Activité physique pour les symptômes des voies urinaires basses dus à une obstruction bénigne de la prostate

Problématique de la revue

Quels sont les effets de l'activité physique sur les symptômes des voies urinaires basses chez les hommes ayant une prostate hypertrophiée ?

Contexte

Au fur et à mesure que les hommes vieillissent, beaucoup d'entre eux développent des problèmes urinaires gênants, tels qu'un flux réduit et des mictions fréquentes pendant la journée ou la nuit. Une raison courante de ces symptômes est l'hypertrophie bénigne de la prostate. Le traitement de ce problème comprend des changements de style de vie (comme boire moins de liquide), des médicaments et des interventions chirurgicales. L'activité physique, définie comme le mouvement produit par les muscles, peut également améliorer ces symptômes. Nous avons effectué cette étude pour comparer la façon dont l'activité physique se compare à d'autres méthodes dans le traitement de ces symptômes des voies urinaires.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus six études, comprenant 652 hommes au total, qui ont étudié quatre comparaisons différentes. Les études ont comparé différentes formes d'activité physique, seules ou dans le cadre d'un programme d'autogestion, à la surveillance simple (sans intervention spécifique) ou au traitement par alpha-bloquant.

En nous fondant sur des données de très faible qualité concernant les résultats de l'évaluation des symptômes des symptômes des voies urinaires basses et l'arrêt du traitement en raison d'effets indésirables, nous ne savons pas si les interventions en matière d'activité physique sont utiles chez les hommes présentant des symptômes des voies urinaires basses attribuables à une obstruction prostatique bénigne.

Qualité des preuves

La qualité des éléments de preuve était très faible, ce qui signifie que l'effet réel peut être très différent des conclusions de la revue. D'autres recherches sont très susceptibles de modifier les résultats.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons jugé très faible la qualité des preuves sur la plupart des effets de l'activité physique pour les SBAU/HBP. Nous ne savons donc pas avec certitude si l'activité physique influe sur le score des SBAU/HBP, le taux de réponse et l’arrêt en raison d'événements indésirables. Notre confiance dans les estimations a diminué en raison des limites des études, de l'incohérence des résultats, du caractère indirect des données et de leur imprécision. Des recherches supplémentaires de grande qualité sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les symptômes de l’appareil urinaire inférieur causés par l'hypertrophie bénigne de la prostate (SBAU/HBP) représentent l'un des problèmes cliniques les plus courants chez les hommes. L'activité physique pourrait représenter une intervention de première ligne viable pour le traitement des SBAU/HBP.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'activité physique sur les symptômes de l’appareil urinaire inférieur causés par l'hypertrophie bénigne de la prostate (SBAU/HBP).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche exhaustive dans de multiples bases de données (CENTRAL, MEDLINE, Embase, Web of Science, LILACS, ClinicalTrials.gov et WHO ICTRP), vérifié les références des articles extraits et fait une recherche manuelle des comptes rendus de conférences sans restriction quant à la langue de publication ou au statut de publication depuis la création de la base jusqu'au 6 novembre 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques randomisés contrôlés et contrôlés, publiés et non publiés, qui incluaient des hommes ayant reçu un diagnostic de SBAU/HBP. Nous avons exclu les études dans lesquelles les antécédents médicaux indiquaient des causes non-HBP de SBAU ou des traitements invasifs antérieurs à l'activité physique ou qui utilisaient la stimulation électrique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante l’éligibilité à l'étude, extrait des données et évalué le risque de biais des études incluses. Nous avons évalué les résultats primaires (score des symptômes pour le SBAU ; taux de réponse, défini comme une amélioration de 20 % du score des symptômes ; retrait en raison d'événements indésirables) et les résultats secondaires (changement d'utilisation des médicaments ; nécessité d'une intervention invasive, résidu post-mictionnel). Nous avons évalué la qualité des preuves à l'aide de l’approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six études qui ont randomisé 652 hommes de plus de 40 ans atteints de SBAU modérés ou sévères. Les quatre comparaisons différentes sont les suivantes :

L'activité physique contre l'attente vigilante

Deux essais ont randomisé 119 participants. Les interventions comprenaient le tai chi et les exercices des muscles du plancher pelvien. Dans l'ensemble, les preuves étaient de très faible qualité et nous ne sommes pas certains des effets de l'activité physique sur le score des SBAU (différence moyenne (DM) -8,1, intervalle de confiance à 95 % (IC) -13,2 à -3,1) ; taux de réponse (Risk Ratio (RR) 1,80, IC 95 % 0,81 à 4,02 ; 286 hommes de plus pour 1000, IC 95 % moins 68 à 1079 plus) et retrait dû aux événements indésirables (RR 1,00, IC 95 % 0,59 à 1,69 ; 0 homme de moins pour 1000, IC 95 % moins 205 à 345 plus).

L'activité physique dans le cadre d'un programme d'autogestion contre la surveillance

Deux essais ont randomisé 362 participants. Les exercices des muscles du plancher pelvien étaient l'une des multiples composantes de l'intervention. Les preuves étaient de très faible qualité et nous ne sommes pas certains des effets de l'activité physique sur le score des SBAU (DM -6,2, IC à 95 % -9,9 à -2,5) ; le taux de réponse (RR 2,36, IC à 95 % 1,32 à 4,21 ; 424 hommes de plus par 1000, IC à 95 % 100 à 1000) ; le retrait attribuable aux événements indésirables (différence du risque 0,00, IC à 95 % -0,05 à 0,06 ; 65 hommes de moins par 1000, IC à 95 % 65 à 65).

L'activité physique dans le cadre d'un programme de perte de poids par opposition à la surveillance

Un essai a randomisé 130 participants. Un type peu clair d'exercice intense était l'une des multiples composantes de l'intervention. Les preuves étaient de très faible qualité et nous ne sommes pas certains des effets du score des SBAU (DM -1,1, IC à 95 % -3,5 à 1,3) ; du taux de réponse (RR 1,20, IC à 95 % 0,74 à 1,94 ; 67 hommes de plus pour 1000, IC à 95 % 87 de moins à 313 plus) ; du retrait attribuable aux événements indésirables (RR 1,63, IC à 95 % 1,03 à 2,57 ; 184 hommes de plus pour 1000, IC à 95 % 9 de plus à 459 plus).

L'activité physique contre les alpha-bloquants

Un essai a randomisé 41 participants aux exercices des muscles du plancher pelvien ou aux alpha-bloquants. Les preuves étaient de très faible qualité et nous ne sommes pas certains des effets sur le score des SBAU (DM 2,8, IC à 95 % -0,9 à 6,4) et du taux de réponse (RR 0,80, IC à 95 % 0,55 à 1,15 ; 167 hommes de moins pour 1000, IC à 95 % 375 de moins à 125 plus). Les preuves étaient de faible qualité en ce qui concerne l’arrêt attribuable à des événements indésirables ; les effets de ce résultat peuvent être semblables d'une intervention à l'autre (RR 0,86 ; IC, 95 % : 0,06 à 12,89 ; 7 hommes de moins pour 1000 ; IC, 95 % : 49 à 626 de moins).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.