'intervention était très faible. Par conséquent, nous n'avons pas été en mesure de tirer de conclusions sur ce résultat.

En raison de la très faible qualité des données probantes, nous n'avons pas non plus été en mesure de déterminer s'il y avait un effet du CCT par rapport au contrôle actif sur nos critères de jugement secondaires de mémoire épisodique, mémoire de travail, fonction exécutive, dépression, performance fonctionnelle et mortalité. Nous avons trouvé des données de faible qualité suggérant qu'il n'y a probablement aucun effet sur la rapidité du traitement (DMS 0,20, intervalle de confiance à 95 % (IC) -0,16 à 0,56 ; 2 études ; 119 participants), la fluidité verbale (DMS -0,16, IC 95 % -0,76 à 0,44 ; 3 études ; 150 participants) ou la qualité de vie (différence moyenne 0,40 (DM), IC 95 %-1,85 à 2,65 ; 1 étude ; 19 participants).

Lorsque nous avons comparé le CCT au témoin inactif, nous avons obtenu des données pour cinq critères de jugement secondaires, soit la mémoire épisodique, la fonction exécutive, la fluidité verbale, la dépression et la performance fonctionnelle. Nous avons trouvé des éléments probants de très faible qualité ; par conséquent, nous n'avons pas été en mesure de tirer de conclusions pour ces critères de jugement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jak Bowtell et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.