La stimulation électrique est-elle efficace pour traiter les escarres ?

Quel est l’objectif de la revue ?

L'objectif de cette étude était de déterminer si la stimulation électrique (SE ; un courant électrique appliqué sur la peau) peut aider à guérir les escarres. Nous avons recueilli et analysé toutes les études pertinentes (essais contrôlés randomisés) pour répondre à cette question et avons trouvé 20 études pertinentes.

Messages principaux

La SE par rapport à l'absence de SE augmente probablement la proportion d'escarres guéris et le taux d’escarres en voie de guérison (données probantes de certitude modérée), mais son effet sur le temps nécessaire à la guérison complète et sur la surface des escarres est incertain (données probantes de certitude très faible). Les effets secondaires les plus fréquemment signalés des SE étaient des rougeurs de la peau et une gêne. Il est nécessaire de mener des recherches de meilleure qualité pour déterminer si les SE sont sûres et efficaces.

Quel était l’objet de la revue ?

Les escarres (également appelées plaies de pression, plaies de lit ou ulcères de décubitus) sont des blessures de la peau et/ou des tissus sous-jacents causées par une pression soutenue sur des parties osseuses du corps, telles que les hanches, les talons ou le bas du dos. Les personnes à mobilité réduite en raison de l'âge, d'un handicap ou d'une maladie sont à risque de développer des escarres.

La SE est fournie par un courant électrique qui peut être appliqué sur la peau de différentes manières. La SE exige la mise en place d'au moins deux petites électrodes sur la peau, reliées à un petit appareil à piles qui contrôle l'intensité du courant. Les SE peuvent être délivrées sous forme de courant continu ou pulsé. Elle provoque des picotements ou des vibrations chez la plupart des gens, sauf chez ceux qui ne peuvent pas ressentir ces sensations en raison d'affections, telles que des lésions de la moelle épinière. Nous avons examiné les données pour savoir si la SE affecte le nombre d’escarres guéris, la taille et la gravité des escarres, la durée nécessaire à la guérison complète et la qualité de vie. Nous voulions également connaître les éventuels effets secondaires associés aux SE.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Cette revue comprend les résultats de 20 essais contrôlés randomisés datant de 1985 à 2018 et impliquant 913 participants. L'âge moyen des participants variait entre 26 et 83 ans ; 50 % étaient des hommes. Les participants ont eu leurs escarres pendant au moins quatre jours et dans certains cas pendant plus de 12 mois. La majorité des escarres (60 %) étaient graves et se situaient sur ou à proximité des fesses (62 %). Les études ont été menées dans quatre cadres différents, dont des hôpitaux de réadaptation et de gériatrie, des centres médicaux, un centre de soins résidentiel et un centre communautaire. La SE était administrée en moyenne cinq heures par semaine. Les études ont comparé les SE plus les soins habituels (par exemple, pansement, soulagement de la pression, retournement régulier, conseils nutritionnels et suppléments) à l'absence de SE (mais avec les soins habituels). Huit études sur 20 ont été financées par un fabricant de dispositifs ayant un intérêt direct dans les résultats des études.

Onze études ayant comparé la SE à l'absence de SE ont indiqué que la SE améliore probablement la proportion d'escarres guéris (données probantes de certitude modérée basée sur 501 participants (512 escarres)). Il n'est pas certain que la SE diminue la gravité des escarres selon une mesure composite (sur la base d'une étude avec 15 participants (15 escarres)). L'effet de la SE sur la surface de l'escarre n'a pas pu être estimé car différentes études ont montré des résultats très différents. Il n'est pas certain que la SE diminue la surface des escarres (données probantes de très faible certitude basée sur 494 participants (505 escarres)). Nous ne pouvons pas être certains que la SE a un effet sur la durée nécessaire à la guérison complète (données probantes de très faible certitude basée sur 55 participants (55 escarres)). Les complications courantes liées à la SE étaient la rougeur et la gêne cutanée (données probantes de faible certitude basée sur 586 participants (602 escarres)). Douze études ont également indiqué que la SE augmente probablement le taux d’escarres en voie de guérison (données probantes de certitude modérée basée sur 561 participants (613 escarres)). Aucune étude n'a fait état de résultats concernant la qualité de vie ou la dépression.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études ayant été publiées jusqu'en juillet 2019.

Conclusions des auteurs: 

La SE augmente probablement la proportion d'escarres guéris et le taux d’escarres en voie de guérison (données probantes de certitude modérée), mais son effet sur la durée nécessaire à la guérison complète est incertain par rapport à l'absence de SE (données probantes de certitude très faible). Egalement, nous ne savons pas si la SE diminue la surface des escarres. Les preuves à ce jour sont insuffisantes pour soutenir l'utilisation généralisée de la SE pour les escarres en dehors de la recherche. Les recherches futures doivent se concentrer sur des essais à grande échelle afin de déterminer l'effet de la SE sur tous les critères de jugement clés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les escarres (également appelées plaies de pression, ulcères de décubitus ou plaies de lit) sont des blessures localisées de la peau ou des tissus sous-jacents, ou des deux. Les escarres sont une conséquence invalidante de l'immobilité. La stimulation électrique (SE) est largement utilisée pour le traitement des escarres. Cependant, il n'est pas certain que la SE soit efficace.

Objectifs: 

Déterminer les effets (avantages et inconvénients) de la stimulation électrique (SE) pour le traitement des escarres.

Stratégie de recherche documentaire: 

En juillet 2019, nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), Ovid MEDLINE (y compris les références en cours d’indexation et les autres références non indexées), Ovid Embase et EBSCO CINAHL Plus. Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études en cours et non publiées, ainsi que dans les listes de référence des études pertinentes mais aussi dans des revues, des méta-analyses et des rapports sur les technologies de la santé pour identifier des études supplémentaires. Nous n'avons imposé aucune restriction en ce qui concerne la langue, la date de publication ou le cadre de l'étude.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR), publiés et non publiés, comparant la SE (plus les soins standard) à une simulation de SE/absence de SE (plus les soins standard) pour le traitement des escarres.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les essais à inclure, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons évalué la certitude des données probantes à l'aide de GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 20 études avec 913 participants. L'âge moyen des participants variait de 26 à 83 ans ; 50 % étaient des hommes. La SE a été administrée pendant une durée médiane (écart interquartile (EI)) de cinq (4 à 8) heures par semaine. La chronicité des escarres était variable, allant d'une moyenne de quatre jours à plus de 12 mois. La plupart des escarres se trouvaient sur la région sacrée et coccygienne (30 %), et la plupart étaient de stade III (45 %). La moitié des études présentaient un risque de biais de performance et de détection, et 25 % un risque d'attrition et de biais de notification. Dans l'ensemble, l'évaluation GRADE de la certitude des données probantes concernant les critères de jugement était modérée à très faible. Dix-neuf études ont été menées dans quatre centres différents, dont des hôpitaux de réadaptation et de gériatrie, des centres médicaux, un centre de soins résidentiel et un centre communautaire.

La SE augmente probablement la proportion d'escarres guéris par rapport à l'absence de SE (rapport de risque (RR) 1,99, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,39 à 2,85 ; I2 = 0 % ; 11 études, 501 participants (512 escarres)). Nous avons rétrogradé les données probantes à un niveau de certitude modéré en raison du risque de biais.

Il n'est pas certain que la SE diminue la gravité des escarres, évaluée avec une mesure composite, par rapport à l'absence de SE (différence moyenne (DM) -2,43, IC à 95 % -6,14 à 1,28 ; 1 étude, 15 participants (15 escarres), ni que la SE diminue la surface des escarres par rapport à l'absence de SE (12 études ; 494 participants (505 escarres)). Les données relatives à la surface des escarres n'ont pas été regroupées car il existait une grande hétérogénéité statistique entre les études (I2 = 96 %), mais les estimations ponctuelles de la DM de chaque étude allaient de -0,90 cm2 à 10,37 cm2. Nous avons rétrogradé les données probantes à un niveau de certitude très faible, en raison du risque de biais, d'incohérence et d'imprécision.

Il n'est pas certain que la SE réduise la durée nécessaire à la guérison complète des escarres, par rapport à l'absence de SE (rapport des risques instantanés (HR) 1,06, IC à 95 % 0,47 à 2,41 ; I2 = 0 % ; 2 études, 55 participants (55 escarres)). Nous avons rétrogradé les données probantes à un niveau de certitude très faible en raison du risque de biais, du caractère indirect et de l’imprécision.

La SE pourrait être associée à un excès ou à une différence de survenue d'événements indésirables (13 études ; 586 participants (602 escarres)). Les données relatives aux événements indésirables n'ont pas été regroupées, mais les types d'événements indésirables rapportés comprenaient des rougeurs cutanées, des démangeaisons, des vertiges et des délires, une détérioration de l'escarre, l'amputation d'un membre et parfois la mort. Nous avons rétrogradé les données probantes à un niveau de certitude faible en raison du risque de biais de sélection et d'attrition et du risque d'imprécision.

La SE augmente probablement le taux d’escarres en voie de guérison par rapport à l'absence de SE (DM 4,59 % par semaine, IC à 95 % 3,49 à 5,69 ; I2 = 25 % ; 12 études, 561 participants (613 escarres)). Nous avons rétrogradé les données probantes à un niveau de certitude modéré en raison du risque de biais. Nous n'avons trouvé aucune étude portant sur la qualité de vie, la dépression ou la perception des consommateurs quant à l'efficacité des traitements.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.